Juin 1945

mois de 1945

Juin 1945
Nombre de jours 30
Premier jour Vendredi 1er juin 1945
5e jour de la semaine 22
Dernier jour Samedi 30 juin 1945
6e jour de la semaine 26
Calendrier
juin 1945
Sem Lu Ma Me Je Ve Sa Di
22 1er 2 3
23 4 5 6 7 8 9 10
24 11 12 13 14 15 16 17
25 18 19 20 21 22 23 24 
26 25 26 27 28 29 30
1945Années 1940XXe siècle

Mois précédent et suivant
Juin précédent et suivant

Chronologies par zone géographique
Chronologies thématiques

Les événements concernant la Seconde Guerre Mondiale sont détaillés dans l'article Juin 1945 (Seconde Guerre mondiale).

ÉvénementsModifier

  • 5 juin : Conférence alliée à Berlin au quartier général de la délégation soviétique entre Joukov, De Lattre, Montgomery et Eisenhower. La commission de contrôle alliée est officiellement créée. Déclaration de Berlin sur le statut de l’Allemagne occupée. Elle sera divisée en zones confiées aux États-Unis, à l’Union soviétique, à la Grande-Bretagne et à la France, qui exercent l’autorité complète sur tous les aspects de la vie dans chacune de leur zone respective. La région de Berlin est également découpée en quatre zones. Chaque zone est administrée par un gouverneur militaire. Les décisions concernant l’Allemagne entière seront prises à l’unanimité des quatre puissances. Les frontières de l'Allemagne sont fixées à celles qui existaient au 31 décembre 1937.
  • 5 - 26 juin : écrasante défaite de Winston Churchill aux élections législatives britanniques. Les travaillistes remportent 393 sièges contre 213 aux conservateurs. Clement Attlee entre au cabinet.
  • 9 juin, France : épuration monétaire par échange nominatif des billets de banque et le recensement des bons du trésor en circulation. Le but premier est d'enlever toute valeur aux milliards emportés par les Allemands et placés dans certains pays neutres comme l'Espagne, le Portugal et la Suisse. Le deuxième but est d'évaluer la fortune des Français afin d'établir l'assiette fiscale du futur impôt de péréquation nationale. Le troisième but est d'obliger les Français à déposer leur argent liquide sur les comptes bancaires. Au bilan, une importante partie des billets ne remonteront pas à la Banque de France (destruction, argent du crime, marché noir).
  • 10 juin :
    • Trieste. Selon l'accord signé à Duino le 10 juin, le XIIIe corps britannique se déploya à l'Ouest d'une ligne de démarcation appelée « ligne Morgan (en) ». Les soldats yougoslaves se retireront à l'est de cette ligne.
    • La Diète impériale japonaise accorde les pleins pouvoirs au Premier Ministre Kantarō Suzuki.
  • 12 juin : Trieste: Selon l'accord signé à Duino le 10 juin, les soldats yougoslaves se retirent à l'Est de cette ligne.
  • 16 juin :
    • nationalisation d'« Air France ». Fin de la présence de l'armée française en Val d'Aoste.
    • le premier ministre belge Achille van Acker démissionne avec son cabinet pour protester du retour en Belgique du Roi Léopold III.
    • depuis la libération du camp de Dachau le 29 avril; près de 2500 anciens déportés sont morts, principalement du typhus.
  • 18 juin :
    • Inculpation à Londres du fasciste britannique William Joyce, surnommé Lord Haw-Haw, propagandiste à la radio nazie, pour trahison.
    • Staline avait nié le 19 mai, que les seize leaders politiques et militaires de la Résistance polonaise contre les nazis qui avaient été arrêtés, par le NKVD et emprisonnés à Moscou, le 28 mars 1945, l'avaient été pour des raisons politiques. Le Procès des seize débute le 18 juin à Moscou et se déroulera jusqu'au 21 juin. Ils sont jugés sous le motif fallacieux d'avoir combattu les troupes soviétiques.
  • 21 juin :
    • la Syrie et le Liban relèvent tous les Français de leurs services.
    • A Moscou, lors du procès des Seize dirigeants politiques et militaires de la Résistance intérieure polonaise; 12 des 16 membres sont déclarés coupables "d'action de diversion derrière le front soviétique"; c'est-à-dire dans les territoires polonais libérés par l'Armée Rouge qui devaient, selon les accords de Yalta, être annexés à l' URSS à la fin de la guerre. Après trois jours du procès, les sentences prononcées furent les suivantes:

Leopold Okulicki (dernier commandant de l'Armia Krajowa et de forces armées de l'intérieur) : dix ans de réclusion (exécuté en prison en ). Jan Stanisław Jankowski (vice-président du conseil des ministres du gouvernement polonais en exil) : huit ans, mort en prison à Vladimir le . Adam Bień (vice-président du SN) : cinq ans . Stanisław Jasiukowicz (vice-président du SN) : cinq ans (mort en prison à Boutyrka quelques jours avant la fin de sa détention, probablement assassiné) . Kazimierz Pużak (président du Conseil d'Union nationale) : un an et demi ; libéré en , en 1947 arrêté par l'UB et condamné à dix ans de réclusion, mort à la prison de Rawicz en 1950 . Kazimierz Bagiński (vice-président du SL) : un an ; libéré et contraint d'émigrer aux États-Unis . Aleksander Zwierzyński (président de l'Union démocratique) : huit mois . Eugeniusz Czarnowski (vice-président de l'Union démocratique) : six mois . Józef Chaciński (président de l'Union du travail) : quatre mois . Stanisław Mierzwa (représentant du SL) : quatre mois, arrêté de nouveau en Pologne et condamné à sept ans de prison pour son activité au sein du Parti populaire polonais (PSL) . Zbigniew Stypułkowski (secrétaire général du Conseil national politique provisoire) : quatre mois, après le retour en Pologne, contraint à l'émigration vers la Grande-Bretagne . Stanisław Mierzwa (représentant de l'Union de travail) : quatre mois . Stanisław Michałowski (polityk) (vice-président de l'Union démocratique) : relaxé . Kazimierz Kobylański (représentant du SN) : relaxé . Józef Stemler (vice-ministre du département de l'information du gouvernement clandestin polonais) : relaxé.

NaissancesModifier

DécèsModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier