Ouvrir le menu principal

La Perrière (Orne)

ancienne commune française du département de l'Orne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Perrière.

La Perrière
La Perrière (Orne)
Maisons typiques de La Perrière.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Canton Ceton
Intercommunalité Communauté de communes des Collines du Perche normand
Statut Commune déléguée
Maire délégué Daniel Chemin
2017-2020
Code postal 61360
Code commune 61325
Démographie
Gentilé Perriérois
Population 252 hab. (2016 en diminution de -2.7 % par rapport à 2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 22″ nord, 0° 26′ 32″ est
Altitude Min. 122 m
Max. 226 m
Superficie 16,16 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Belforêt-en-Perche
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 15.svg
La Perrière

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 15.svg
La Perrière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
La Perrière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
La Perrière

La Perrière est une ancienne commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 252 habitants[Note 1].

GéographieModifier

La Perrière est située dans le Perche. L'Huisne y prend sa source. La Perrière est située à 7 km de Pervenchères, à 9 km de Mamers et à 10 km de Bellême. Le sentier de grande randonnée GR 22 traverse la commune.

ToponymieModifier

La Perrière évoque les pierres[1], il s'agit d'anciennes carrières.

Il y avait autrefois, à La Perrière, deux catégories de carrières : l’une qui fournissait la pierre blanche servant à la construction, l’autre, du grès ferrugineux qui, mêlé au sable formait du « grison », également utilisé pour la construction[2].

Le gentilé est Perriérois.

HistoireModifier

La Perrière a été chef-lieu de canton durant la Révolution (de 1790 au 8 pluviôse an IX (28 janvier 1801) sous le nom de Saint-Hilaire-de-Soisai-la-Perrière[3] ou Saint-Hilaire-de-Soisai[4],[5].

La commune nouvelle de Belforêt-en-Perche voit le jour à la suite du regroupement des communes d'Eperrais, du Gué-de-la-Chaîne, d'Origny-le-Butin, de la Perrière, de Saint-Ouen-de-la-Cour et de Sérigny le [6]. Son chef-lieu se situe au Gué-de-la-Chaîne.

Politique et administrationModifier

 
La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2001 Denise Esnault    
mars 2001 octobre 2007 Jean Bernardeau    
octobre 2007 En cours Daniel Chemin[7] SE Fonctionnaire (ministère de l'Agriculture)
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[9],[Note 2].

En 2016, la commune comptait 252 habitants, en diminution de -2,7 % par rapport à 2011 (Orne : -1,55 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
7806818499581 0401 0041 0451 1151 030
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 033992950933799728693672612
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
578541505492481510465576639
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 -
618520422346291289259252-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Lieux et monumentsModifier

 
L'église Notre-Dame-du-Rosaire.
  • Le presbytère, se situant à proximité de l'église Notre-Dame. C'est une maison acquise à M. Fromage, le 14 septembre 1824, construite très probablement sur l'ancien château fort (en raison de l'épaisseur des murs de soubassement). Aujourd'hui, le presbytère est devenu un gîte[12].
  • Le logis de l'Évêque.
  • La maison du Rosaire.
  • Le collège.
  • La prison.
  • Le relais de poste.
  • Le prieuré.
  • Le château d'Orbée.
  • La ferme de la Croix.
  • La ferme dîmeresse de la Grange.
  • La villa des Hortensias.
  • Le château de Monthimer.
  • Le domaine de Soisay.

Activité et manifestationsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

  • Mathurin Cordier (1479 à La Perrière-1564), théologien, professeur, humaniste et pédagogue.
  • Angélique Cottin, dite « la fille électrique », objet de curiosité du XIXe siècle pour sa capacité à influer sur les courants électriques par la pensée[13].
  • La créatrice de mode Chantal Thomass avait une maison à La Perrière, elle vit à Mortagne-au-Perche.
  • L'écrivain Julien Cendres vit à La Perrière depuis 1992[14].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale 2016.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

RéférencesModifier

  1. Louis Bergès - 1995 - Orne - Page 213 - (ISBN 2862531839).
  2. Abbé Adrien Guillet - La Perrière depuis son origine jusqu’à nos jours.
  3. Louis Duval, Rapport sur l’orthographe des noms de commune du département de l’Orne, Alençon, 1903, p. 116.
  4. Les Auteurs de l’Atlas National de France, Précis élémentaire et méthodique de la nouvelle géographie de la France, Bureau de l’Atlas National, Paris, 1791.
  5. Les Auteurs de l’Atlas National de France, Atlas National Portatif de la France, Bureau de l’Atlas National, Paris, 1792.
  6. « Recueil des actes administratifs de l'Orne » (consulté le 12 septembre 2016)
  7. Réélection 2014 : « La Perrière (61360) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 7 juin 2014)
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 .
  12. Laurence de Calan, Presybtères du Perche, éditions des Amis du Perche, collection "Présence du Perche", juillet 2012, p. 71-73. [ (ISBN 978-2-900122-983)]
  13. Angélique Cottin, sur FLUC.org
  14. Alain Lambert, Le Perche à l'honneur, sur TV5 Monde, avec Julien Cendres

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :