Louis Bricard

Louis Bricard
Description de l'image Louis_Bricard.jpg.
Nom de naissance Louis Bricard
Naissance
La Tourlandry Drapeau de la France France
Profession
Dirigeant de l'industrie musicale
Distinctions
Chevalier de la Légion d'honneur, Officier de l'ordre national du Mérite, Officier des Arts et des Lettres

Louis Bricard né le à La Tourlandry (près de Cholet en Maine-et-Loire) est un producteur et distributeur de musique et producteur de télévision français.

BiographieModifier

Après des études à l'École normale d'Orveau et à l'Université catholique de l'Ouest, Louis Bricard est professeur de lettres à l'Institution libre de Combrée[1] (Maine-et-Loire) en 1959/1960 et 1963.

À cette période, il participe activement au lancement du groupe « Les Collégiennes de la Chanson ». À partir de ce premier succès, il s'investit totalement dans le monde musical, d'abord chez DMF (Disque Microsillon Français) puis à partir de 1968 au Studio SM où il développe une production importante de disques religieux avec de nombreux artistes (John Littleton, Jo Akepsimas, Mannick, Gaëtan de Courrèges, Jean Humenry, Raymond Fau…) et où il lance un label de disques pour enfants « Arc-en-Ciel ».

En 1977, il décide de créer sa propre société de production et distribution phonographique « Auvidis »[2],[3],[4],[5] essentiellement tournée vers la musique classique, les musiques du monde et les productions pour enfants.

En 1985, il décide de donner une forte impulsion à Auvidis en reprenant des catalogues spécialisés : « Astrée » et « Valois » pour la musique classique, reprises suivies par celle du catalogue « Unidisc » pour les productions pour enfants et par l'acquisition de « Montaigne »[6] pour la musique contemporaine et de « Silex »[7] pour les musiques traditionnelles.

En 1986, il lance un nouveau concept de livres en cassettes puis en CD « Les Audilivres » avec des comédiens ou acteurs célèbres (Francis Huster, Jean-Louis Trintignant, Jean Rochefort, Michel Bouquet, Richard Bohringer…) pour des romans importants des XIXe et XXe siècles.

En 1991, il crée un label consacré uniquement aux musiques de films « Travelling »[8] qui deviendra un fer de lance avec les succès énormes en 1991 de la musique du film Tous les matins du monde réalisé par Alain Corneau et en 1992 de la musique du film Farinelli réalisé par Gérard Corbiau qui se vendront toutes les deux à plus d'un million d'exemplaires.

En 1994, Louis Bricard est nommé président des Victoires de la Musique[9]. C'est durant cette présidence et sous son impulsion qu'ont été créées en 1995 les Victoires de la Musique Classique[10] dont il a assuré la présidence de 2002 à 2005. Il a aussi été à l'initiative des Victoires du Jazz dont il a assuré la présidence en 2002 et 2003.

Au fil des années, plusieurs centaines de récompenses nationales et internationales[11],[12](Grands Prix Académie du Disque Français - Prix de l’Académie Charles Cros - Gramophone Awards - Disques d’Or - Disques de Platine - Disques de diamant - Victoires de la Musique - Diapasons d'Or…) viennent saluer un catalogue très éclectique[13] riche de près de trois mille références[14] avec plusieurs centaines d’artistes (Placido Domingo - Jordi Savall - Jean-Claude Malgoire - Paul Badura-Skoda - Quatuor Mosaïques - Michel Legrand - Gérard Depardieu - Marguerite Yourcenar - Marion Williams - Gilles Vigneault - Pauline Julien - Angélique Ionatos…)

Il produit aussi de nombreux spectacles et concerts comme L'Histoire du soldat de Stravinsky[15] avec Carole Bouquet, Gérard Depardieu, Guillaume Depardieu, Viva la Zarzuela[16] avec Placido Domingo, Maria Bayo et deux cents musiciens et choristes, le Chant des Femmes Bulgares, les concerts du « World Philharmonic Orchestra ».

Durant toute cette période d’activité au sein d’Auvidis, Louis Bricrad a joué un rôle déterminant dans les différentes instances professionnelles et institutionnelles pour défendre et surtout promouvoir les intérêts vitaux des producteurs et des artistes (Syndicat national de l'édition phonographique - Société civile des producteurs phonographiques - Fonds pour la Création Musicale - Victoires de la musique - Bureau Export de la Musique Française…)

En 1999, il confie l'apport artistique et créatif d'Auvidis à la construction de Naïve[17], nouvelle société multiculturelle indépendante française qualifiée par son fondateur Patrick Zelnik de « maison d'artistes éclectique et non conformiste ».

En 2003, le Ministre de la Culture et de la Communication Jean-Jacques Aillagon[18] lui confie une mission de réflexion sur la musique classique[19] qui se clôturera en par la remise au Ministre du « Rapport Bricard : vingt préconisations pour la survie du disque classique »[20].

En 2005, il accepte la présidence du « World Philharmonic Orchestra »[21], orchestre symphonique éphémère rassemblant pour chaque concert les premiers pupitres des plus prestigieux orchestres d'environ quatre-vingt pays.

En 2008 et 2009, en collaboration avec Act4 Productions, il lance sur France 2 en prime time « Tandem », une série d'émissions musicales télévisées de culture et de divertissement.

Mandats professionnelsModifier

DistinctionsModifier

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. « Institution Libre de Combrée », sur amicalecombree.fr
  2. Musiquinfo, « Louis Bricard, PDG d'Auvidis », magazine,‎
  3. Le Quotidien de Paris, « Auvidis a quinze ans », quotidien,‎
  4. Le nouveau Politis, « Auvidis : quinze ans, une passion intacte », magazine,‎
  5. Les petites Affiches, « Les quinze ans d'Auvidis », magazine,‎
  6. « Label musique contemporaine "Montaigne" », sur discogs.com
  7. « Label musiques traditionnelles "Silex" », sur discogs.com
  8. « Label de musiques de films "Travelling" », sur discogs.com
  9. « La musique classique fait honneur aux jeunes », sur leparisien.fr,
  10. « La musique classique fête ses Victoires », sur leparisien.fr,
  11. Le Courrier de l'Ouest, « Entretien avec Louis Bricard La victoire de la musique d'un angevin », journal,‎
  12. Télérama, « Auvidis a quinze ans et fête son centième ffff Télérama », hebdomadaire,‎
  13. La Tribune, « Auvidis touche les dividendes de l'éclectisme », quotidien,‎
  14. « Dépôts Bibliothèque Nationale de France », sur bnf.fr
  15. « L'Histoire du Soldat au MIDEM à Cannes », sur humanite.fr, 23 janvier, 1997
  16. « Viva la Zarzuela au MIDEM », sur elpais.com,
  17. « Le label Naïve de Patrick Zelnik rachète Auvidis », sur lesechos.fr,
  18. « Discours Jean-Jacques Aillagon », sur vie-publique.fr,
  19. « Annonce au Sénat », sur senat.fr,
  20. « Rapport Bricard », sur ladocumentationfrancaise.fr,
  21. « Orchestral manoeuvres make their mark », sur irishtimes.com,
  22. « Nouveau Président pour de le SNEP », sur next.liberation.fr,
  23. « Palmarès des 13e Victoires de la musique classique », sur nouvelobs.com,
  24. Le Monde, « Les Victoires de la musique classique célèbrent Mozart », quotidien,‎