Ouvrir le menu principal

Magadan

ville de Russie

Magadan
(ru) Магадан
Blason de Magadan
Héraldique
Drapeau de Magadan
Drapeau
Magadan
Vue générale de Magadan depuis les montagnes environnantes.
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Extrême-Orient
District fédéral Extrême-oriental
Sujet fédéral Drapeau de l'oblast de Magadan Oblast de Magadan
Maire Vladimir Petrovitch Petcheny
Code postal 685000 — 685031
Code OKATO 44 401
Indicatif (+7) 4132
Démographie
Population 95 048 hab. (2013)
Densité 528 hab./km2
Géographie
Coordonnées 59° 33′ nord, 150° 47′ est
Altitude 70 m
Superficie 18 000 ha = 180 km2
Fuseau horaire UTC+11:00 (MAGT)
Heure de Magadan
Divers
Fondation 1929
Statut Ville depuis 1939
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oblast de Magadan

Voir sur la carte administrative de l'Oblast de Magadan
City locator 14.svg
Magadan

Géolocalisation sur la carte : Russie

Voir la carte administrative de Russie
City locator 14.svg
Magadan

Géolocalisation sur la carte : Russie

Voir la carte topographique de Russie
City locator 14.svg
Magadan
Liens
Site web www.magadangorod.ru
Sources

Magadan (en russe : Магадан) est une ville de Russie, un port maritime de Sibérie orientale et la capitale administrative de l'oblast de Magadan, dans l'Extrême-Orient russe. Sa population s'élevait à 95 048 habitants en 2013.

GéographieModifier

ÉconomieModifier

Magadan est un important port de la mer d'Okhotsk, normalement libre de glace de mai à décembre, situé à 5 910 km à l'est de Moscou et à 1 655 km au nord-est de Khabarovsk. Ses principales activités économiques sont l'exploitation de mines d’or, une distillerie, des usines agroalimentaires (pâtes et saucisses), les constructions navales et la pêche en mer d'Okhotsk. La ville possède également un aéroport, une église orthodoxe somptueuse récente et une petite église catholique (voir l'article en détail : Église de la Nativité de Magadan), datant de 2002, dans laquelle une chapelle est dédiée à la mémoire des victimes des camps.

Organisation administrativeModifier

La Kolyma, dont Magadan est la capitale, est divisée en 8 districts, 34 villes, 33 administrations rurales, une ville sous juridiction régionale, et une ville sous juridiction du district. Elle est riche en ressources minérales de toutes sortes : or, argent, cuivre, étain, tungstène, mercure, pétrole, antimoine ; mais elle est très isolée du reste du pays : la grande ville la plus proche est Iakoutsk à 2 200 km, reliée à Magadan par la « Route des Os », non revêtue et souvent impraticable. La ville de Magadan (District fédéral extrême-oriental) en est donc le centre régional depuis 1953.

HistoireModifier

Entre les années 1865 et 1899, la région de la Kolyma a fait l’objet d’expéditions hydrographiques, archéologiques et géographiques. À partir de 1900, les zones côtières de la région de Magadan ont été étudiées par la Société de géographie (branche Khabarovsk). Magadan n'était encore qu’un petit village de baraques de pêcheurs, qui profitaient des eaux particulièrement poissonneuses, dans des conditions de vie parfois extrêmes. Dès 1912, la baie de Volchok a été renommée Nagaevo Bay et a vu les premières expéditions géologiques officielles afin d’évaluer ses ressources minières.

La construction datée du village de Magadan en tant que tel a vraiment commencé en juin 1929 avec l’arrivée dans la baie du vapeur Henri Rivière chargé d’hommes, de matériels et de matériaux[1].

À partir de février 1932, sous la houlette d’Edouard Berzine[2], nommé personnellement par Staline, et chef, depuis 1931, de la Dalstroï (Société de construction des routes et de l'industrie dans la région de la Haute-Kolyma), la ville va voir transiter des centaines de milliers de déportés russes, ukrainiens, polonais, allemands, japonais, etc., prisonniers destinés à extraire les métaux précieux des montagnes, et à périr dans les camps de travail redoutables en raison des conditions hivernales extrêmes qui y régnaient.

Varlam Chalamov (1907-1982), dans les Récits de la Kolyma, décrit l’enfer du Goulag (Direction principale des camps de travail), tout comme Pavel Galitsky[3], eux qui n’auront vu de la ville, que son port et la route qui menait aux camps.

Michel Solomon (1909-1994) relate sa captivité à Magadan dans L'Enfer de la Sibérie. Arrêté le 7 février 1948, il est envoyé à Magadan, dont il ne rentre que dix-sept ans plus tard. Relâché en 1964, il émigre au Canada.

Une route reliant Magadan à Iakoutsk est construite, appelée route des os[4] en raison du nombre de prisonniers qui y moururent lors de sa construction : les cadavres furent incorporés directement dans la chaussée. Quelques-uns ont survécu qui sont restés célèbres, comme le jazzman Eddie Rosner. Un mémorial bâti sur une colline dominant la ville, Le Masque de l'Affliction[5], rend hommage aux victimes de cette période.

La ville de Magadan abrite aujourd'hui environ 96 000 habitants, mais, avec sa région, passe, en une dizaine d'années, de quelques centaines d’habitants (700 recensés en 1926) à plus de 152 000 en 1939, et autour de 500 000 en 1989, pour se stabiliser dans les années 2010 autour de 150 000[6].

En 1939, Magadan reçoit le statut de ville, et devient, en 1953, le centre de la plus grande région russe en termes de territoire. Son déclin commence en 1953 après la mort de Staline et la fermeture des « camps de la mort » décidée par Nikita Khrouchtchev, pour finir en 1991 avec la dislocation de l'Union soviétique.

PopulationModifier

Recensements (*) ou estimations de la population[7]

Évolution démographique
1926 1939 1959 1970 1979
70027 31362 22592 105121 250
1989 2002 2010 2012 2013
151 65299 39995 68295 46395 048

GalerieModifier

ClimatModifier

Le climat de Magadan est subarctique (type Dwc de la classification de Köppen). Les hivers sont longs et très froids avec des températures inférieures à zéro durant parfois plus de six mois de telle sorte que le sol reste continuellement gelé en profondeur. Le pergélisol et la toundra composent la majeure partie de l'environnement. Sur les bords de la mer d'Okhotsk, les températures s'échelonnent de −22 °C en janvier à 12 °C en juillet et dans l'arrière-pays de −38 °C en janvier à 16 °C en juillet. La neige recouvre le sol en moyenne 194 jours par an à Magadan entre la mi-octobre et la mi-mai. La hauteur de neige atteint 21 cm en décembre (hauteur maximale : 105 cm)

  • Température record la plus froide : −34,6 °C (janvier 1954)
  • Température record la plus chaude : 26,0 °C (juillet 1998)
  • Nombre moyen de jours avec de la neige dans l'année : 108
  • Nombre moyen de jours de pluie dans l'année : 88
  • Nombre moyen de jours avec de l'orage dans l'année : 2
  • Nombre moyen de jours avec du blizzard dans l'année : 49
  • Nombre moyen de jours avec du givre dans l'année : 92

Relevé météorologique de Magadan
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −18,6 −16,7 −14,7 −7,6 −0,7 5,4 8,9 9,6 4,6 −3,1 −13,2 −17,3 −5,3
Température moyenne (°C) −16,5 −14,8 −11,9 −4,9 1,5 7,6 11,4 11,9 7,2 −1,2 −10,8 −15,1 −3
Température maximale moyenne (°C) −13,8 −11 −7,9 −1,4 5 11,7 14,7 15,3 10,4 2,3 −8,2 −12,7 0,4
Précipitations (mm) 16 14 12 31 36 49 63 83 74 76 51 22 527
Source : Le climat à Magadan (en °C et mm, moyenne mensuelles) Pogoda.ru.net


JumelagesModifier

LittératureModifier

Dans son ouvrage En Sibérie, l'auteur anglais Colin Thubron relate que dans les années 1980 la population de la Kolyma et de Magadan en particulier était masculine dans une immense majorité, ce qui d'après les époux rendait leur femme infidèle et attirait les prostituées. La ville était alors la capitale du divorce de l'U.R.S.S.[8].


Notes et référencesModifier

  1. La région de Magadan
  2. D'origine lettone, Berzine a été exécuté en 1938 comme « espion japon-letton ».
  3. « Pavel Galitsky »
  4. Road of Bones where slaves perished Warren Marcus The Daily Telegraph 10 août 2002, (ISSN 0307-1235)
  5. Nicolas Werth 2012, p. 70.
  6. « Dépeuplement de Magadan ».
  7. « Recensements et estimations de la population depuis 1897 », sur pop-stat.mashke.org(ru) « Office fédéral de statistiques, Recensement de la population russe de 2010 », sur www.ru(ru) « Population résidente par municipalité de la Fédération de Russie au 1er janvier 2012 » [rar], sur gks.ru(ru) « Population résidente par municipalité de la Fédération de Russie au 1er janvier 2013 » [rar], sur gks.ru
  8. Colin Thubron (trad. de l'anglais par K. Holmes), En Sibérie [« In Siberia »], Paris, Gallimard, (1re éd. 1999), 471 p. (ISBN 978-2-07-044616-2), p. 460

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :