Ouvrir le menu principal

Liste des commanderies templières en Wallonie

page de liste de Wikipédia
Cette liste recense les commanderies et maisons de l'Ordre du Temple qui ont existé en Wallonie.
Carte des régions de Belgique
  • Région Bruxelles-Capitale
  • Région flamande
  • Région wallonne

Sommaire

Faits marquants et HistoireModifier

Au XIIe et XIIIe siècles, la région wallonne faisait partie du Saint-Empire romain germanique et cette région comprenait les duchés de Brabant et de Limbourg ainsi que la principauté épiscopale de Liège et une partie du comté de Luxembourg au Sud-Est. Sa partie Nord-Ouest qui correspondait au comté de Hainaut fut rattachée pendant près de 90 ans au comté de Flandre (1191-1280) et était alors vassale du royaume de France. Initialement ces commanderies faisaient toutes partie de la province templière de France qui s'étendait jusqu'aux Pays-Bas mais à partir du milieu du XIIIe siècle, il paraît nécessaire de faire la distinction entre les commanderies comme Saint-Léger[N 1] qui dépendaient de la province de France et celles qui se sont rattachées à la province d'Allemagne nouvellement créée.

La commanderie de Villers-le-Temple était la maison chef-lieu des templiers dans l'Hesbaye[1] qui dépendait du maître de la province d'Allemagne.

Commanderies et maisons du TempleModifier

 
Étendue du diocèse de Liège.

Le principal document permettant de connaître les possessions de l'ordre dans cette région est l'inventaire réalisé en 1313 dans le diocèse de Liège, publié par Chestret de Haneffe[2] qui dresse un état des possessions foncières de l'ordre mais il ne permet pas de distinguer les commanderies des possessions attenantes et cela ne couvre qu'une partie de l'actuelle Wallonie car au nord-ouest, on se trouvait dans l'ancien diocèse de Cambrai (Fliemet, Piéton, St-Léger etc.). La pointe sud de la Wallonie (au sud d'Hargimont) où il n'y a pas de possessions templières formellement attestées[3] faisait quant à elle partie du comté de Luxembourg et du diocèse de Trèves.

L'enquête de 1373 sur les biens hospitaliers[4] permet de corroborer ces informations car ces documents précisent quand ce sont des possessions "Jadis du Temple" et s'il y avait une chapelle, preuve que le lieu a abrité une communauté de frères à un moment donné.

Commanderie / Maisons Ville actuelle (ou à proximité) Observations
Acoz Acoz Maison[5], probablement dépendante de Bitronsart
« le maison d'Achoche »
Bitronsart Gerpinnes Ferme de Bertransart, hameau « Les Flaches »[6]
50° 19′ 44″ N, 4° 29′ 00″ E

1241: « Fratres de Biterunsart domus militum Templi »[7]
Corswarem Corswarem [N 2]
Fleurus Fleurus « le maison de Flerus »
Ferme uniquement qui dépendait de Bitronsart
Fliémet Genly / Frameries [12],[13]
Haneffe Haneffe, lieu-dit « Le Vieux-Haneffe » Commanderie à partir de 1271[1]
Hargimont Marche-en-Famenne [1]
La Bruyère La Bruyère « le maison de le Bruieire ; La maison de Bruiere »[14],[15]
Leuze Somme-Leuze « Domus de Leuze ; le maison de Leuse »[16]
50° 19′ 50″ N, 5° 20′ 08″ E
Montjoie Warnant-Dreye « Manoir de la Motte ; le maison de Warnans »[17],
actuellement ferme des « Burettes »
[18]
50° 35′ 51″ N, 5° 13′ 57″ E
Neuve-Court Wavre Commanderie ?[N 3]
La ferme des Templiers
50° 44′ 39″ N, 4° 34′ 29″ E


« Le maison de le Neuvecourt ; Maison de Neufvecourt de lez Wavre »[19]
Piéton (Piéton-Vernoit) Chapelle-lez-Herlaimont Maison, dépendante de Fliémet (détruite)[13],[20]
Rumes Rumes Maison, dépendante de Saint-Léger [13]
Saint-Léger Estaimpuis [21],[22]
Strée Strée Maison, dépendante de Villers-le-Temple
« Domus de Estreez ; Le dicte maisons d'Estrées ; La maison d'Estrees »
Seigneurie et ferme avec un important domaine foncier, un moulin et une brasserie mais pas de chapelle
[N 4].
Templeuve Templeuve Maison, dépendante de Saint-Léger [13]
Tournai Tournai Maison ou simple grange ?, dépendante de Saint-Léger [13]
Vaillampont Nivelles Avec la ferme de Vieux-Court à proximité et celle de Géraucourt
« Domus Templi de Valionpont, de Valiompont »

[26]
Villers-le-Temple Nandrin [1],[27],[28]
Visé Visé [27],[29]
« le maison de Vasez »
Localisation en Wallonie
(Liens vers les articles correspondants)

Possessions douteuses ou à vérifierModifier

  • Basse-Bodeux, un « couvent »[30].
  • Le château de Chession, ancienne commune de Mabompré (section de Houffalize). Ruines d'une ancienne commanderie où auraient été emprisonnés des templiers de Bastogne, Longvilly et Houffalize pendant le procès. Donation de Renaud de Houffalize qui aurait rejoint l'ordre[31]. Pas de sources primaires permettant d'attester la présence de l'ordre du Temple dans ces lieux excepté certaines en lien avec Bastogne[N 5]. Simple légende pour certains[33].
  • Faimes (près de Corswarem) ou Falaën[N 6]: Dans une charte du [N 7], on trouve Henri de Lille, commandeur de la baillie du Brabant ainsi que Jean Leminghe, commandeur de Louvain et Godefroid de Huy, commandeur de Fain[34]. Ni l'inventaire de mai 1313 ni celui de 1373 à la demande du pape Grégoire XI ne mentionnent une commanderie templière de ce nom. Henri van der Linden pensait que Fain faisait référence à Montaigle (Falaën)[35]
  • Le fief de Cheneu (Chenehem, Moustaviet, Mousty a Viez) dépendant de la commanderie d'Hargimont sur la route menant à Nassogne (donation de 1248 par Ponsard de Soyen)[36], 50° 10′ 19″ N, 5° 18′ 47″ E

SourcesModifier

BibliographieModifier

  • (nl) Jan Hosten, De Tempeliers : de tempelorde tijdens de kruistochten en in de Lage landen, Pearson Education Benelux, , 354 p. (ISBN 978-9-0430-1061-0, présentation en ligne), p. 213-236
    Cet ouvrage, outre une partie générale sur les templiers traite en particulier de leur histoire et de leur patrimoine dans les Pays-Bas méridionaux.
  • (nl) Michel Nuyttens, Krijgers voor God : de orde van de tempeliers in de Lage Landen (1120-1312), Davidsfonds/, , 242 p. (ISBN 978-9-0811-2971-8, présentation en ligne)
  • Alphonse Wauters, « Exploration des chartes et des cartulaires belges existants à la bibliothèque nationale, à Paris », Compte rendu des séances de la commission royale d'histoire, ou recueil de ses bulletins, 4e série, t. II,‎ , p. 155-177, 185-189 (n°6, 8-9) (lire en ligne)
  • Chestret de Haneffe, « L'ordre du Temple dans l'ancien diocèse de Liège ou la Belgique orientale », Compte rendu des séances de la commission royale d'histoire, ou recueil de ses bulletins, 5e série, t. IX,‎ , p. 297-348 (lire en ligne)
    On y trouve notamment « l'inventaire des biens ayant appartenu à l'ordre du Temple dans le diocèse de Liège » réalisé en 1313, cf. pièces justificatives n°8, p. 339-348.
  • Laurent Dailliez, Les templiers : En Flandre, Hainaut, Brabant, Liège et Luxembourg: avec édition et facsimilé des "Chartes du Temple en Flandre", Nice, Alpes-Méditerranée, , 428 p. (ISBN 978-2-8632-0017-9, présentation en ligne)
    Publication critiquée par les historiens, cf. la présentation en ligne mais la seule en français qui permette d'aborder ces régions dans leur ensemble.
  • Jules Mersch et Jean-Pierre Koltz, « Les Templiers au Luxembourg », Biographie nationale du pays de Luxembourg : Fascicule 21,‎ , p. 18-50 (lire en ligne)

NotesModifier

  1. La commanderie de Saint-Léger se trouvait dans le diocèse de Tournai et le comté de Flandre.
  2. Corswarem (Korsworm en néerlandais) aurait été le chef-lieu des possessions templières dans le comté de Looz d'après Laurent Dailliez[8]. Si Corswarem est bien mentionnée dans l'inventaire de mai 1313: « le maison de CourWaremme »[9] et dans l'enquête pontificale de 1373 sur les possessions hospitalières comme provenant de l'ordre du Temple : (la) « domui de Corwareme, cum capella dicti ordinis, dudumque Templi »[10], rien ne permet d'affirmer qu'il s'agissait bien d'une commanderie à l'époque des templiers car l'expression laisse entendre que le chapelle date des hospitaliers. Aucune charte ne mentionne de domus Templi de ce nom ni de commandeur templier de ce lieu mais un Godefroid de Huy, commandeur de Fain [sic], [peut-être Faimes au sud de Corswarem ou alors Falaën dans la province de Namur] apparaît dans une charte du 05 septembre 1289. La première donation par un comte de Looz pourrait remonter à 1180 ou plutôt vers 1218[11].
  3. Donation aux templiers qui remonte au XIIe siècle avec une chapelle mentionnée dans l'inventaire hospitalier mais aucune trace d'un commandeur templier de Neuve-Court ou de Wavre. Vu l'isolement par rapport aux autres possessions du Temple en Wallonie, c'est possible mais a pu aussi bien dépendre de la commanderie de Louvain. Louvain a été la capitale du duché de Brabant jusqu'en 1267 et après la chute de l'ordre, la ferme était bailliée par le Duc lui-même. Voir aussi Liste des commanderies templières en Flandre pour Louvain.
  4. « Le maisons d'Estrées  » dans l'inventaire de 1313[23]. « Jadis du Temple: La maison d'Estrees sans chappelle » dans l'enquête sur les biens hospitaliers réalisée en 1373[24]. L'absence de chapelle laisse penser que le lieu n'abritait pas une communauté de frères donc que ce n'a jamais été une commanderie templière importante mais plutôt une possession dépendante d'une autre commanderie. L'assertion de Laurent Dailliez comme quoi il s'agirait d'une commanderie majeure avant l'éclosion de celle de Villers parait infondée. Néanmoins Jan Hosten mentionne fr. Inguelran comme commandeur de Strée en 1248[25].
  5. Les templiers apparaissent dans des documents relatifs aux trinitaires de Bastogne mais ils concernent la commanderie de Roth[32], aujourd'hui dans la Rhénanie-Palatinat mais qui était dans le comté de Luxembourg à cette époque.
  6. L'acte concerne une vigne accensée près de Louvain. La présence et l'accord d'un commandeur d'une supposée commanderie à Falaën parait curieuse vu l'éloignement alors que Faimes est beaucoup plus proche.
  7. Accensement d'une vigne à Louvain, lieu-dit le Blomenberghe pour Henri de Landerstop.

RéférencesModifier

  1. a b c et d Jean-Jacques Jespers, Dictionnaire des noms de lieux en Wallonie et à Bruxelles, Lannoo Uitgeverij, , 649 p. (ISBN 978-2-8738-6409-5, lire en ligne), p. 205
  2. Chestret de Haneffe 1901, p. 339-348(doc. n°8), lire sur archive.org
  3. Hosten 2006, p. 226-227
  4. (fr + la) Anne-Marie Legras, L'enquête pontificale de 1373 sur les biens de l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem : L'enquête dans le prieuré de France, vol. 1, Editions du Centre National de la Recherche Scientifique, , 524 p. (ISBN 978-2-2220-3404-9, présentation en ligne).
  5. Hosten 2006, p. 226
  6. Joseph Roland, « Comptes rendus.: Laurent Dailliez, Les Templiers en Flandre, Hainaut, Brabant, Liège et Luxembourg », Le Guetteur Wallon, vol. 55, no 3,‎ , p. 115-117 (lire en ligne) ; L. Bertaux, « La commanderie des Templiers de Bertransart », dans Documents et rapports de la société royale d'archéologie de Charleroi, t. 45, 1944/45, p. 135-147
  7. Chestret de Haneffe 1901, p. 332-333 (doc. n°2), lire sur archive.org
  8. Dailliez 1978
  9. Chestret de Haneffe 1901, p. 345 (doc. n°8), lire sur archive.org
  10. Legras 1987, p. 154
  11. Charles Poplimont, La Belgique héraldique : recueil historique, chronologique, généalogique et biographique complet de toutes les maisons nobles, reconnues de la Belgique, t. VI, (lire en ligne), p. 404
    [à vérifier] ⇒ Pas de sources primaire indiquée. Problème de nom et de date pour 1180. S'il s'agit bien d'une donation d'Arnoul, comte de Looz il ne peut s'agir que d'Arnoul III de Looz, ce qui replace cette donation entre 1218 et 1221. Comme comte de Looz, il y a eu Louis Ier de Looz qui est mort en 1171, Gérard II jusqu'en 1191 puis Louis II qui fut comte de 1191 à 1218. De plus le premier membre de la seigneurie de Corswarem attesté est un Robert (pas l'hypothétique Robert de Ghoer-Corswarem en 1180) mais il n'apparaît que dans deux chartes datant de 1213 et de 1218.
  12. Hosten 2006, p. 88-89,246-247
  13. a b c d et e Hosten 2006, p. 225
  14. Legras 1987, p. 349 ; Chestret de Haneffe 1901, p. 321-322, 345-346 (doc. n°8), lire sur archive.org
    1373: « Jadis du Temple: La maison de Bruiere, a chappelle ».
  15. J. Martin, « Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits de Malte dans la province de Namur », Le Guetteur Wallon, vol. 66, no 4,‎ , p. 119-128 (lire en ligne)
  16. Legras 1987, p. 156 ; Martin 1990, p. 128-130 ; Chestret de Haneffe 1901, p. 322, 340-341 (doc. n°8), lire sur archive.
    1373: « Domus de Leuze, cum capella, dudum Templi ».
  17. Chestret de Haneffe 1901, p. 316-317, 335-336 (doc. n°5), 347-348 (n°8), lire sur archive.org
    sept. 1275: « ...et terres que lesdis dou Temple ont elle terre de Musal, à Warnans et là enthour, assemblés en leur manoir alle Motte ». 1313: « le maison de Warnans est baillié à trescens ».
  18. G. Mahy, « La maison de Montjoie à Warnant-Dreye », Chronique archéologique du Pays de Liège, vol. 56, no 1,‎ , p. 6-7 (lire en ligne)
  19. Legras 1987, p. 349, 353-354 ; Chestret de Haneffe 1901, p. 311-312, 347 (doc. n°8), lire sur archive.org
  20. Jespers, 2005, op. cit., p. 476 qui mentionne une dépendance de Commanderie de Saint-Leger mais c'est la commanderie de Fliémet qui dépendait de celle de Saint-Leger en tant que chef-lieu de Baillie.
  21. Institut supérieur d'archéologie et d'histoire de l'art, Revue des archéologues et historiens d'art de Louvain, vol. 33, Université catholique de Louvain, , p. 21-22
  22. Certaines dépendances de cette commanderie se trouvaient dans la Flandre actuelle, comme Anzegem et Audenaarde.
  23. Chestret de Haneffe 1901, p. 315-316, 341-342 (doc. n°8), lire sur archive.org
  24. Legras 1987, p. 349
  25. Hosten 2006, p. 329
  26. Jespers, 2005, op. cit., p. 597
  27. a et b Claude Gaier et André Joris, Armes et Combats Dans L'univers Médiéval, vol. 2, De Boeck Supérieur, , 298 p. (ISBN 978-2-8041-4543-9, lire en ligne), p. 183
  28. Lily Verbiest, « La commanderie de Villers-le-Temple », Bulletin de l'Institut Archéologique Liégeois, t. LXXV,‎ , p. 37-100 (lire en ligne)
  29. Ferd. Henaux, « Les Templiers au Pays de Liège : Le Temple de Visé », Bulletin de l'Institut Archéologique Liégeois, t. I,‎ , p. 338-342 (lire en ligne)
  30. Henri Joseph Barthélemi Del Vaux de Fouron, Dictionnaire géographique de la province de Liège, vol. I, (lire en ligne), p. 52-53
  31. Jules Vannérus, Le limes et les fortifications gallo-romaines de Belgique, enquête toponymique, (présentation en ligne), p. 194 ; G.F. Prat, Histoire d'Arlon et de la Province de Luxembourg, t. II, (lire en ligne), p. 579 ; Institut archéologique du Luxembourg, Annales de la société pour la conservation des monuments historiques et des œuvres d'art dans la province de Luxembourg, vol. I, (lire en ligne), p. 174
  32. Pierre Hannick, « Biographie nationale du pays de Luxembourg, fascicules 21 et 22 [compte rendu] », Revue belge de philologie et d'histoire, vol. 56, no 1,‎ , p. 242 (lire en ligne) ; Roger Petit, Inventaire des archives de l'Hôpital et de la Maison des Trinitaires à Bastogne, 1237-1783, Archives générales du Royaume, , 294 p. (présentation en ligne)
    Liasse n°341. À étudier et voir également si et à quelle date les hospitaliers apparaissent à Bastogne (après 1312 ?).
  33. Mémoires de la Classe des lettres et des sciences morales et politiques et de la Classe des beaux-arts., , p. 194
  34. Laurent Dailliez, Les templiers : En Flandre, Hainaut, Brabant, Liège et Luxembourg: avec édition et facsimilé des "Chartes du Temple en Flandre", Nice, Alpes-Méditerranée, , 428 p. (ISBN 978-2-8632-0017-9, présentation en ligne)
  35. Henri van der Linden, « Les templiers à Louvain », Bulletin de la Classe des lettres et des sciences morales et politiques,‎ , p. 262 (présentation en ligne)
  36. Hosten 2006, p. 226 ; Victor Balter, « Localités disparues dans la Province de Luxembourg », Bulletin trimestriel de l'Institut Archéologique du Luxembourg, vol. 23, no 1,‎ , p. 3 (lire en ligne)

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier