Konrad von Querfurt

évêque catholique

Konrad von Querfurt
Image illustrative de l’article Konrad von Querfurt
Illustration de Liber ad honorem Augusti : le chancelier Konrad von Querfurt et le poète Pierre d'Éboli présentent l'œuvre à Henri VI du Saint-Empire.
Biographie
Naissance vers 1160
Décès
Wurtzbourg
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Évêque de Wurtzbourg
Évêque de Hildesheim
Autres fonctions
Fonction laïque
Chancelier auprès du roi de Germanie.
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Konrad von Querfurt (né vers 1160, mort le à Wurtzbourg) est à la fin du XIIe siècle évêque de Hildesheim (1194-1199) et de Wurtzbourg (1198-1202), ainsi que chancelier de deux rois.

BiographieModifier

Konrad est un fils du burgrave de Magdebourg Burchard II von Querfurt et de Mathilde von Gleichen, une fille de Lambert I. zu Tonna.

Il va à l'école épiscopale de Hildesheim puis étudie à Paris avec Lotario de Segni (le futur pape Innocent III). En 1182, il reçoit le titre lui permettant d'intégrer le chapitre de Magdebourg ; en 1188, il est prévôt à Goslar, en 1190 à Magdebourg puis en 1194 au monastère Sainte-Marie à Aix-la-Chapelle.

Lorsque Sigelo, le chancelier d'Henri VI du Saint-Empire, meurt à Messine en 1194, l'empereur nomme Konrad, qui fut son tuteur, à sa succession. L'année suivante, Konrad est élu évêque de Hildesheim.

En 1196, l'empereur le nomme légat pour les Pouilles et la Sicile. Il joue un rôle important dans la domination de la Maison de Hohenstaufen dans cette région. À sa demande, Pierre d'Éboli écrit Liber ad honorem Augusti qui représente les actes de Konrad.

En 1197, Konrad est avec le Reichsmarschall Heinrich von Kalden (de), l'un des chefs de la croisade germanique de 1197. Pendant le siège de Toron, il apprend les morts du roi Henri et du pape Célestin III. Il décide de revenir en Allemagne, craignant la contestation pour la succession du roi.

Avant de partir, Konrad participe le à la remise de l'hôpital d'Acre à l'ordre Teutonique, ce que le pape Innocent III approuve.

À la moitié de cette année, Konrad rencontre en Thuringe Philippe de Souabe, le frère d'Henri VI à qui il a succédé, qui le reprend comme chancelier.

Durant son séjour en Terre Sainte, Konrad a été nommé évêque de Wurtzbourg. Le pape Innocent III l'accuse de cumuler les pouvoirs et l'exhorte à abandonner son nouveau diocèse. Mais Konrad refuse, il est donc excommunié l'année suivante. En 1199, il abandonne les évêchés de Hildesheim et de Wurtzbourg puis traverse l'Italie pour obtenir l'absolution. Le pape la lui accorde et lui rend l'évêché bavarois.

Au cours de l'opposition entre la Maison de Hohenstaufen et des Welf, Konrad fortifie la forteresse de Marienberg et fonde en 1200 la ville de Karlstadt pour défendre le territoire de l'évêché contre le comte de Rieneck. La ville est bâtie dans un style italien avec un plan presque rectangulaire.

Après que l'écoutète de Konrad, Eckard, ait été tué par des ministériels liés aux Ravensburg, l'évêque dissout la cour et inflige une lourde amende. Les Ravensburg, en raison de leurs liens avec Heinrich von Kalden, espèrent l'impunité et montent une intrigue contre Konrad. Le roi Philippe se méfie de lui depuis que Konrad retrouve si rapidement l'évêché.

Konrad se retire de la politique et se consacre à l'organisation de son évêché. Le , il est assassiné à Wurtzbourg par Bodo von Ravensburg sur le chemin vers la cathédrale. Konrad est enterré dans la crypte de la cathédrale. Pour rappeler le meurtre près de la cathédrale, on construit une lanterne des morts qui est la plus ancienne d'Allemagne.

Source, notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :