Ouvrir le menu principal

Marnay (Vienne)

commune française du département de la Vienne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marnay.

Marnay
Marnay (Vienne)
Ferme ancienne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Arrondissement de Poitiers
Canton Canton de Vivonne
Intercommunalité Communauté de Communes Vallées du Clain
Maire
Mandat
Christian Chaplain
2014-2020
Code postal 86160
Code commune 86148
Démographie
Gentilé Marnaisiens[1]
Population
municipale
695 hab. (2016 en augmentation de 7,09 % par rapport à 2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 23′ 49″ nord, 0° 20′ 36″ est
Altitude 120 m
Min. 96 m
Max. 144 m
Superficie 45,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Marnay

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Marnay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marnay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marnay
Liens
Site web http://www.marnay.fr/

Marnay est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

GéographieModifier

HydrographieModifier

Dans la bourg de Marnay coule la Clouère[2].

ClimatModifier

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

ToponymieModifier

Le nom du village proviendrait de l’anthroponyme gallo-romain Matrinius avec le suffixe latin de propriété -acum devenu -ec puis -ay et signifiant domaine de[3].

HistoireModifier

Durant la Seconde Guerre mondiale, plusieurs opérations pick up ont eu lieu au nord du village de Médelle, mais sur la commune d’Aslonnes[4].

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Chantal Thillet    
mars 2008 février 2011 Pascal Pascreau    
février 2011   Christian Chaplain    

Instances judiciaires et administrativesModifier

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel de Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Services publicsModifier

Les réformes successives de La Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste ou à leur transformation en simple relais. Toutefois, la commune a pu maintenir le sien.

DémographieModifier

En 2016, la commune comptait 695 habitants.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8188421 0457749791 0381 0299831 031
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9671 0061 0331 0561 0151 0041 0149701 015
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0731 000934910900901877766736
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
645571476473501531583591598
2013 2016 - - - - - - -
686695-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

En 2008, selon l’Insee, la densité de population de la commune était de 13 hab./km2 contre 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

ÉconomieModifier

Selon la direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Foret de Poitou-Charentes[8], il n'y a plus que 30 exploitations agricoles en 2010 contre 35 en 2000.

Les surfaces agricoles utilisées ont paradoxalement augmenté de 9 % et sont passées de 2 628 hectares en 2000 à 2 867 hectares en 2010 dont 666 sont irrigables[8]. Ces chiffres indiquent une concentration des terres sur un nombre plus faible d’exploitations. Cette tendance est conforme à l’évolution constatée sur tout le département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, chaque exploitation a gagné en moyenne 20 hectares[9].

48 % des surfaces agricoles sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orges et maïs), 24 % pour les oléagineux (colza pour 87 % de la surface et un peu de tournesol) , 15 % pour le fourrage et 6 % restent en herbes. En 2000, trois hectares (deux en 2010) étaient consacrés à la vigne[8].

Huit exploitations en 2010 (contre quinze en 2000) abritent un élevage de bovins (921 têtes en 2010 contre 1 190 en 2000). sept exploitations en 2010 (contre treize en 2000) abritent un élevage d'ovins (678 têtes en 2010 contre 1 036 têtes en 2000)[8]. Cette évolution est conforme à la tendance globale du département de la Vienne. En effet, le troupeau d’ovins, exclusivement destiné à la production de viande, a diminué de 43,7 % de 1990 à 2007[10]. L'élevage de volailles a connu une baisse: 413 têtes en 2000 répartis sur seize fermes contre 208 têtes en 2010 répartis sur onze fermes[8].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Dédiée à Saint-Pierre, l’église est en partie romane, façade, murs de la nef et abside. La façade présente un portail côté nord avec deux voussures brisées reposant sur des chapiteaux à palmettes. Les contreforts posés a posteriori empiètent sur le portail révélant que cet édifice a dû être stabilisé. De ce fait, la fenêtre est du côté sud, tandis qu'en partie haute le mur pignon est d'époque moderne. Une corniche ornée d'entrelacs reposant sur des modillons du XIIe siècle sépare les deux niveaux. On y voit du nord au sud une chouette, un joueur de vièle, ce qui semble être un acrobate (sculpture mutilée), un couple s'enlaçant et plus à l'est des modillons ornés de masques.

L'intérieur est sobre. La nef unique est éclairée par des baies présentant des vitraux fabriqués entre 1888 et 1891 dans les ateliers de L. Lobin, vitrailler de Tours. Ils comportent des armoiries de généreux donateurs.

Le vitrail d'axe du chœur représente un Saint Pierre, patron de l'église (1885). Dans le bras gauche du transept, au mur nord, un Saint Louis avec la Couronne d'épines dont il fit l'acquisition et pour laquelle il fit construire la Sainte Chapelle à Paris. Dans le bras droit du transept, au mur est, Sancta Agnes, « Sainte Agnès » (1891) et au mur sud, la Vierge dans une mandorle, les pieds sur un croissant de lune (1888). Dans la nef, au nord, le vitrail présente un Saint Jean-Baptiste (1889) et au mur ouest, on voit dans un médaillon un prêtre en étole et surplis, agenouillé (1889).

  • Dans la campagne, sur le coteau à proximité du lieudit Trancart, se trouve le Bitochon. Ce monument phallique sert de cheminée à une chambre troglodytique.

Avant d'arriver au bourg de Marnay, sur le côté de la route départementale D 742, il est possible de voir une stèle érigée à la mémoire d'un résistant, fusillé le 26 août 1944.

Personnalités liées à la communeModifier

NotesModifier

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 27/09/2008.
  2. Pierre Rossignol, Bernard Balusseau, Louis Vibrac, Le Horst, une histoire naturelle et humaine., Geste éditions, La Crèche, 2014, 165  p., (ISBN 978-2-36746-262-2)
  3. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Edition FLOHIC – 2002 – (ISBN 2-84234-128-7)
  4. Christian Richard, 1939-1945 : la guerre aérienne dans la Vienne, Geste éditions, , 348 p. (ISBN 2-84561-203-6), p. 71-76
  5. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. a b c d et e Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  9. Agreste – Enquête Structure 2007
  10. Agreste – Bulletin no 12 de mai 2013

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier