Laiteries Triballat

Ne doit pas être confondu avec Triballat Noyal.

Laiteries H. Triballat
Création 1901
Dates clés 25-07-1958 immatriculation de la société actuelle
Fondateurs Hubert Triballat
Siège social Rians
Drapeau de France France
Direction Hugues Triballat
Activité Fabrication de fromage (APE)
Produits produits laitiers, desserts, gâteaux
Effectif 724 en 2017 (effectif moyen annuel)
SIREN 583 720 644
Site web www.rians.com

Chiffre d'affaires 207 650 300 euros en 2017
Résultat net 6 069 000 euros en 2017

Laiteries H. Triballat[1] est une entreprise familiale française du secteur agroalimentaire spécialisée dans la production de produits laitiers frais, de desserts et de gâteaux commercialisés sous la marque Rians.

HistoriqueModifier

La famille Triballat exploitait depuis 1901 une ferme familiale à Rians dans le département du Cher, où Désiré et Francine Triballat affinent des fromages fabriqués avec le lait de l'exploitation[2].

En janvier 1952, Hubert Triballat ne perpétue pas l'activité agricole qui assurait la subsistance de sa famille. Il installe dans la ferme une petite laiterie et commence à acheter et collecter à l'aide de trois employés les laits produits par les familles voisines, produisant un volume de lait de 700 litres par jour[3].

Entre 1952 et 1965, Hubert Triballat achète quinze laiteries dans le département. En 1965, l'effectif est de 109 personnes, la collecte représente 11 millions de litres de lait de vache et 1,5 million de litres de lait de chèvre[4].

L'entreprise se développe dans les années 1970, lorsqu'elle vend ses produits (faisselles et fromages de lait de chèvre) dans les crèmeries parisiennes. Les effectifs atteignent à cette époque 300 personnes et la collecte représente 30 millions de litres de lait de vache et 4 millions de litres de lait de chèvre[5].

En 1992, la production se diversifie en s'étoffant de gâteaux, desserts, notamment la crème brûlée dont elle est le leader mondial et de la panna cotta dont elle est n°1 dans les grandes et moyennes surfaces françaises[4].

 
Crottin de chèvre de Rians

Plus tard, grâce à des usines disséminées sur le territoire français, l'entreprise s'investit dans la production de fromages aux appellations d'origines protégées comme cabécou de rocamadour, picodon, selles-sur-cher, valençay, époisses et langres. Elle devient à cette époque leader de la faisselle et du crottin de chèvre dans les GMS en France[4].

En 2006, aux États-Unis, l'entreprise achète la société agroindustrielle californienne Laura Chennel spécialisée dans la transformation de lait de chèvre, faisant de Rians le leader de cette spécialité aux États-Unis[4].

Depuis 1995, c'est le fils du fondateur, Hugues Triballat, qui dirige l'entreprise qui collecte 70 millions de litres de lait de vache en 2010, 50 millions de litres de lait de chèvre et un million de litres de lait de brebis chaque année. Elle réalise un chiffre d'affaires de 270 millions d'euros, exporte dans cinquante pays, a un effectif de 1 400 personnes et douze sites de production[4].

ImplantationsModifier

L'entreprise possède en France sept laiteries, dont celle, historique, de Rians:

Au niveau international, trois sites de production sont implantés aux États-Unis et en Espagne[6].

Notes et référencesModifier

  1. « LAITERIES H. TRIBALLAT (RIANS) Chiffre d'affaires, résultat, bilans sur SOCIETE.COM - 583720644 », sur www.societe.com (consulté le 29 mars 2019).
  2. Découvrez les engagements et l'histoire de RIANS.
  3. http://www.rians.com/ D'où venons-nous ?
  4. a b c d et e Carole Van Steelant, « Rians, un savoir-faire familial », La revue des marques, no 72,‎ , p. 16-19.
  5. A Rians, la saga de la famille triballat.
  6. Rians progresse sans faire de bruit.