Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Göttingen (chanson).

Göttingen
Goettingue
Blason de Göttingen
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Flag of Lower Saxony.svg Basse-Saxe
Arrondissement
(Landkreis)
Göttingen
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
18
Bourgmestre
(Oberbürgermeister)
Rolf-Georg Köhler (SPD)
2014-
Partis au pouvoir SPD, Grüne
Code postal 37073, 37075, 37077, 37079, 37081, 37083, 37085
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
03 1 52 012
Indicatif téléphonique +49 551
Immatriculation
Démographie
Gentilé Goettinguois
Population 119 529 hab. (31 déc. 2017)
Densité 1 020 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 32′ 00″ nord, 9° 56′ 00″ est
Altitude Min. 138 m
Max. 427,5 m
Superficie 11 720 ha = 117,20 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Göttingen

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Göttingen
Liens
Site web www.goettingen.de

Göttingen (prononcé : [ˈɡœtɪŋən] Écouter) aussi parfois nommée en français Gœttingue, Goettingue ou Gottingue (en bas-allemand Chöttingen) est une ville d'Allemagne, dans le Land de Basse-Saxe, capitale du district du même nom. Elle se situe à mi-chemin entre Bonn et Berlin. Elle compte 116 891 habitants (2013), dont 32 000 étudiants.

C'est un important centre universitaire. L'Université de Göttingen est l'une des plus célèbres d'Allemagne, avec 32 000 étudiants et 2 500 enseignants. 42 prix Nobel ont enseigné ou étudié à Göttingen. La ville abrite également la Bibliothèque de Basse-Saxe, ainsi que l'Institut Max-Planck et l'Académie des sciences. L'université possède deux jardins botaniques au sein du Jardin botanique de l'Université Georg-August de Göttingen.

HistoireModifier

La première mention attestée de la ville (nommée Gutingi à l'époque) remonte à 953, sur une charte conclue entre Othon Ier et le monastère de Magdebourg. Une charte municipale est attestée vers 1210. À cette époque, la ville est une place commerciale prospère, surtout après 1351, date de son entrée dans la Hanse. En 1387, les bourgeois sont même assez puissants pour détruire le palais ducal. Le territoire de la ville de Göttingen appartenait initialement à l'archevêché de Mayence ou à son archidiaconat Nörten dans la province ecclésiastique de Mayence. En 1547, pourtant, la fortune s'inverse avec l'échec de la ligue de Smalkalde, à laquelle Göttingen appartenait — ligue réunie autour de Martin Luther par les princes protestants contre Charles Quint. La guerre de Trente Ans achève de ruiner la ville. Celle-ci renaît en 1737 quand l'électeur de Brunswick-Lunebourg, Georges II, y fonde l'université.

En 1806 la ville passe brièvement sous contrôle prussien et, en 1807, elle est intégrée au royaume de Westphalie, avant de revenir dans le giron du royaume de Hanovre en 1813. En 1866, Göttingen et tout le royaume de Hanovre sont rattachés à la Prusse. Pendant la Seconde Guerre mondiale, seulement 2,1 % de la ville (59 maisons, la gare et quelques bâtiments de l'université) furent détruits.

Monuments et traditionsModifier

En décembre, la place du marché et les ruelles autour de l'église Sankt Johannis accueillent le marché de Noël.

La tradition universitaire depuis maintenant plus d'un siècle veut que les doctorants de l'université ayant reçu leur diplôme doivent marcher au centre-ville (souvent accompagnés par toute leur famille et tous leurs amis et montés sur une brouette décorée), escalader la fontaine de la Gänseliesel, la « Lison aux oies », pour lui offrir un bouquet de fleurs et lui donner un baiser sur la joue. Cette tradition était pendant longtemps officiellement interdite, mais toujours tolérée. Surtout en été, quand beaucoup de doctorants reçoivent leur diplôme, on peut voir presque tous les jours les cortèges vers la fontaine.

CultureModifier

ReligionModifier

 
Vue du dessous de la sculpture à la Platz der Synagoge

Fin 2015, le nombre d'habitants à Göttingen s'élève à 132 866 personnes composées de 36 % de luthériens, 13,8 % de catholiques et 50,2 % relevant d'autres religions[1].

Une communauté juive était établie à Göttingen depuis le XVIe siècle. Sous le nazisme, l'ancienne synagogue de 1869 a été incendiée en 1938 et la communauté décimée. Aujourd'hui, le cimetière juif conserve plus de 400 pierres tombales. Une vie communautaire juive est à nouveau active à travers la synagogue dont le bâtiment est celui de Bodenfelde transféré à Göttingen, et un nouveau centre communauté inauguré en 2004 pour les 500 paroissiens[2],[3].

Pour de plus amples informations sur la communauté juive avant la Seconde Guerre mondiale et sa synagogue, voir: synagogue de Göttingen (1872-1938)

Il y existe aussi plusieurs communautés musulmanes fréquentant deux mosquées sur la ville. Sont aussi représentés les Témoins de Jéhovah, l'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, l'Eglise néo-apostolique et l'Eglise orthodoxe russe.

ThéâtresModifier

Göttingen héberge trois théâtres :

  • le Deutsches Theater[4], construit en 1889/1890 ;
  • le Junges Theater[5], petite scène alternative depuis 1957 ;
  • le Theater im OP (ThOP)[6], théâtre universitaire et amateur installé dans une ancienne salle de chirurgie.

MusiqueModifier

L'orchestre symphonique de Göttingen[7] est réputé bien au-delà des frontières de la ville aussi bien que l'académie chorale[8] pour enfants et jeunes.

Le groupe populaire de vocalistes Ganz Schön Feist[9] a ses racines à Göttingen, comme le groupe de hard rock Guano Apes. Plusieurs festivals de musique rock ou pop sont organisés tout au long de l'année pour donner une chance aux nouveaux talents.

Chaque année en novembre, le festival de jazz[10] accueille des musiciens célèbres et de nombreux spectateurs à Göttingen. En été, c'est le Festival International de Handel[11] qui attire les amis de la musique baroque.

Une longue tradition universitaire est la fête de la Saint-Nicolas qui a lieu, tous les ans, autour du 6 décembre dans le bâtiment des amphithéâtres sur le campus de Göttingen. Pendant toute la soirée, et dans tous les amphis, le film culte allemand Die Feuerzangenbowle est montré sur les grands écrans. Dans le hall du bâtiment, il y a une piste de danse et plusieurs groupes de musique qui accompagnent la danse.

LittératureModifier

Le Centre Littéraire de Göttingen[12] organise tout au long de l'année des lectures et rencontres avec des auteurs. Il est également l'organisateur principal du Göttinger Literaturherbst[13] (l'automne littéraire de Göttingen), une série de lectures et discussions en septembre.

En même temps, l'institut de langue et littérature allemande de l'université s'occupe de documenter la littérature allemande de l'après-guerre.

Musées et archivesModifier

  • Städtisches Museum (Musée municipal)
  • Collections d'art de l'université
  • Collections archéologiques de l'université
  • Karzer de l'université (ancienne salle d'arrestation, graffitis historiques)
  • Collections ethnologiques de l'université
  • Collections zoologiques de l'université
  • Appartement estudiantin d'Otto von Bismarck
  • Musée de la Chimie à Göttingen
  • Saline Luisenhall (une des dernières usines en Europe actives dans la production du sel)
  • Archives municipales

PersonnalitésModifier

PeintresModifier

Sont originaires de Göttingen :

Actif à Göttingen :

Göttingen en chansonsModifier

  • Göttingen, chantée par Barbara dans une version française et une autre en allemand. En 2002, cinq ans après la mort de la chanteuse, la ville de Göttingen inaugure une « Barbarastraße » (rue Barbara) dans le quartier de Geismar[14].
  • Patricia Kaas fait référence aux roses de la ville dans la chanson D'Allemagne.

SportModifier

JumelagesModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier

Liens externesModifier