Ouvrir le menu principal

Amphimachairodus

genre de mammifères

Amphimachairodus est un genre éteint de grands félins de la sous-famille des machairodontinés ayant vécu vers la fin du Miocène, il y entre 9,5 et 5,3 millions d'années[1]. Il fait également partie de la tribu des Homotherini au sein des genres telles que Xenosmilus, Homotherium et Nimravides. Il habitait en Eurasie, en Afrique et en Amérique du Nord[2],[3].

DescriptionModifier

 
Membre avant

A. giganteus présentait un dimorphisme sexuel marqué, les mâles étant beaucoup plus gros que les femelles[4].

Amphimachairodus kabir était une grande espèce d’Afrique centrale à la quelle il pouvait peser entre 350 à 490 kilos, ce qui en fait l'un des plus lourd félins de l'histoires derrière le Lion américain[5].

L’espèce Amphimachairodus coloradensis, originaire des États-Unis (anciennement Machairodus coloradensis), était un animal de grande taille, environ 1,2 mètres au garrot, selon les reconstructions squelettique et vitale, en faisant potentiellement l’un des plus grands félidés connus[6]. Cette espèce se distingue de A. giganteus par de subtiles différences dans la forme de sa mandibule. De taille et de proportions, A. giganteus ressemblait remarquablement à un lion ou à un tigre moderne et avait une hauteur de 1,1 mètres au garrot. L'espèce a une longueur de crâne d'environ 35 cm[7].

Amphimachairodus mesurait environ 2 mètres de long et était probablement chassé comme prédateur en embuscade. Ses jambes étaient trop courtes pour supporter une longue poursuite, mais c'était probablement un bon sauteur. Il a probablement utilisé ses canines pour ouvrir la gorge de sa proie, sectionner les artères principales et éventuellement écraser la trachée. Ses dents étaient enracinées dans la bouche et n'étaient pas aussi délicates que celles de la plupart des autres tigres à dents de sabre de l'époque, qui avaient de très longues canines qui pendaient à leur bouche. Les crocs d'Amphimachairodus, cependant, ont pu se glisser facilement dans sa bouche tout en étant suffisamment longs pour être efficaces pour la chasse[8]. Amphimachairodus possédait également une queue plus longue que la plupart des autres grands genres machairodontinés[9].

RéférencesModifier

  1. Christiansen, « Phylogeny of the sabertoothed felids (Carnivora: Felidae: Machairodontinae) », Cladistics, vol. 29, no 5,‎ , p. 543–559 (DOI 10.1111/cla.12008)
  2. Werdelin, L, O'Brien, S.J., Johnson, W.E. et Yamaguchi, N., Biology and Conservation of Wild Felids., Oxford, Oxford University Press, , « Phylogeny and evolution of cats (Felidae) »
  3. Mauricio Anton, Sabertooth,
  4. A. Turner et Antón, M., The Big Cats and Their Fossil Relatives: An Illustrated Guide to Their Evolution and Natural History, Columbia University Press, (ISBN 978-0-2311-0229-2, OCLC 34283113, lire en ligne)
  5. Peignéa, Louis de Bonisa, Andossa Likiusb et Hassane Taïsso Mackayeb, « A new machairodontine (Carnivora, Felidae) from the Late Miocene hominid locality of TM 266, Toros-Menalla, Chad », Comptes Rendus Palevol, vol. 4, no 3,‎ , p. 243–253 (DOI 10.1016/j.crpv.2004.10.002)
  6. Alan Turner et Mauricio Anton, The Big Cats and Their Fossil Relatives,
  7. Jordi Augusti, Mammoths, Sabertooths, and Hominids: 65 Million Years of Mammalian Evolution in Europe, (ISBN 978-0-2311-1641-1), p. 195
  8. Legendre et Roth, C., « Correlation of carnassial tooth size and body weight in recent carnivores (Mammalia) », Historical Biology, vol. 1, no 1,‎ , p. 85–98 (DOI 10.1080/08912968809386468, lire en ligne, consulté le 3 juin 2011)
  9. Mauricio Anton, Sabertooth,