Ouvrir le menu principal

Marcel Prenant

zoologiste, parasitologiste et homme politique français
Marcel Prenant
Fonction
Député
Marne
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Lucy Prenant (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Distinction

Eugène Marcel Prenant, né le à Champigneulles et mort le à Paris, est un zoologiste et parasitologiste français.

Sommaire

BiographieModifier

Origines et situation familialeModifier

Marcel Prenant est le fils de Caroline Simon[1] et d'Auguste Prenant, professeur à la faculté de médecine de Nancy et de Paris[2] et membre de l’Académie de médecine de 1911 à 1927[3].

Il se marie en 1917 avec une agrégée de philosophie, Lucy Soto, union dont naîtront un garçon, le géographe André Prenant, et une fille, la philosophe Jeannette Colombel[1].

Formation et carrière professionnelleModifier

Après l'obtention d'un double baccalauréat de mathématiques et de philosophie en 1909, il entre à l’École normale supérieure en 1911 et est licencié en sciences naturelles (1913)[4].

Au retour de la guerre, durant laquelle, officier dans l’infanterie, il est blessé en 1915[4], il reprend ses études et obtient son agrégation en 1919 et son doctorat en 1922 avec une thèse intitulée : Recherches sur le parenchyme des platyhelminthes, essai d'histologie comparée[1].

De 1919 à 1924, il est préparateur à l’École normale supérieure. Jusqu’en 1928, il est chef de travaux à la Station biologique de Roscoff. Il devient alors maître de conférences à la faculté des sciences de Paris, puis professeur sans chaire (1931) et professeur titulaire (1937).

Engagement politiqueModifier

Militant à la SFIO en 1913, Marcel Prenant opte pour le communisme lors de congrès de Tours en 1920[4]. Il participe activement au mouvement Amsterdam-Pleyel et est un des dirigeants du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes[1].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, il est officier près de Sedan avant d’être fait prisonnier par les Allemands. Prenant est libéré en 1941 car ancien combattant. Il est membre de la Résistance et réalise, pour les FTP, des modes d’emplois sur les armes utilisées par les résistants[1].

En 1942, il est chef d'état-major et chargé des relations avec les mouvements gaullistes. Marcel Prenant est arrêté par la Gestapo en 1944 et déporté en juin au camp de Neuengamme où il tombe gravement malade et d'où il est rapatrié en juin 1945[2].

Après sa convalescence, il est élu député et est membre du comité central du Parti communiste. En mars 1946, il témoigne à Hambourg au procès de Neuengamme des atrocités commises au camp de Neuengamme.

Seul biologiste du comité central, il est amené à examiner les thèses anti-génétiques de Lyssenko. Or, ayant lui-même défendu l'idée que le néo-darwinisme était parfaitement compatible avec l'idéologie du matérialisme dialectique[5] et, à l'inverse d'autres intellectuels non scientifiques comme Louis Aragon, restant critique à l'égard des contre-vérités scientifiques imposées par le système stalinien, il ne montre guère d'enthousiasme à soutenir la « science populaire » ainsi prônée par le lyssenkisme. Au XIIe Congrès du PCF en 1950, il est écarté du Comité central, tout comme Jean Chaintron.

Il retrouve ce dernier, quand après le référendum de septembre 1958, il démissionne du parti et rejoint le groupe communiste oppositionnel « Unir pour le socialisme ». En 1962 il devient le directeur de l'organe mensuel Le Débat communiste, où s'expriment des communistes exclus du PCF, renommé Unir-Débat à partir de 1967[2]. Il quitte cette fonction après mai 1968[6].

Liste partielle des publicationsModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • 1924 : avec Georges Teissier (1900-1972), Notes éthologiques sur la faune marine sessile des environs de Roscoff, cirripèdes, bryozoaires, hydraires, PUF (Paris) : 50 p.
  • 1933 : Géographie des animaux, Armand Colin (Paris) : 199 p.
  • 1933 : La Vie, l'évolution des espèces et le marxisme, (Cahiers du Contre enseignement prolétarien, Paris, mars 1933 : 32 p.)
  • 1934 : Adaptation, écologie et biocoenotique, Hermann (Paris) : 60 p.
  • 1935 : Biologie et marxisme, Éditions sociales internationales (Paris) : 271 p. – réédité et augmenté en 1948, Editions Hier et Aujourd'hui.
  • 1935 : Leçons de zoologie, Hermann (Paris) : 95 p.
  • 1936 : Traité de sciences naturelles, conforme aux programmes officiels des Écoles primaires supérieures, Carus (Paris) : 466 + xxviii p.
  • 1937 : Darwin, Éditions sociales internationales (Paris) : 323 p.
  • 1946 : Darwin, Éditions Hier et aujourd'hui (Paris) : 222 p.
  • 1951 : Les Problèmes de l'histochimie et la biologie cellulaire, Hermann (Paris) : xiii + 287 p.
  • 1971 : Clefs pour la biologie, Seghers (Paris) : 350 p.
  • 1980 : Toute une vie à gauche, Encre (Paris) : 334 p.

RéférencesModifier

  1. a b c d et e Charle Christophe, Telkès Eva. Prenant (Eugène, Marcel), in, Les Professeurs de la faculté des sciences de Paris, 1901-1939, Dictionnaire biographique (1901-1939) Paris : Institut national de recherche pédagogique, 1989. p. 235-238. (Histoire biographique de l'enseignement, 25).
  2. a b et c Jeannine Verdès-Leroux, « PRENANT Marcel [PRENANT Eugène, Marcel] [version J. Verdès-Leroux] », sur Le Maitron.
  3. Académie nationale de médecine - PARIS - Annuaire, cths.fr
  4. a b et c Yann Kindo, « PRENANT Eugène, Marcel », sur Le Maitron.
  5. Notamment dans le tout premier numéro de La Pensée (Revue du Rationalisme moderne) paru en 1939. Cf. L'affaire Lyssenko: 1948, Joël Kotek et Dan Kotek, Éditions Complexe, 1986 (ISBN 2-87027-187-5), 9782870271872, 238 pages.
  6. Cf. l'autobiographie de Marcel Prenant, Toute une vie à gauche, p. 319-321.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Christophe Charle et Eva Telkes (1989). Les Professeurs de la Faculté des sciences de Paris. Dictionnaire biographique (1901-1939), Institut national de recherche pédagogique (Paris) et CNRS Éditions, collection Histoire biographique de l’Enseignement : 270 p. (ISBN 2-222-04336-0)

Liens externesModifier

Prenant est l’abréviation habituelle de Marcel Prenant en zoologie.
Consulter la liste des abréviations d'auteur en zoologie