Ouvrir le menu principal

Marie Le Vern

femme politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Vern.

Marie Le Vern
Illustration.
Marie Le Vern en 2016.
Fonctions
Députée de la 6e circonscription
de la Seine-Maritime

(1 an, 9 mois et 23 jours)
Législature XIVe
Groupe politique SRC puis SER
Prédécesseur Sandrine Hurel
Successeur Sébastien Jumel
Conseillère départementale de la Seine-Maritime
élue dans le canton d'Eu
En fonction depuis le
(4 ans, 2 mois et 24 jours)
Avec Didier Régnier
Élection 29 mars 2015
Prédécesseur Didier Régnier
Conseillère municipale de Blangy-sur-Bresle

(1 an, 4 mois et 29 jours)
Élection 21 mars 2014
Maire Éric Arnoux
Conseillère générale de la Seine-Maritime
élue dans le canton de Blangy-sur-Bresle

(4 ans et 2 jours)
Élection 27 mars 2011
Prédécesseur Pierre Loin
Successeur Canton supprimé
Biographie
Date de naissance (36 ans)
Lieu de naissance Bois-Guillaume (Seine-Maritime)
Nationalité Française
Parti politique PS
Père Alain Le Vern
Diplômé de Université Panthéon-Assas

Marie Le Vern, née le à Bois-Guillaume, est une femme politique française.

Membre du PS, elle est actuellement conseillère départementale du canton d'Eu et a été députée de la 6e circonscription de la Seine-Maritime de 2015 à 2017.

Sommaire

BiographieModifier

Famille, enfance et jeunesseModifier

Native du Pays de Bray, Marie Le Vern est la fille d'Alain Le Vern. Elle étudie au lycée de Neufchâtel-en-Bray et pratique le judo.

Études et carrière professionnelleModifier

Elle étudie le droit à Assas[réf. nécessaire].

Elle travaille dans le secteur privé[réf. nécessaire] avant de devenir, en 2013, l'assistante parlementaire de Marie-Françoise Gaouyer.

Elle est depuis septembre 2017 Directrice des Relations Institutionnelles et de la Communication du groupe Sogaris.

Carrière politiqueModifier

Elle voit dans son père son « mentor » en politique[1]. Investie par le PS, elle est candidate suppléante aux élections législatives de 2007 dans la 12e circonscription de la Seine-Maritime ; elle est battue par Michel Lejeune[1].

Élue conseillère générale du canton de Blangy-sur-Bresle en 2011[2], elle devient la benjamine de l'assemblée départementale[1]. Elle occupe le poste de vice-présidente du conseil général de la Seine-Maritime à compter du . En mars 2014, elle est élue conseillère municipale d'opposition à Blangy-sur-Bresle, mandat qu'elle quitte à la suite son accession au mandat de députée en août 2015[3]. Elle est réélue en mars 2015, conseillère départementale du nouveau canton d'Eu en binôme avec Didier Régnier, maire de Saint-Rémy-Boscrocourt.

Fin août, elle remplace à l'Assemblée sa belle-mère Sandrine Hurel, dont elle était la suppléante, en raison de la prolongation de la mission de Sandrine Hurel sur la politique vaccinale française[4]. Cette passation de pouvoir permet au Parti socialiste d'éviter une élection législative partielle[5] et est commentée de manière critique dans la presse[6] et par l'opposition politique[7],[8].

Fin 2016, elle est investie par le PS pour être candidate à sa propre succession aux législatives de 2017[9].

En 2016, elle soutient Manuel Valls et devient l'une de ses huit porte parole de campagne pour la primaire citoyenne de 2017[10].

À l'occasion des élections législatives de 2017, elle se présente à un second mandat en portant l'étiquette socialiste. Avec moins de 10 % des voix, elle est battue dès le premier tour. Pour le second tour, elle appelle à voter pour Philippe Dufour (LREM) face au maire communiste de Dieppe Sébastien Jumel[11].

Mandats politiquesModifier

Mandats locauxModifier

Conseillère municipale de Blangy-sur-Bresle jusqu'en 2015

Conseillère générale du canton d'Eu depuis 2011, en binôme avec Didier Régnier, maire de Saint Rémy Boscrocourt

ParlementModifier

Elle fut, du 28 août 2015 au 20 juin 2017, députée de la 6e circonscription de la Seine-Maritime.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Anne-Marie Quéméner, « La nouvelle députée, Marie Le Vern, va devoir renoncer à un mandat local », sur courrier-picard.fr.
  2. Son suppléant est Francis Vallée.
  3. Blandine Bény-Thoreux, « Blangy-sur-Bresle : Marie Le Vern démissionne du conseil municipal », sur linformateur-leclaireur.fr, (consulté le 27 janvier 2017).
  4. Wassinia Zirar, « Une députée PS automatiquement remplacée à l’Assemblée nationale par sa belle-fille », Acteurs publics, (consulté le 26 août 2015)
  5. « La députée Sandrine Hurel cède son siège à sa belle-fille sans élection », sur lepoint.fr, (consulté le 27 janvier 2017).
  6. Franck Boitelle, « Politique : Sandrine Hurel pistonne sa belle-fille Marie Le Vern », sur paris-normandie.fr, (consulté le 27 janvier 2017).
  7. Le Scan politique, « Une députée cède son siège à sa belle-fille grâce à une mission gouvernementale », sur lefigaro.fr, (consulté le 27 janvier 2017).
  8. Vincent Michelon, « Une députée PS remplacée par sa belle-fille : cette dernière justifie sa nomination », sur lci.fr, (consulté le 27 janvier 2017).
  9. « Marie Le Vern candidate à sa succession pour les législatives en Seine-Maritime », sur linformateur-leclaireur.fr, (consulté le 27 janvier 2017).
  10. « Primaire à gauche : Valls présente son QG et son état-major de campagne », lesechos.fr, 14 décembre 2016.
  11. « Eliminée au 1er tour en Seine-Maritime, Marie Le Vern (PS) appelle à voter Dufour (LREM) le 18 juin face à Jumel (PCF) », sur paris-normandie.fr, (consulté le 17 septembre 2018).

Voir aussiModifier