Ouvrir le menu principal

Joseph Bernet
Biographie
Naissance
Saint-Flour
Ordination sacerdotale
Décès (à 75 ans)
Aix-en-Provence
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par
le pape Grégoire XVI
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Archevêque d'Aix-en-Provence
Évêque de La Rochelle

Posuit episcopos regere Ecclesiam Dei
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Joseph Bernet (né le à Saint-Flour, fils de Guillaume Bernet, marchand de Saint-Flour, et Jeanne Buisson, et mort le à Aix-en-Provence) est un cardinal français du XIXe siècle qui a été archevêque d'Aix-en-Provence de 1835 à 1846.

Sommaire

BiographieModifier

Formation et premières années d'exercice (1792-1827)Modifier

 
Séminaire de Saint-Sulpice où Bernet apprend la théologie.

Né dans une famille bourgeoise[1], Joseph Bernet étudie la théologie à Saint-Flour[2] puis continue ses études à Paris au séminaire de Saint-Sulpice[3].

En , le séminaire ferme sans que l’abbé Bernet ne puisse terminer ses études. Il part pour Paris où il découvre la misère[4] alors que la Terreur s'étend en France comme dans les rues de la capitale. Ses premiers soucis de santé remontent à cette période, alors que Bernet n'a pas encore 25 ans. On le trouve à plusieurs reprises contraint d'aller chercher des soins dans les hôpitaux de Paris[1]. Sans revenus, il décide, pour subvenir à ses besoins, d'ouvrir une école qu'il transporte quelques mois après sa création à Sceaux et y enseigne durant trois années[3].

L'abbé Bernet reçoit les quatre ordres mineurs et le premier des ordres sacrés le , deux jours après, jour de la fête de la Saint-Matthieu, des mains du grand vicaire de Saint-Flour[1]. Il est ensuite admis au diaconat et reçoit l'ordination du grand vicaire de Paris. Joseph Bernet est reçu au sacerdoce catholique le [3], de nuit et dans le plus grand secret dans une maison des vieux quartiers de Paris[1]. Le culte étant rétabli, il devient dans un premier temps vicaire de la paroisse d'Antony où il reste deux ans. Il s'affronte au maire de la commune, Henri Gau, un jacobin fervent ennemi du clergé, mais parvient à obtenir de lui la réouverture des églises. Il doit pourtant quitter Antony après le coup d'État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797) pour avoir refusé de prêter un serment de haine vis-à-vis de la royauté[4]. Il reprend ses activités d'instituteur et se cache à Orléans où il dirige un pensionnat. Au Concordat, il est nommé vicaire de la paroisse de Saint-Paterne à Orléans[4] et y reste jusqu'en 1816.

À la Restauration (1814), il est nommé par Louis XVIII aumônier de la maison royale de Saint-Denis, puis devient chanoine de la basilique Saint-Denis[4]. Quelques années plus tard, il reçoit une affection honorifique de la part de Hyacinthe-Louis de Quélen, archevêque de Paris, qui lui notifie son départ pour l'île de Sainte-Hélène, dans l'océan Atlantique sud, où se trouve Napoléon. Mais avant de partir sur l'île, on apprend la mort de l'empereur qui survient le et le départ de Bernet est annulé de facto[4].

Bernet quitte toutefois la basilique Saint-Denis et devient curé de l'église Saint-Vincent-de-Paul, à Paris[4].

Évêque de La Rochelle (1827-1835)Modifier

Alors qu'il est curé de l'église Saint-Vincent-de-Paul, Joseph Bernet est contacté par le vicomte de Martignac, chef du gouvernement français, qui lui propose en 1827 de devenir évêque de La Rochelle[4], fonction qu'il accepte et qu'il conservera jusqu'en 1835.

Archevêque d'Aix (1835-1846)Modifier

 
Le pape Grégoire XVI qui crée Bernet cardinal en 1846.

Il devient archevêque d'Aix-en-Provence en 1835, succédant à Jacques Raillon, après la mort de celui-ci, survenue à Hyères le [4]. Avant l'épiscopat de Raillon, celui-ci avait exercé de hautes fonctions à Orléans qui lui avait valu les critiques de Joseph Bernet, sans savoir que les deux hommes se retrouveraient successivement à la tête de l'épiscopat aixois[4]. L'arrivée de Bernet coïncide avec une période de relative entente entre le clergé et le gouvernement et l'archevêque profite de la situation pour convoquer en octobre 1838 un synode auquel participent les évêques de Marseille, Ajaccio, Fréjus, Gap et Belley, à l'exception de Mgr Miollis, archevêque de Digne, démissionnaire[4]. Le but de ce synode est de demander au pape Grégoire XVI l'autorisation de modifier le nom de la « fête de la Conception de la sainte Vierge » en ajoutant l'adjectif latin immaculata au nom conceptione[5].

Article détaillé : Synode d'Aix-en-Provence de 1838.

Pour les cinquante ans du sacerdoce de Joseph Bernet, Grégoire XVI le crée cardinal lors du consistoire du [3]. En février, il reçoit la barrette aux Tuileries, très affaibli par la maladie. À son retour à Aix-en-Provence, il est accueilli par une foule considérable et reçu aux portes de la ville par le conseil municipal, son maire Antoine Aude en tête[6]. Le 1er juin 1846, Grégoire XVI meurt et deux semaines plus tard se tient à Rome un conclave qui élira Pie IX pour son successeur. Bernet ne peut s'y rendre en raison de son état de santé[7]. Il s'éteint le dans son palais archiépiscopal, à 2 heures de l'après-midi. Le lendemain de sa mort, son corps est embaumé selon la méthode Sucquet par trois médecins de la ville[6]. Les deux jours qui suivent sont consacrés aux hommages rendus par la population qui se presse dans le palais pour voir une dernière fois le corps de leur archevêque. Les funérailles ont lieu quatre jours après le décès[6]. L'oraison funèbre[8] qui l'accompagne au tombeau laisse entendre que des voix se font entendre après sa mort pour critiquer sa création comme cardinal qui lui aurait été accordée en raison de son « attitude très discrète [...] au cours de la campagne pour la liberté de l'enseignement »[7].

Son testament permet le legs, soit de 5 000 francs aux pauvres de la ville, soit de 1 000 francs à chacune des cinq paroisses d'Aix, ainsi que 5 000 francs à partager en parts égales entre la cuisinière de l'archevêque et sa lingère. De plus, Joseph Bernet lègue une somme représentant une année de gages à ses domestiques. Il cède en outre des ornements à la cathédrale Saint-Sauveur et au grand séminaire d'Aix[9].

Distinctions personnellesModifier

  • Commandeur de la Légion d'honneur[1].
  • Anoblissement et règlement d'armoiries par lettres patentes du 4 aout 1827 en faveur de joseph BERNET, Eveque de la Rochelle (12 aout 1827) "d’azur à une tour d’argent portant un globe d’or surmonté d’une croix de même"
  • Cardinal et Comte Romain Abt. 4919. — 18 mars—22 avril 1842. Ordonnance du Roi portant réception du Bref qui confère à M. Bernet, Archevêque d'Aix, les titres honorifiques d'Evêque assistant au Trône pontifical et de Comte romain.(B. 898, n° 9932.)

ArmesModifier

D'azur au globe d'or surmontée d'une croix du même issant d'une tour d'argent[10].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e « Nécrologie de S. Ém. le cardinal Bernet », in Le Mémorial d'Aix, dimanche 12 juillet 1846, IXe année, n° 44, p. 1, 2.
  2. Les sources ne sont pas claires quant à l'identification formelle de la commune de Saint-Flour. Il peut s'agir de Saint-Flour, dans le Cantal, ou de Saint-Flour, dans le Puy-de-Dôme. On peut cependant présumer que, s'il a étudié la théologie à Saint-Flour, il s'agit de la ville du Cantal puisque celle ville était depuis 1317 le siège de l'évêché de la Haute-Auvergne.
  3. a b c et d Collectif, L'ami de la religion : journal ecclésiastique, politique et littéraire, t. 130, Paris, librairie d'Adrien Le Clere, , 776 p., p. 221 à 227.
  4. a b c d e f g h i et j Henri Pellissier-Guys, Paul Masson, Les Bouches-du-Rhône, encyclopédie départementale, vol. X : « Le mouvement social », Marseille, 1923, p. 620.
  5. Dictionnaire universel et complet des conciles tant généraux que particuliers, des principaux synodes diocésains et des autres assemblées ecclésiastiques les plus remarquables, Adolphe Charles Peltier, t. 1, Paris, 1847, p. 39.
  6. a b et c « Mort et funérailles de S. Ém. Mgr Bernet, cardinal, archevêque d'Aix », in Le Mémorial d'Aix, n° 44, op. cit., p. 1.
  7. a et b Henri Pellissier-Guys, Paul Masson, Les Bouches-du-Rhône..., op. cit., p. 621.
  8. Oraison funèbre du cardinal Bernet, Vitalis, Aix-en-Provence, 1846, 24 pages. Cité in Henri Pellissier-Guys, Paul Masson, Les Bouches-du-Rhône..., op. cit., p. 621.
  9. « Nouvelles diverses », in Le Mémorial d'Aix, n° 44, op. cit., p. 2.
  10. Comte de Saint Saud, Armorial des prélats français du XIXème siècle, Paris, 1906, H. Daragon, 415p., p.149. Consultable sur Gallica.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Collectif, L'ami de la religion : journal ecclésiastique, politique et littéraire, t. 130, Paris, librairie d'Adrien Le Clere, , 776 p. (lire en ligne), p. 221 à 227.
  • Henri Pellissier-Guys, Paul Masson, Les Bouches-du-Rhône, encyclopédie départementale, vol. X : « Le mouvement social », Marseille, 1923, p. 619-621.
  • « Nécrologie de S. Ém. le cardinal Bernet » et « Mort et funérailles de S. Ém. Mgr Bernet, cardinal, archevêque d'Aix », in Le Mémorial d'Aix, dimanche 12 juillet 1846, IXe année, n° 44, p. 1, 2.
  • Abbé Doisy, Un grand curé sous la Restauration, Monsieur Joseph Bernet, éd. Pasquier, 1947, 240 pages.

Article connexeModifier