Ouvrir le menu principal

Manfred Trojahn

compositeur

BiographieModifier

Manfred Trojahn a commencé ses études musicales en 1966 à l'école de musique de la ville de Brunswick. Après avoir obtenu son diplôme en 1970, il a terminé ses études en tant que flûtiste à la Hochschule für Musik und Theater de Hambourg avec Karlheinz Zöller (en). En 1971, il a étudié la composition avec Diether de la Motte (de). Il a également suivi des classes de maître avec György Ligeti, et a pris des leçons de direction d'orchestre avec Albert Bittner (de).

Depuis 1991, il est professeur de composition à la Robert-Schumann-Hochschule Düsseldorf (de). De 2004 à 2006, il était président de la Deutscher Komponistenverband (de) (Association des compositeurs allemands). Depuis 2008, il est vice-directeur de la section musique de l'Académie des arts de Berlin.

Manfred Trojahn est marié avec Dietlind Konold (de) créatrice de costumes et de décors de théâtre. Il vit à Düsseldorf et Paris.

ŒuvresModifier

CompositionsModifier

Œuvres pour la scèneModifier

OpérasModifier
  • Enrico. Comédie dramatique en 9 scènes (1989–91). Livret: Claus H. Henneberg (de) (d'après Enrico IV [1922] de Luigi Pirandello). Création le à Schwetzingen (Festspiele; avec Richard Salter [Enrico], Trudeliese Schmidt [Marchesa Matilda Spina], Frances Lucey [Frida], Lars Magnusson [Carlo di Nolli], Hans Günter Nöcker [Barone Tito Belcredi], Jan Zinkler [Dottore], Eberhard Lorenz [Landolfo / Lollo], Peter Umstadt [Bertoldo], Thomas Mohr [Arialdo / Franco], Rüdiger Trebes [Ordulfo], Nikolaus Hillebrand [Giovanni]; chef: Dennis Russell Davies, Regie und Bühnenbild: Peter Mussbach)
  • Merlin-Prolog (1995/96) pour soli, chœur et orchestre. Livret: Tankred Dorst (Fragment d'un opéra prévu Merlin). Création le (version de concert) à Düsseldorf (Tonhalle (en); avec Anke Krabbe, Iwona Lesniowska, Véronique Parize, Katarzyna Kunico, Iryna Vakula [Engel], Manfred Fink [Geist der Unterwelt], Heikki Kilpeläinen [Merlin], Sami Luttinen [Teufel]; Musikverein Düsseldorf, Düsseldorfer Symphoniker, chef: John Fiore)
    • Autres pièces en relation avec le Merlin de Tankred Dorst:
      • Symphonie no 4 (1992) pour ténor et orchestre: voir ci-dessous Musique vocale
      • Ginevras Lied (1995) pour violon: voir ci-dessous Musique de chambre
      • Drei Stücke zu « Merlin » (1993–98): Cornisches Nachtlied (1993/94) – Galahads Tanz (1998) – Dunkel – im gleißend hellen Licht (1995) – voir ci-dessous Œuvres pour ensembles ou orchestres
  • Was ihr wollt. Opéra en 4 actes (1997/98). Livret: Claus H. Henneberg (d'après Twelfth Night, or What You Will [~1600] de Shakespeare). Création le à Munich (Bayerische Staatsoper; avec Rainer Trost (de) [Orsino], Roman Sadnik [Sebastiano], Karl Helm [Antonio], Dale Duesing [Sir Toby Belch], Eberhard Lorenz [Sir Aguecheek], Jan Zinkler [Malvolio], Bjørn Waag [Narr], Jeanne Piland (de) [Olivia], Julie Kaufmann [Maria], Íride Martínez [Viola / Cesario], Michael Elliscasis, Thomas Cooley, Markus Butter (de), Rüdiger Trebes [Männer / Gerichtsdiener]; chef: Michael Boder, Regie und Bühnenbild: Peter Mussbach, Kostüme: Andrea Schmidt-Futterer)
  • Limonen aus Sizilien. Drei italienische Geschichten (2002/03; révisé en 2004). Livret: Wolfgang Willaschek (d'après Luigi Pirandello et Eduardo De Filippo). Création le Cologne (Oper; chef: Jürg Henneberger, Regie: Günter Krämer, Bühnenbild: Ulrich Schulz, costumes: Falk Bauer). Création de la version révisée le à Würzburg (Musikhochschule; Ensemble des Mainfranken Theaters, chef: Daniel Klajner, mise en scène: Manfred Trojahn, Costumes: Dietlind Konold)
    • 1. Der Schraubstock – 2. Limonen aus Sizilien – 3. Eine Freundschaft
  • La grande magia (Der große Zauber; 2006–08). Opéra en 5 scènes. Livret: Christian Martin Fuchs (de) (adaptation libre de la pièce de Eduardo De Filippo). Création le à Dresde (Semperoper, avec Marlis Petersen (de) [Marta Di Spelta], Rainer Trost [Calogero Di Spelta], Andrea Ihle (de) [Matilde Di Spelta], Sabine Brohm [Rosa Intrugli], Gerald Hupach [Oreste Intrugli], Jürgen Commichau [Marcello Polvero], Jonas Gudmundsson [Gregorio Polvero], Christoph Pohl [Mariano D’Albino], Urban Malmberg [Otto Marvuglia], Barbara Hoene [Zaira], Tom Martinsen [Arturo Recchia], Romy Petrick [Amelia]; chef: Jonathan Darlington, mise en scène: Albert Lang, décors: Rosalie)
  • Orest (2011). Livret du compositeur (d'après Oreste d'Euripide). Création le à Amsterdam (De Nederlandse Opera (DNO) au Muziektheater), avec Dietrich Henschel (Orest), Rosemary Joshua (Helena), Sarah Castle (Elektra), Romy Petrick (de) (Hermione), Johannes Chum (Menelaos), Finnur Bjarnason (Apollo), chef: Marc Albrecht, mise en scène: Katie Mitchell.
Musiques de scèneModifier

Musique vocaleModifier

a cappellaModifier
  • Madrigal (1975) pour chœur mixte à 8 voix a cappella. Texte:? (du 4e livre des madrigaux de Carlo Gesualdo). Création en 1980 à Zurich (Berner IGNM-Vocalsolisten, chef: Hans Eugen Frischknecht)
  • Zwei Motetten (1984) pour chœur mixte à 8 voix a cappella. Création le à Hanovre (Jugendchor Osnabrück, chef: Johannes Rahe)
1. Agnus Dei – 2. Lux aeterna
  • Ave Maria (1991) pour 8 voix a cappella. Création le à Brunswick (Ensemble Musical Contemporain, chef: Guy Maneveau)
  • Trois Chansons (1987/92/93) pour 2 sopranos. Texte: Guillaume Apollinaire. Création (no 1) le à Saint-Pétersbourg (Ingrid Ade, Monika Bair); (no 2) le à Toronto (St. George the Martyr Church; Jane Archibald, Tamara Hummel)
1. Aubade à Laetare un an passé[1] – 2. Automne[2] – 3. Le pont Mirabeau[3]
    • Transcription pour 2 clarinettes: voir ci-dessous Musique de chambre
  • Quatre Études pour «Quitter» (1999) pour 4 voix a cappella. Texte: René Char. Création le à Stuttgart (Ensemble Exvoco: Monika Meier-Schmid [soprano], Hanna Liska-Auerbacher [Alt], Berthold Schmid [ténor], Ewald Liska [basse])
1. Contrevenir – 2. Aux riverains de la sorgue – 3a. Dormez… – 3b. Le probe tombeau – 3c. L’écriture d’un bleu fanal… – 3d. Sommeil… – 4. Fontis
1. Salve Regina – 2. Ave verum corpus – 3. Ave Maria
avec instrumentsModifier
  • Hommage au temps perdu (1975). Deux pièces pour soprano (Vocalises), flûte, clarinette, violoncelle et célesta (piano). Création le à Hitzacker (Sommerliche Musiktage; avec Audrey Michael [Soprano])
1. Presto possibile – 2. Moderato molto
  • Architectura caelestis (1976) pour 8 voix de femmes (ad libitum choristes; vocalises) et Orchestre. Création le à Royan (Orchestre Philharmonique des pays de la Loire, chef: Friedrich Cerha). – (Le titre vient du livre Architectura caelestis. Die Bilder des verschollenen Stils de Ernst Fuchs)
  • Risse des Himmels (1968/77). 4 chants pour soprano, flûte et guitare. Texte: Johannes Poethen. Création le Hambourg (Alrun Salbert-Zahoransky [Sopran], Maren Diestel [Flûte], Willy Bayer [guitare])
1. Vorfrühling. Moderato, molto rubato – 2. Wunschmond. Molto Adagio, rubato – 3. Kleine Sonne. Allegro molto – 4. Spät. Molto moderato, sempre rubato
  • …stiller Gefährt der Nacht (1978) pour soprano, flûte, violoncelle, percussion (1 instrumentiste) et célesta (piano). Texte: Friedrich Gottlieb Klopstock. Création le Karlsruhe (Stuttgarter Ensemble für Neue Musik, chef: Manfred Trojahn)
  • Streichquartett Nr. 2 (1979/80) avec clarinette et mezzo-soprano. Texte: Georg Trakl. Création en 1980 à Paris (Radio France)
Vokalsätze: 2. Melancholie – 4. Der Schlaf – 5. In Venedig
  • Elegía del tiempo final (1981/82) für hohen Tenor, Bassflöte, Bassklarinette, Kontrafagott, 2 Violen, Violoncello und Cembalo. Texte: Miguel Ángel Bustos. Création le Cologne (Musikhochschule; Wolfgang Isenhaar [ténor], André Sebald [flûte basse], Rüdiger Krey [clarinette basse], Ilka Wagner [contrebasson], Ulrich Knörzer, Peter Schmitz [alto], Matthias Hofmann [violoncelle], Winfried Berger [clavecin], chef: Manfred Trojahn)
  • Fünf See-Bilder (1979–83) pour mezzo-soprano et grand orchestre. Texte: Georg Heym. Création le à Hambourg (Irène Jarsky [Mezzosoprano], Philharmonisches Staatsorchester, chef: Sylvain Cambreling)
1. (Orchesterstück; 1979/80) – 2. Schatten von Kähnen… (1981) – 3. Gegen Norden[4] (1981) – 4. Das schwarze Wasser… (1981/83) – 5. Der Tod der Liebenden[5] (1983)
  • Quattro Madrigali (1983) pour chœur mixte à 8 voix (avec solistes), 4 altos et 4 violoncelles. Texte: Michelangelo. Création le à Stuttgart (Südfunk-Chor Stuttgart, Hans-Gerd Brünig, Angelika Wollmann, Ortrun Wieck, Heinrich Baumann [altos], Andreas Schmid, Karl Eberhard, Jürgen Gerlinger, Klaus Schade [violoncelles], chef: Klaus Martin Ziegler)
1. Che fia dopo molt’anni di costei[6] – 2. In me la morte[7] – 3. Amor, la tua belta[8] – 4. In quel medesmo tempo[9]
1. Kindheit – 2. Ein Kreuz ragt – 3. Geburt – 4. Im Frühling – 5. Nachtwandlung, Tod und Seele – 6. Da der Tag hinsank – 7. Es kehret der Heimatlose zurück – 8. Münch… – 9. Im Frühling – 10. Nächtliche Buchen – 11. Schneeige Nacht
    • Transcription pour mezzo-soprano et 14 instruments: Nachtwandlung (1983/84). Création le à Paris (Centre Pompidou; Liat Himmelheber, Ensemble 2e2m [Champigny], chef: Fharad Mechkat)
  • Die Nachtigall (1984) pour 2 sopranos, mezzo-soprano et 3 clarinettes. Texte: Clemens Brentano. Création le à Hanovre (Hochschule für Musik; Sabine Szameit, Rosalind Martin [Sopran], Andrea Gropp [Mezzo-soprano], Martin Spangenberg, Rigmor Henriksen, Willibald Vogel [clarinettes])
  • Requiem (1983/85) pour solistes, chœur mixte à 8 voix et orchestre de chambre. Création le à Brunswick (Martinikirche; Ingrid Ade [soprano], Liat Himmelheber [Mezzo-soprano], Richard Salter [Baryton], Kantorei, chef: Werner Burkhardt)
  • Spätrot (1987). Quatre chants pour Mezzo-soprano et piano. Texte: Karoline von Günderrode. Création le (no 1, 3, 4) à Hambourg (Hochschule für Musik; Liat Himmelheber [Mezzo-soprano], Axel Bauni [piano])
1. An Melete[10] – 2. Liebst du das Dunkel[11] – 3. Hochrot[12] – 4. Seh’ ich das Spätrot[13]
  • Lieder auf der Flucht (1988/89). 15 Gesänge und 5 Intermezzi für Bariton, Gitarre und 13 Instrumente. Texte: Ingeborg Bachmann. Création le à Frankfurt am Main (Kurt Widmer [baryton], Reinbert Evers [guitare], Ensemble Modern, chef: Lothar Zagrosek)
  • Grodek (1991) pour baryton, clarinette, cor, basson et cordes (1.1.1.1.1). Texte: Georg Trakl[14]. Création le à Berlin (Georg Christoph Biller [baryton], Scharoun Ensemble, chef: Friedrich Goldmann)
  • Symphonie no 4 (1992) pour ténor et orchestre. Texte: Tankred Dorst. Création le à Hambourg (Eberhard Lorenz [ténor], Philharmonisches Staatsorchester, chef: Gerd Albrecht)
  • O nott’, o dolce tempo (1994/95). Konzertarie für Tenor und Orchester. Texte: Michelangelo[15]. Création le à Düsseldorf (Eberhard Lorenz [ténor], Düsseldorfer Symphoniker, chef: Manfred Trojahn)
  • Frammenti di Michelangelo (1995) pour soprano coloratura, 12 vents et contrebasse. Création le à Cologne (Julie Kaufmann [soprano], Klaus Stoll [contrebasse], vents du Berliner Philharmoniker, chef: Manfred Trojahn)
  • Die Geschichte der Pfeile (1995). Vier Arien und ein Ensemble für 4 Frauenstimmen und Orchester. Texte: Tankred Dorst (tiré de Die Geschichte der Pfeile). Création le à Cologne (Andrea Andonian, Ute Döring, Iride Martínez, Regina Mauel [Pfeile], Gürzenich-Orchester, chef : Manfred Trojahn)
  • Three Songs (1996) pour soprano et orchestre. Texte: Alfred Tennyson. Création le Berlin (Iride Martínez [soprano], Deutsches Sinfonie-Orchester Berlin, chef: Manfred Trojahn
1. Elaine’s Song – 2. Vivien’s Song – 3. Guinevere’s Song
  • Palinsesto (1996) pour soprano et quatuor à cordes (unter Einbeziehung des Liedes Nähe des Geliebten de Goethe / Schubert). Création le à Saarbrücken (Juliane Banse [Soprano], Cherubini-Quartett)
  • Liebeslieder (1997) pour soprano et orchestre. Texte: Heinrich Heine. Création le à Düsseldorf (Iride Martínez [Soprano], Düsseldorfer Symphoniker, chef: Johannes Fritzsch)
  • Canti ed intermezzi (1999) pour chœur mixte à 4 voix et orchestre. Texte: Michelangelo. Création le à Hanovre: NDR-Chor Hamburg, Radio-Philharmonie Hannover des NDR, chef: Manfred Trojahn)
1. Di te me veggo[16] – 2. Intermezzo primo – 3. Dagli occhi del mie ben[17] – 4. Intermezzo secondo – 5. O nott’, o dolce tempo[15]
1. Se l’alma é ver…[18] – 2. Ben posson gli occhi mie[19] – 3. Occhi mie[20]
  • Three Songs (2002; in memoriam Bertold Hummel) pour mezzo-soprano, flûte, clarinette basse, violon, alto, violoncelle et piano. Texte: John Keats. Création le à Nuremberg (Liat Himmelheber [Mezzo-soprano], Ars nova ensemble, chef : Werner Heider)
1. When I have Fears that I may cease to be[21] – 2. To Sleep[22] – 3. Bright Star! would I were steadfast as thou art[23]
1. Wieder („Und wieder für den Frühling / hat sie sich entschieden…“) – 2. Gegenstrophen eines Allergikers („Proserpina, / der Unterwelt entstiegen…“)
1. Perc’ all’ estremo adore…[24] – 2. Beati voi…[25] – 3. Che fie di me?[26]
1. Chant d’insomnie I (cordes) – 2. Lettera amorosa (Texte anonyme überliefert; 2 sopranos et cordes) – 3. Chant d’insomnie II (Rilke; 1. soprano et quatuor) – 4. Chanson (Ronsard; 2 sopranos et 2 violons) – 5. Fuggite, amanti, Amor[27] (Michelangelo; 2. sopranos et cordes) – 6. Chant d’insomnie III (quatuor) – 7. Lied (Rilke; 2 sopranos et cordes)

Œuvres pour ensembles ou orchestresModifier

Symphonies
Besetzung: 3.3.3.3 – 4.3.3.1 – Pauken – Schlagzeug (4 Spieler) – Harfe – Celesta – Streicher
Besetzung: 3(+2Picc,+AFl).2.EH.3(+Es-Klar).BKlar.2.KFag – 4.3.3.1 – Pauken – Schlagzeug (3 Spieler) – Harfe – Streicher
Besetzung: 3(+Picc,+BFl).2.EH.2.BKlar.2.KFag – 4.3.3.1 – Pauken – Schlagzeug (3 Spieler) – Harfe – Celesta – Streicher
Besetzung: 4(+2Picc,+AFl).2.EH.Heckelphon.2.BKlar.KbKlar.3.KFag – 4.4.3.KbPos.KbTb – Schlagzeug (5 Spieler) – Harfe – Streicher
Autres œuvres pour Orchestre
Besetzung: 1.1.1.1 – 1.0.0.0 – Harfe – Celesta – Streicher: 1.1.1.1.1 (ad libitum chorisch)
1. Marcia – 2. Moderato – 3. Lento – 4. Elegia – 5. Capriccio

Soliste et Orchestre / EnsembleModifier

Musique pour instruments à clavierModifier

PianoModifier
1. Nocturne – déjà là, printanier crépuscule – 2. Montagne déchirée (2006) – 3. La danse retournée – 4. La montée de la nuit (2007) – 5. Rêverie «nu au jardin» – 6. Tel un souper dans le vent (2008)
OrgueModifier

Musique de chambreModifier

SoliModifier
  • Fantasia per Chitarra (1979; Einrichtung: Reinbert Evers). Création le à Stuttgart (Reinbert Evers)
  • Sonata und Barcarola (1988/89) pour guitare (tiré de: Lieder auf der Flucht d'après Ingeborg Bachmann – voir ci-dessous Compositions vocales)
  • Ginevras Lied (1995) pour violon. Création le à Hambourg (Stephan Frucht)
DuosModifier
  • Objet trouvé (1968/77) pour flûte et clavecin. Création le à Breme (Maren Diestel [flûte], Karl Bergemann [clavecin])
  • Sonata I (1983) pour violon et piano. Création le à Mannheim (Hiroshi Nishida [violon], Paul Dan [piano])
  • Sonata II (1983) pour violoncelle et piano. Création le à Hambourg (David Geringas [violoncelle], Peter Roggenkamp [piano])
  • Trois Morceaux (1987/92/93) pour 2 clarinettes
1. Aubade – 2. Automne – 3. Le pont Mirabeau
  • Danse (Pastiche en hommage à Olivier Messiaen)
    • Transcription pour violon et piano (1997). Création le à Cologne (Schauspielhaus; comme musique de scène pour Mephisto d'Ariane Mnouchkine d'après Klaus Mann; Christian Ludwig [violon], Jörg Ritter [piano])
    • Fassung für Klarinette und Klavier (2000). Création le Heidelberg (Heribert Eckert [clarinette], Tim Schwarz [piano])
QuatuorsModifier
Quatuors à cordes
  • Deux pièces brèves (1973). Création le à Aurillac
  • Quatuor à cordes no 1 (1976). Durée: ~24 min. Création le à Baden-Baden (Berner Streichquartett)
1. Moderato, molto rubato – 2. Nachtmusik – 3. Coda. Lento
1. Molto adagio – 2. Sehr zart, äußerst langsam – 3. Agitato – 4. Sehr langsam, mit äußerster Ruhe
1. „…wenn uns nicht im Finstern hält die Zeit…“ (III. Act, 1. Scene) – 2. „Nicht kam ein Wort zu mir…“ (I. Act, 1. Scene). Starr, senza espressione – 3. „…Marmornen Glanz…“ (III. Act, Chor). Sehr zart – 4. „…dieselben Stöße… der Seele…“ (III. Act, 3. Scene). Gravissimo – 5. „O mir! grad vor dem Tode / Ist diß das Wort.“ (III. Act, 3. Scene) – 6. „…Und nicht, wohin ich gehe.“ (V. Act, 3. Scene). Lentissimo
1. Molto moderato – 2. Moltissimo vivace (Erste fremde Szene) – 3. Lento, rubato – 4. Andante, leggiero, sempre un poco staccato (Zweite fremde Szene)
Autres Quatuors
QuintettesModifier
  • Soleares (1988). Deux pièces pour piano et quatuor à cordes. Création (Nr. 1) le à Brunswick (David Levine [piano], Auryn-Quartett); (Nr. 2) le à Cologne (David Wilde [piano], Auryn-Quartett)
  • Sonata III (1991/95) pour quintette de bois. Création le à Stuttgart (Tage für Neue Musik; Aulos-Quintett)
  • Printemps. Sonata IV (Pastiche en hommage à Maurice Ravel) (1995) pour flûte et quatuor à cordes. Création le à Wuppertal (Michael Faust [flûte], Auryn-Quartett)
SextuorsModifier
  • Les couleurs de la pluie (1974) pour 5 flûtes et flûte basse. Création le à Hambourg
SeptuorsModifier
  • Poème abandonné (1989; in memoriam Egon Karl Nicolaus [1928–1988]) pour quatuor de saxophones, alto, violoncelle et contrebasse. Création le à Lemberg (Raschèr Saxophone Quartet, Trio-Basso)
  • Toutes ces choses sont passées comme l’ombre et comme le vent (1997) für Flöte, Klarinette, Posaune, Violine, Violoncello, Schlagzeug und Klavier. Création le Düsseldorf (Ensemble offene Form, chef: Manfred Trojahn). – (Der Titel zitiert die Schlussverse des Gedichts Quand nous habitions[29] [1844] de Victor Hugo)
OctuorModifier
  • Kammerkonzert (1974) pour 2 flûtes, 2 clarinettes, violon, violoncelle, clavecin et piano. Création le à Hambourg (Varius-Ensemble, chef: Diether de la Motte)
1. Moderé – vif avec nervosité – 2. Pas de deux – 3. Jeux – 4. Sons et lumière

TranscriptionsModifier

1. Dimmi, ben mio, che m’ami op. 84,1 (1811; Texte:?) – 2. T’intendo si, mio cor op. 84,2 (1810; Texte: Pietro Metastasio) – 3. In questa tomba oscura WoO 133 (1806/07, Texte: Giuseppe Carpani) – 4. L’amante impaziente. Arietta assai seriosa op. 84,3 (1810; Texte: Pietro Metastasio) – 5. L’amante impaziente. Arietta buffa op. 84,4 (1810; Texte: Pietro Metastasio)

EssaisModifier

ÉlèvesModifier

RéférencesModifier

  1. Aubade chantée à Lætare un an passé en français dans Wikisource
  2. Automne (Apollinaire) en français dans Wikisource
  3. Le Pont Mirabeau en français dans Wikisource
  4. Gegen Norden auf zeno.org
  5. Der Tod der Liebenden auf zeno.org
  6. Rime (Michelangelo)/50. Che fie doppo molt'anni di costei en italien dans Wikisource
  7. Rime (Michelangelo)/37. In me la morte, in te la vita mia en italien dansWikisource
  8. Rime (Michelangelo)/49. Amor, la tuo beltà non è mortale en italien dans Wikisource
  9. Rime (Michelangelo)/65. In quel medesmo tempo ch'io v'adoro en italien dans Wikisource
  10. An Melete auf wortblume.de
  11. Liebst du das Dunkel auf wortblume.de
  12. Hochrot auf wortblume.de
  13. Seh’ ich das Spätrot auf wortblume.de
  14. Grodek dans Projet Gutenberg
  15. a et b Rime (Michelangelo)/102. O notte, o dolce tempo, benché nero en italien dans Wikisource
  16. Rime (Michelangelo)/15. Di te me veggo e di lontan mi chiamo en italien dans Wikisource
  17. Rime (Michelangelo)/30. Dagli occhi del mie ben si parte e vola en italien dans Wikisource
  18. Rime (Michelangelo)/126. Se l'alma è ver, dal suo corpo disciolta en italien dans Wikisource
  19. Rime (Michelangelo)/166. Ben posson gli occhi mie presso e lontano en italien dans Wikisource
  20. Rime (Michelangelo)/229. Occhi mie, siate certi en italien dans Wikisource
  21. bartleby.com
  22. bartleby.com
  23. bartleby.com
  24. Rime (Michelangelo)/91. Perc'all'estremo ardore en italien dans Wikisource
  25. Rime (Michelangelo)/134. Beati voi che su nel ciel godete en italien dans Wikisource
  26. Rime (Michelangelo)/22. Che fie di me? che vo' tu far di nuovo en italien dans Wikisource
  27. Rime (Michelangelo)/27. Fuggite, amanti, Amor, fuggite 'l foco en italien dans Wikisource
  28. Gesänge vom Ende der Geschichte in FAZ du 21 décembre 2012, Sete 34
  29. Quand nous habitions auf florilege.free.fr

Liens externesModifier