Le Glorieux (cheval)

Le Glorieux (1984-2010) est un cheval de course pur-sang, spécialisé dans les courses de plat. Il a remporté des groupe 1 sur trois continents.

Le Glorieux
Image illustrative de l’article Le Glorieux (cheval)
Casaque de Werner Wolf

Père Cure The Blues
Mère La Mirande
Père de mère Le Fabuleux
Sexe Étalon
Naissance 18 février 1984
Pays de naissance Drapeau de la France France
Mort (à 26 ans)
Pays d'entraînement Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Éleveur Petra Bloodstock Agency Ltd.
Propriétaire Werner Wolf
Entraîneur Robert Collet
Rating Timeform 127
Nombre de courses 19
Nombre de victoires 6 (7 places)
Gains en courses $ 1 451 728
Distinction 3 ans de l'année en Allemagne (1987)
Principales victoires Grosser Preis von Berlin (1987)
Washington, D.C. International (1987)
Japan Cup (1987)

Carrière de courses modifier

Difficile de reprocher à Le Glorieux de ne pas avoir gagné pour ses débuts à Deauville en août 1987 : le poulain qui le devance ce jour-là est un certain Trempolino qui dans un peu plus d'un an remportera le Prix de l'Arc de Triomphe. Mais ensuite, que ce fut dur ! Le poulain devra s'y reprendre à sept reprises pour gagner une course, in extremis, à la toute fin de l'année. Robert Collet, son entraîneur, l'a tout de même présenté au départ d'une course de groupe, le Prix des Chênes, et d'une Listed. Le Glorieux n'y a guère brillé, mais ces tentatives témoignent d'une certaine estime de la part de son mentor envers un poulain qui, de fait, tarde à la lui rendre.

Tout change à 3 ans. Le Glorieux rentre en mars puis se classe troisième d'une Listed remportée par un certain Trempolino. S'il n'y arrive pas en France, alors Robert Collet l'envoie en Allemagne. Changement d'herbage réjouit les veaux : le modeste Le Glorieux remporte deux groupes face aux meilleurs 3 ans teutons, le Frühjahrs Dreijährigen-Preis et le Grosser Hertie-Preis, et s'est découvert un tropisme de voyageur. De fait, il gagnera partout dans le monde, mais jamais en France. Fort de ses deux succès outre-Rhin, il s'attaque au Prix du Jockey Club et échoue dans les grandes largeurs. Mais il suffit qu'il traverse le Rhin pour retrouver de la vigueur : il devient même lauréat de groupe 1 en s'imposant dans le Grosser Preis von Berlin. Dès lors, Le Glorieux ne courra plus en France.

En septembre, il perd son invincibilité en Allemagne, quatrième d'un Grosser Preis von Baden remporté par le champion Acatenango. Celui-ci sera élu cheval de l'année en Allemagne, laissant le titre de meilleur 3 ans à Le Glorieux, qui achève son été allemand par un accessit d'honneur dans le Preis von Europa. À l'automne, Robert Collet l'envoie défier les Américains. Battu dans les Man o'War Stakes par le champion Theatrical, bientôt vainqueur de la Breeders' Cup Turf et élu cheval de l'année sur le gazon, il s'impose dans le Washington, D.C. International, son deuxième groupe 1[1]. Pour sa dernière sortie de l'année, direction le Japon et la Japan Cup, le grand tournoi international de Tokyo, et nouvelle victoire, record de l'épreuve à la clé et une Triptych, du voyage elle aussi, reléguée quatrième à trois longueurs.

Étrange poulain que ce Le Glorieux : pas vraiment classique, mais lauréat de trois groupe 1 sur trois continents. En 1988, le globe-trotter poursuit son périple sur les terres encore plus inexplorées par les Européens de l'Australie. Il prend part en mars aux Tancred Stakes, un groupe 1 disputé sur l'hippodrome de Rosehill, à Sydney. Il ne peut faire mieux que cinquième, mais ce lointain voyage sera le dernier : Le Glorieux s'est blessé durant la course et on ne le reverra plus.

Résumé de carrière modifier

Date Hippodrome Pays Course Statut Distance Jockey Place Vainqueur ou deuxième
1986, 2 ans
25 août Deauville   France Prix de Caen Maiden 1 600 m Alain Lequeux 2e / 12 Trempolino
10 septembre Longchamp   France Prix de Blaison Maiden 1 600 m Yves Saint-Martin 2e / 7 Holst
28 septembre Longchamp   France Prix des Chênes Gr. 3 1 600 m Guy Guignard 7e / 8 Fotitieng
10 octobre Maisons-Laffitte   France Prix Herbager Listed 1 700 m Alain Lequeux 4e / 7 Daralinsha
7 novembre Saint-Cloud   France Prix Mieuxce Maiden 1 600 m Alain Lequeux 8e / 18 Dastaan
28 novembre Maisons-Laffitte   France Prix Soritor Maiden 1 600 m Philippe Brunel 2e / 17 Dahlaan
6 décembre Saint-Cloud   France Prix Prompt Maiden 2 000 m Yves Saint-Martin 1er / 15 Nocciano
1987, 3 ans
20 mars Maisons-Laffitte   France Prix Or du Rhin 2 100 m Alain Lequeux 2e / 6 Sadjiyd
12 avril Longchamp   France Prix de Courcelles Listed 2 000 m Alain Lequeux 3e / 9 Trempolino
26 avril Francfort   Allemagne Frühjahrs Dreijährigen-Preis Gr. 3 2 000 m Alain Lequeux 1er / 10 Medicus
17 mai Munich   Allemagne Grosser Hertie-Preis Gr. 2 2 000 m Jean-Luc Kessas 1er / 9 Step Dancer
7 juin Chantilly   France Prix du Jockey Club Gr. 1 2 400 m Alain Lequeux 11e / 17 Natroun
26 juin Düsseldorf   Allemagne Grosser Preis von Berlin Gr. 1 2 400 m Alain Lequeux 1er / 10 Ibn Alnasr
6 septembre Baden Baden   Allemagne Grosser Preis von Baden Gr. 1 2 400 m Alain Lequeux 4e / 6 Acatenango
27 septembre Cologne   Allemagne Preis von Europa Gr. 1 2 400 m Jean-Luc Kessas 2e / 12 Kamiros
24 octobre Aqueduct   États-Unis Man o'War Stakes Gr. 1 2 200 m Alain Lequeux 2e / 8 Theatrical
31 octobre Laurel Park   États-Unis Washington, D.C. International Gr. 1 2 000 m Laffit Pincay, Jr. 1er / 14 Great Communicator
29 novembre Fuchu   Japon Japan Cup Gr. 1 2 400 m Alain Lequeux 1er / 14 South Jet
1988, 3 ans
26 mars Rosehill   Australie Tancred Stakes Gr. 1 2 400 m Alain Lequeux 5e / 10 Beau Zam

Au haras modifier

Le Glorieux revient en France pour faire la monte au haras du Mézeray. Mais il ne brille guère dans ses nouvelles fonctions et sa carrière d'étalon est un fiasco. Saillissant très peu, il est mis à la retraite en 1999 et termine sa vie au haras de son propriétaire, le Haras Saint-Germain en Normandie, où il meurt en août 2010, à 26 ans[2].

Origines modifier

Le Glorieux est un fils de l'Américain Cure The Blues, qui demeura invaincu à 2 ans, où il remporta le Laurel Futurity, mais ne put confirmer l'année suivante, malgré une troisième place dans les Wood Memorial Stakes. Étalon en Irlande, puis aux États-Unis et enfin en Australie, il fit une honorable carrière au haras, donnant six vainqueurs de groupe 1.

La Mirande, la mère de Le Glorieux, a remporté sa Listed à 3 ans et s'est révélée bonne poulinière, donnant également La Tritona (par Touching Wood), lauréate d'un Prix de Flore (Gr.3). Il s'agit d'une belle famille maternelle très française, où l'on relève le nom de la troisième mère La Malaguena, qui fut l'une des bonnes pouliches de sa génération, remportant le Prix de Pomone et se plaçant dans les Prix de Royallieu, de Malleret et Minerve. À la génération précédente on trouve la championne et grande poulinière La Mirambule, qui s'imposa dans le Prix Vermeille, et fut cette année-là dauphine de Zabara dans les 1000 Guinées, de Seria dans le Prix de Diane et de Nuccio dans le Prix de l'Arc de Triomphe, avant de donner naissance à Nasram (par Nasrullah), vainqueur des King George & Queen Elizabeth Stakes, et Tambourine (par Princequillo), lauréat de l'Irish Derby en 1962.

Pedigree modifier

Origines de Le Glorieux (GB), mâle bai né en 1984
Père
Cure The Blues
Stop The Music Hail To Reason Turn-To
Nothirdchance
Bebopper Tom Fool
Bebop
Quick Cure Dr. Fager Rougn'n Tumble
Aspidistra
Speedwell Bold Ruler
Imperatrice
Mère
La Mirande
Le Fabuleux Wild Risk Rialto
Wild Violet
Anguar Verso
La Rochelle
La Magnanarelle Herbager Vandale
Flagette
La Malaguena Migoli
La Mirambule (famille 11-d)[3]

Références modifier

  1. (en-US) Steven Crist, « Le Glorieux, the Favorite, Takes the D.C. International », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le Glorieux Horse Pedigree », sur www.pedigreequery.com (consulté le )
  3. « Thoroughbred Bloodlines – Flight – Family 11-d », Bloodlines (consulté le )