Ouvrir le menu principal

Machairodus

genre éteint de félidés
Machairodus
Description de cette image, également commentée ci-après
Reconstitution de Machairodus horribilis.
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Ordre Carnivora
Sous-ordre Feliformia
Famille Felidae
Sous-famille  Machairodontinae
Tribu  Machairodontini

Genre

 Machairodus
Kaup, 1832

Espèces de rang inférieur

  • M. alberdiae Ginsburg et al., 1981
  • M. aphanistus Kaup, 1832
  • M. laskerevi Sotnikova, 1992[1]
  • M. pseudaeluroides Schmidt-Kittler, 1976[1]
  • M. robinsoni Kurtén, 1975
  • M. horribilis Schlosser, 1903

Machairodus est un genre éteint de félins appartenant à la sous-famille des Machairodontinae. Il s'agit de tigres à dents de sabre qui ont vécu en Europe, en Asie, en Afrique et en Amérique du Nord, depuis il y a environ 12 millions d'années pour disparaitre il y a 200 000 ans[2].

EspècesModifier

Les espèces fossiles attribués au genre Machairodus ont été divisées par Turner en deux groupes de développement évolutif – M. aphanistus et « Nimravides » catacopis d'Amérique du Nord représentent le degré le plus primitif, tandis que M. coloradensis et M. giganteus (Amphimachairodus giganteus) représentent le degré le plus évolué[3]. Les caractéristiques du degré le plus avancé comprennent l'allongement relatif de l'avant-bras et le raccourcissement de la région lombaire de la colonne vertébrale qui ressemblait à celle des panthérinés actuels[3].

AnatomieModifier

 
Crâne de Machairodus aphanistus.

Machairodus coloradensis était apparemment beaucoup plus grand, mesurant au garrot 1,2 mètre, si l'on en croit les reconstructions fondées sur ses squelettes[3]. Si c'est le cas, cela pourrait faire de M. coloradensis un des plus grands félins.

Le crâne de Machairodus était remarquablement étroit par rapport aux grands félins actuels, avec des orbites relativement petites. Les canines étaient longues, minces et aplaties d'un côté à l'autre mais larges depuis le front jusqu'à la partie postérieure à la façon de la lame d'un couteau, comme chez Homotherium. Les bords avant et arrière des canines étaient en dents de scie quand elles apparaissaient, mais cette faculté de sciage se dégradait dans les premières années de vie de l'animal.

D'après un spécimen fossile unique étudié par Legendre et Roth on a estimé qu'il avait une masse corporelle d'environ 200 kg.

Machairodus horribilis était la plus grande espèce du genre qui vivait en Chine vers la fin du Miocène, il y à 8,3 millions d'années et dont on a estimé le poids entre 160 à plus de 405 kilos, pour 2,3 mètres de long et 1,2 mètres au garrot, ce qui est très similaires l'espèce Smilodon populator[4].

Machairodus chassait probablement comme un prédateur se tenant en embuscade. Ses pattes étaient trop courtes pour soutenir une longue poursuite, il est plus probable qu'il s'agissait d'un bon sauteur qui utilisait ses canines pour couper la gorge de sa proie. Ses dents étaient bien enracinées dans sa bouche et n'étaient pas trop fragiles, contrairement à la plupart des tigres à dents de sabre de l'époque qui avaient des canines extrêmement longues et qui leur sortaient de la bouche. Les canines du Machairodus, au contraire, étaient capables de s'encastrer commodément dans sa bouche tout en étant longues et efficaces pour la chasse[5].

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :