Ouvrir le menu principal
Yves Saint-Martin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (78 ans)
AgenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Discipline sportive
Montures
Distinctions

Yves Saint-Martin, né le à Agen, Lot-et-Garonne, est considéré comme le plus grand jockey français. Marié avec Michèle en 1964, il est le père du jockey français Éric Saint-Martin, qui remporte notamment le Prix de l'Arc de Triomphe en 1993 avec Urban Sea.

BiographieModifier

Après des débuts dans l'écurie de l'entraîneur François Mathet le 15 septembre 1955, il gagne sa première course le 26 juillet 1958 sur Royalic (poulain de Mme Volterra) à l'hippodrome du Tremblay qui était situé à Champigny-sur-Marne[1] (remplacé par la suite par le Parc du Tremblay) (là-même où débuta Freddy Head en 1964), pour un total final culminant à 3314 victoires (dont 3275 en France) en 1987 (dont 134 victoires en Groupe I, ce qui constitue également le record français). À titre de comparaison, Lester Piggott cumule un total de 4493 trophées, Freddy Head en comptabilise 2937 comme jockey. Avec de fort diverses montures, il se construisit un palmarès inégalé : La Sega, Reliance, Nelcius, Danseur, Tapalque, Match II, Sassafras, Rescousse, Allez France, Pawneese, Madelia, Acamas, Top Ville, Sagace, Exceller, Darshaan, Mouktar, Natroun, Relko, Rheingold, Dahlia, Sumayr...

Quadruple vainqueur du Prix de l'Arc de Triomphe, l'épreuve reine des courses en 1970, 1974, 1982 et 1984.

Passionné de golf[2], il a présidé l'AFIG (Association Française des Internationaux Golfeurs)[3] de 1990 à 2017. Il a ainsi remporté en 2008 le 1er Masters de Golf des Champions à Saint-Raphaël (ainsi que Valescure et L'Estérel), devant une pléiade de plus de 80 anciens grands sportifs français de très haut niveau, ce durant trois jours de compétitions. Il est également passionné de chasse et de voitures (anciennes et de prestige).

PalmarèsModifier

  • Première victoire en décembre 1958 sur l'hippodrome du Tremblay à Champigny-sur-Marne (France) à l'âge de 17 ans.
  • Dernière victoire en 1987 à Osaka (Japon) à l'âge de 46 ans.
  • 3314 victoires dont 134 en courses de Groupe I :

  France

  Royaume-Uni


  Irlande


  Italie


  Allemagne


  États-Unis


  Canada

Distinctions et décorationsModifier

Décorations officiellesModifier

PrixModifier

  • Il a remporté à 15 reprises la Cravache d'or (1960 (année de la création du prix), 1962, 1963, 1964, 1965, 1966, 1967, 1968, 1969, 1973, 1974, 1975, 1976, 1981, et 1983), récompensant le jockey ayant obtenu le plus de victoires dans l'année
  • Il a remporté à 8 reprises la Cravache d’argent (2e place au classement des victoires).
  • Prix "Colombel-Claude Foussier" de l'Académie des sports en 1971 pour son action en faveur du monde équestre.

BibliographieModifier

  • Souvenirs D'une Cravache D'or, Yves Saint-Martin et Maurice Bernardet, éd. Calmann Levy - 1968
  • Ils Ont Réussi, Claude Brovelli, éd. France Empire, 1984 (un chapitre complet)
  • Au Galop!, Yves Saint-Martin et Jean-Michel François, éd. Robert Laffont, 1986 (broché) (ISBN 978-2221043684)
  • Le roman La Cravache d'Or de Paul Vialar (éd. Flammarion, 1968) retrace en partie la vie[4] de ce champion.

DiversModifier

AccidentModifier

Une ombre à ce tableau : l’accident du 5 décembre 1977 sur la RN 16. Il rentre de boîte de nuit à 5 heures du matin où il vient de fêter le début des vacances hivernales avec son copain Thierry Le Luron. Il est heurté violemment par un véhicule venant d’en face, en pleine manœuvre de dépassement. Son véhicule perd la roue avant gauche et vient s’immobiliser sur la voie de gauche. L’accident aurait pu s’arrêter là car il n’y a que des blessés légers et des dégâts matériels. Malheureusement, un quatrième véhicule est venu percuter l’avant droit de son véhicule. Ce second accident fait deux morts : le père et le mari d'une femme, elle-même gravement blessée. Le SAMU transporte Yves Saint Martin et son épouse à l’hôpital. Le lendemain, quand le juge prend connaissance de son alcoolémie de 1,4 g lors de l'accident, il prend la décision d’envoyer deux gendarmes à l’hôpital pour le conduire à la prison de Pontoise. Il y passera six jours avant d’être libéré. Lors du procès au tribunal, l’audience dura sept heures pour finalement attribuer 50 % de responsabilité à chacun des protagonistes. Le compte rendu du procès est consultable auprès du greffe du tribunal de Pontoise.

JeuModifier

  • Yves Saint-Martin: La Casaque D'Or (jeux de société)

Liens externesModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Parc du Tremblay, 11 bd des Alliés, 94500 Champigny sur Marne
  2. Son home-club actuel est le Golf de Sept Fontaines en Belgique.
  3. Association Française des Internationaux Golfeurs
  4. Entre autres anecdotes, il le montre à ses débuts : ce n'est pas un lad (un garçon d'écurie) très travailleur... mais il est déjà très doué en monte.