Ouvrir le menu principal

Le Gué-de-la-Chaîne

ancienne commune française du département de l'Orne

Le Gué-de-la-Chaîne
Le Gué-de-la-Chaîne
La rue de Mamers au Gué-de-la-Chaîne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Canton Ceton
Intercommunalité Communauté de communes des Collines du Perche normand
Statut Commune déléguée
Maire délégué Michel Hérouin
2017-2020
Code postal 61130
Code commune 61196
Démographie
Gentilé Guêchois
Population 758 hab. (2016 en diminution de -0.66 % par rapport à 2011)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 22′ 31″ nord, 0° 31′ 22″ est
Altitude Min. 122 m
Max. 234 m
Superficie 18,64 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Belforêt-en-Perche
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 15.svg
Le Gué-de-la-Chaîne

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 15.svg
Le Gué-de-la-Chaîne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Le Gué-de-la-Chaîne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Le Gué-de-la-Chaîne

Le Gué-de-la-Chaîne est une ancienne commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 758 habitants[Note 1].

Sommaire

GéographieModifier

 
Le ruisseau traversant le village, près de l'église.

La commune est à l'ouest du Perche. Son bourg est à 3 km à l'ouest de Bellême et à 12 km à l'est de Mamers[1].

Un ruisseau prenant source au lieu-dit la Calabrière traverse le village.

Le point culminant (234 m) se situe au nord-est, près du lieu-dit l'Hôtel Chappey. Le point le plus bas (122 m) correspond à la sortie de la Même du territoire, au sud. La commune est semi-bocagère au sud et forestière au nord.

ToponymieModifier

René Lepelley émet avec réserve l'hypothèse d'une allusion à une chaîne tendue autrefois pour barrer la rivière la Calabrière[3].

Le gentilé est Guêchois[4].

HistoireModifier

Un camp romain dit Camp de César a été identifié et fouillé en 1861 par Jousset de Bellesme[5].

En 1872, la commune du Gué-de-la-Chaîne est créée par scission du territoire de Saint-Martin-du-Vieux-Bellême, la Même constituant une limite naturelle entre les deux communes.

La commune nouvelle de Belforêt-en-Perche voit le jour à la suite du regroupement des communes d'Eperrais, du Gué-de-la-Chaîne, d'Origny-le-Butin, de la Perrière, de Saint-Ouen-de-la-Cour et de Sérigny le [6]. Son chef-lieu se situe au Gué-de-la-Chaîne.

Politique et administrationModifier

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2001 Alain Gonsard    
mars 2001 En cours Michel Hérouin[7] SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et quatre adjoints[7].

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1876. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9],[Note 2].

En 2016, la commune comptait 758 habitants, en diminution de -0,66 % par rapport à 2011 (Orne : -1,55 %, France hors Mayotte : 2,49 %). Au premier recensement, en 1876, à la suite de la création de la commune, Le Gué-de-la-Chaîne comptait 1 310 habitants, population jamais atteinte depuis.

           Évolution de la population  [modifier]
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
1 3101 2561 1241 063932832840831654
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
683721664695633575630781818
1990 1999 2008 2013 2016 - - - -
738696762751758----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Lieux et monumentsModifier

 
L'église Saint-Latuin.
 
Le presbytère.
  • Église Saint-Latuin (1876), abritant un christ en croix du XVIIIe siècle et un tableau du XVIIe siècle (Sainte Catherine), classés à titre d'objets aux Monuments historiques[12]. On peut aussi trouver dans cette église une toile du XVIIe siècle représentant Jésus et les Saintes Femmes.
  • Presbytère du XIXe siècle, dont sa construction fut achevée en 1879[13].
  • Au bas de l'église se trouve le lavoir communal.
  • Vestiges du camp romain du Châtelier[14].
  • Forêt domaniale de Bellême, au nord du territoire.

Activité et manifestationsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale 2016.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

RéférencesModifier

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-905461-80-2), p. 140
  4. « Ouest-france.fr - Mairie du Gué-de-la-Chaîne » (consulté le 1er février 2011)
  5. « Camp dit du Châtelier », notice no PA00110783(IA00001504, base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. « Recueil des actes administratifs de l'Orne » (consulté le 28 novembre 2018)
  7. a et b Réélection 2014 : « Le Gué-de-la-Chaîne (61130) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 8 juin 2014)
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 .
  12. « Œuvres mobilières au Gué-de-la-Chaîne », base Palissy, ministère français de la Culture.
  13. Laurence de Calan, Presybtères du Perche, éditions des Amis du Perche, collection "Présence du Perche", juillet 2012, p. 75. [ (ISBN 978-2-900122-983)]
  14. « Camp dit du Châtelier », notice no IA00001504, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :