Chandrika Kumaratunga

femme politique sri-lankaise

Chandrika Kumaratunga
(si) චන්ද්‍රිකා කුමාරතුංග
Illustration.
Chandrika Kumaratunga en janvier 2005.
Fonctions
Présidente de la République démocratique socialiste du Sri Lanka

(11 ans et 7 jours)
Élection
Réélection
Premier ministre Sirimavo Bandaranaike
Ratnasiri Wickremanayake
Ranil Wickremasinghe
Mahinda Rajapakse
Prédécesseur Dingiri Banda Wijetunga
Successeur Mahinda Rajapakse
Première ministre du Sri Lanka

(2 mois et 24 jours)
Président Dingiri Banda Wijetunga
Prédécesseur Ranil Wickremasinghe
Successeur Sirimavo Bandaranaike
Biographie
Nom de naissance Chandrika Bandaranaike
Date de naissance (75 ans)
Lieu de naissance Ceylan
Nationalité sri-lankaise
Parti politique PLSL
Père Solomon Bandaranaike
Mère Sirimavo Bandaranaike
Conjoint Vijaya Kumaranatunga
Enfants Yasodhara Kumaranatunga
Vimukthi Kumaranatunga
Diplômé de Aquinas University College de Colombo
IEP Paris
IEP Aix-en-Provence
École pratique des hautes études
Profession Journaliste
Religion Bouddhisme

Chandrika Kumaratunga
Premiers ministres du Sri Lanka
Présidents de la République démocratique socialiste du Sri Lanka

Chandrika Kumaratunga, née le (en singhalais : චන්ද්‍රිකා බණ්ඩාරනායක කුමාරතුංග  ; en tamoul : சந்திரிகா பண்டாரநாயக்க குமாரதுங்க), est une femme d'État sri-lankaise. Elle a été Premier ministre du 19 août au , puis présidente de la République du au .

Elle est la fille de Solomon Bandaranaike, ancien Premier ministre assassiné en 1959, et de Sirimavo Bandaranaike, Premier ministre un an plus tard.

Chandrika Bandaranaike épousa l'homme politique et acteur Vijaya Kumaratunga, assassiné en 1988. Le , elle fut elle-même victime d'une tentative d'assassinat perpétrée par les Tigres tamouls lors d'un rassemblement à l'hôtel de ville de Colombo. Elle y perdit l'œil droit.

BiographieModifier

Jeunesse et familleModifier

EducationModifier

Chandrika Kumaratunga fait ses études au collège Saint Bridget’s Convent de Colombo, au Sri Lanka, puis à l'Aquinas University College de Colombo, et aux Instituts d'études politiques de Paris et d'Aix-en-Provence. Elle prépare alors un doctorat en développement économique à l'École pratique des hautes études de Paris (1968-1970). Rentrée au Sri Lanka en 1972 elle ne s'engage pas immédiatement dans l'action politique mais assume des responsabilités au sein de l'administration. Elle est directrice de la Land Reforms Commission (1972-1976), puis présidente de la Janawasa Commission (1976-1977), chargée de la mise en place de fermes collectives. De 1976 à 1979, elle est également membre d'un groupe d'experts de la FAO.

Pendant son séjour en France, elle s'initie au journalisme politique en écrivant pour Le Monde. De retour au Sri Lanka, elle dirige le quotidien Dinakara Sinhala de 1977 à 1985.

Vie privéeModifier

Chandrika épouse la star de cinéma et l'homme politique Vijaya Kumaratunga en 1978, mais il est assassiné dix ans plus tard le , devant chez lui en présence de Chandrika et de leurs deux enfants, alors âgés de cinq et sept ans. L'assaillant appartenait au groupe marxiste Janatha Vimukthi Peramuna.

Leur fille, Yasodhara Kumaratunga, née en 1980 et éduquée au Corpus Christi College de l'Université de Cambridge et à la St George's Medical School, de l'Université de Londres est devenue médecin. Elle se mariera avec Roger Walker, médecin consultant de Dorset[1].

Leur fils, Vimukthi Kumaratunga né en 1982 et éduqué à la Université de Bristol est devenu vétérinaire.

Carrière politiqueModifier

Montée au pouvoirModifier

Après l'assassinat de son mari Chandrika Kumaratunga se réfugie durant deux ans à Londres. De retour au pays au pays, elle s'engage en politique. Elle est élue ministre en chef de la province du Sud-Ouest[2].

Premier ministre du Sri LankaModifier

Elle est nommée premier ministre à l'issue des élections législatives d'août 1994.

Présidente du Sri LankaModifier

Elle est élue présidente en 1994 avec 62,2 % des suffrages. Elle est réélue, le pour un nouveau mandat de six ans en recueillant 51,12 % des voix contre 42,76 % à Ranil Wickremesinga du Parti national unifié (UNP), et onze autres candidats. En 2005 le premier ministre Mahinda Rajapakse, lui succède en remportant l'élection présidentielle de 2005 avec 50,33 % des voix.

Après la présidenceModifier

Lors de l'élection présidentielle du 27 janvier 2010, elle apporte son soutien, trois jours avant l'élection, au candidat de l'opposition, le général Sarath Fonseka, qui est battu[3].

DistinctionsModifier

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) C. A. Gunarwardena, « Chandrika Bandaranaike Kumaratunga », in Encyclopedia of Sri Lanka, New Dawn Press, New Delhi, 2006 (2e éd.), p. 220-222 (ISBN 978-1932705485)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier