Ouvrir le menu principal

Julie-Marie Parmentier

actrice française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parmentier.
Julie-Marie Parmentier
Description de cette image, également commentée ci-après
Julie-Marie Parmentier photographiée par Harcourt
Naissance (38 ans)
Saint-Quentin, Aisne, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession actrice
Films notables Les Blessures assassines
Sheitan
Charly
No et moi

Julie-Marie Parmentier est une actrice et auteur française, née le à Saint-Quentin.

BiographieModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Enfance et débutsModifier

Dès l'âge de 9 ans, Julie-Marie Parmentier commence à prendre ses premiers cours de théâtre à Saint-Quentin, sa ville natale. Cela lui permet de jouer dans des pièces de Molière, Racine, Anouilh et aussi de pratiquer le théâtre de rue tout en poursuivant un cursus baccalauréat littéraire option théâtre.

À l'âge de 15 ans, elle est repérée par Noémie Lvovsky qui la fait tourner dans son premier long métrage Petites puis l'année suivante La vie ne me fait pas peur. Dès lors, Julie-Marie Parmentier tourne durant son adolescence au cinéma sous la direction de Robert Guédiguian, Jean-Pierre Denis, Martin Provost, Dominique Cabrera et à la télévision sous la direction entre autres d'Emmanuelle Bercot, Paule Zajdermann, André Chandelle et Hervé Baslé.

À 22 ans, elle passe une audition pour interpréter le rôle d'Anna dans Le Jugement dernier. Cette pièce va marquer le début de sa collaboration avec le metteur en scène André Engel pour qui elle joue ensuite Cordélia dans Le Roi Lear[1],[2],[3],[4],[5],[6],[7], la jeune fille dans Minetti (toutes deux aux côtés de Michel Piccoli) et Catherine dans La Petite Catherine de Heilbronn [8],[9],[10]. Elle sera nommée aux Molières.

Parallèlement, elle travaille au théâtre avec Anne Dimitriadis ainsi qu'avec Michel Didym qui la met en scène dans un monologue, La Séparation des songes. Sa prestation est saluée par la critique et lui vaut le prix de la révélation théâtrale Jean-Jacques Gautier[11],[12],[13].

Années 2010Modifier

Julie-Marie Parmentier continue d'interpréter des rôles marquants pour le grand et le petit écran sous la direction de Kim Chapiron, Raoul Peck, Yves Boisset, Isild Le Besco [14], Jacques Rivette et notamment en 2010 le rôle de No, une jeune fille sans abri dans No et moi réalisé par Zabou Breitman[15],[16],[17].

La Comédie-Française annonce son arrivée le 4 octobre 2010 [18],[19] en tant que pensionnaire où elle fait son entrée en jouant l'impératrice dans Les Habits neufs de l'empereur. En 2011, elle joue Camille dans On ne badine pas avec l'amour [20],[21] mis en scène par Yves Beaunesne, puis est mise en scène par Jacques Lassalle dans L'École des femmes, où elle interprète Agnès [22].

En 2012, Julie-Marie Parmentier retrouve Dominique Cabrera et joue Honorine dans le dernier film de Benoît Jacquot, Les Adieux à la reine. Elle enregistre son premier livre-audio pour lequel elle obtient le prix coup de cœur de l'Académie Charles Cros.

Après avoir quitté la Comédie-Française fin 2012, elle retrouve André Engel en octobre 2013 au théâtre national de Chaillot dans deux pièces d’Ödön von Horváth, et tourne dans le premier long métrage de Raphaël Neal : Fever. Elle tient le rôle principal féminin dans Évolution de Lucile Hadzihalilovic, et joue aux côtés de Grégory Gadebois et Romain Duris dans le premier long métrage d'Emmanuel Courcol : Cessez-le-feu.

Au théâtre, elle joue aux côtés de Gérard Darmon dans une captation en direct pour France 2 : Vous êtes mon sujet, une pièce écrite expressément par Didier van Cauwelaert et mise en scène par Alain Sachs.

Julie-Marie Parmentier continue de jouer également pour le petit écran, puisqu'elle interprète le premier rôle aux côtés de Bernard Campan dans Presque comme les autres de Renaud Bertrand. Le film est adapté du livre écrit par Gersende Perrin et Francis Perrin, Louis, pas à pas, qui retrace leur combat pour leur enfant autiste.

Puis, elle continue sa collaboration avec Catherine Hiegel, qui la met en scène dans Les Femmes Savantes au théâtre de la Porte Saint Martin, ainsi qu'avec Noémie Lvovsky, pour qui elle tourne dans Demain et tous les autres jours en 2017.

En 2018, Julie-Marie Parmentier joue dans La Révolte, une pièce de Villiers de L'Isle Adam, mis en scène par Charles Tordjman, au théâtre de Poche Montparnasse[23],[24].

Depuis l'année 2015, Julie-Marie Parmentier se consacre à la littérature et en juillet 2019, elle crée son théâtre virtuel sur la chaîne Le petit Théâtre de Julie-Marie.

DiversificationModifier

Elle entame une collaboration avec Raphaël Enthoven sur son émission philosophique Le Gai Savoir (France Culture) ainsi que sur des cycles à l'Odéon tels que L'amitié dangereuse[25],[26],[27].

En 2014, le premier livre pour enfant de Julie-Marie Parmentier Les aventures de Pip-Pip le moineau est publié aux Éditions L'Harmattan[28].

ThéâtreModifier

Hors Comédie-FrançaiseModifier

À la Comédie-FrançaiseModifier

FilmographieModifier

CinémaModifier

Longs métragesModifier

Courts métragesModifier

TélévisionModifier

Vidéo-clips [31]Modifier

PublicationModifier

Livres-audioModifier

RadioModifier

DiversModifier

DistinctionsModifier

PrixModifier

NominationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Artaxe vidéos archive, « André engel avec Michel Piccoli_Le Roi Lear 1/5 », (consulté le 1er juillet 2018)
  2. Yael Bacry, « LE ROI LEAR (2) Engel /Piccoli (dont Fou/Lear) », (consulté le 1er juillet 2018)
  3. Yael Bacry, « LE ROI LEAR n°3 Engel /Piccoli », (consulté le 1er juillet 2018)
  4. Yael Bacry, « LE ROI LEAR n°4 Lande 1 », (consulté le 1er juillet 2018)
  5. Yael Bacry, « LE ROI LEAR n°5 Engel Lande 2 », (consulté le 1er juillet 2018)
  6. Yael Bacry, « LE ROI LEAR n°6 falaise - lande 3 et Reveil Lear par Cordélia », (consulté le 1er juillet 2018)
  7. Yael Bacry, « LE ROI LEAR n°7 suite réveil Lear et fin », (consulté le 1er juillet 2018)
  8. Arnaud Laporte, « Table-ronde Spectacle vivant /La petite Catherine de Heilbronn », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2018)
  9. « La Petite Catherine de Heilbronn d' Heinrich Von Kleist au théâtre de l'Odéon - Ateliers Berthier », AgoraVox,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2018)
  10. « Kleist, un rêve de théâtre », sur Le Monde.fr (consulté le 1er juillet 2018)
  11. Joshka Schidlow, « Allegro Théâtre: La séparation des songes de Jean Delabroy », sur Allegro Théâtre, (consulté le 1er juillet 2018)
  12. « La Séparation des songes, au Théâtre ouvert », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2018)
  13. « Rue du théâtre - Confessions d'une enfant volée - « La séparation des songes» », sur ruedutheatre.eu (consulté le 1er juillet 2018)
  14. « Une journée avec Julie-Marie Parmentier - Elle », Elle,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2018)
  15. Prisma Média, « Julie-Marie Parmentier bouleversante à l’affiche de No et moi - Voici », Voici.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 11 juillet 2018)
  16. Le JDD, « Julie-Marie Parmentier, SDF la rage au coeur », lejdd.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 11 juillet 2018)
  17. « No et moi _interview1 - Vidéo dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le 11 juillet 2018)
  18. « L'actrice Julie-Marie Parmentier rejoint la Comédie Française ! », Pure People,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2018)
  19. Le Point, magazine, « L'actrice Julie-Marie Parmentier engagée par la Comédie-Française », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2018)
  20. Le JDD, « Deux enfants du siècle », lejdd.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 11 juillet 2018)
  21. « Musique de Musset, on ne badine pas avec l'amour », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 11 juillet 2018)
  22. « L'Ecole des femmes, une grande leçon de théâtre à la Comédie-Française », Le grand théâtre du monde,‎ (lire en ligne, consulté le 11 juillet 2018)
  23. « Théâtre ou cinéma, Julie-Marie Parmentier joue chaque rôle comme si c'était le dernier », Télérama.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2018)
  24. « La Révolte au Poche-Montparnasse : cette guerrière qu'ils ont abattue », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 11 juillet 2018)
  25. « Quelque part dans l’inachevé – Jankélévitch », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2018)
  26. « Les Rêveries du promeneur solitaire - Rousseau », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2018)
  27. « Zadig – Voltaire », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2018)
  28. a et b Julie-Marie Parmentier, Brice Follet (illustrations), Les aventures de Pip-Pip le moineau, Jeunesse l'Harmattan, 2014 (ISBN 978-2-3430-2218-5), 92 pages [présentation en ligne]
  29. Armelle Héliot, « Julie-Marie Parmentier, une grâce de conte de fées », Le grand théâtre du monde,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2018)
  30. Joëlle Gayot, « L’incarnation », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2018)
  31. benoît pétré, « J'AI PEUR DES FILLES - MODULE #3 - JULIE-MARIE PARMENTIER », (consulté le 1er juillet 2018)
  32. « Julie-Marie Parmentier nous lit...(Rediffusion de l'émission du 14/03/2012) », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2018)
  33. « Julie-Marie Parmentier nous lit...(4/4) », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2018)
  34. « Julie-Marie Parmentier nous lit...(1/4) », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2018)
  35. « Jane Eyre (1/10) : Episode un », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2018)
  36. Laurence Le Saux, « Sur France Culture, Julie-Marie Parmentier met en mots Jane Eyre », Télérama.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2018)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier