Saint-Flour (Cantal)

commune française du département du Cantal

Saint-Flour
De haut en bas, de gauche à droite : La cathédrale Saint-Pierre de Saint-Flour. ; la ville-haute de Saint-Flour, centre médiéval.
Saint-Flour - Cathédrale Saint-Pierre (1-2016) P1040709cr.jpg
Saint-flour-ville-haute.jpg
Blason de Saint-Flour
Blason
Saint-Flour (Cantal)
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
(sous-préfecture)
Arrondissement Saint-Flour
(chef-lieu)
Intercommunalité Saint-Flour Communauté
(siège)
Maire
Mandat
Philippe Delort (DVC)
2020-2026
Code postal 15100
Code commune 15187
Démographie
Gentilé Sanflorain, Sanfloraine
Population
municipale
6 435 hab. (2017 en diminution de 3,16 % par rapport à 2012)
Densité 237 hab./km2
Population
aire urbaine
13 091 hab. (2014)
Géographie
Coordonnées 45° 02′ 04″ nord, 3° 05′ 37″ est
Altitude 899 m
Min. 757 m
Max. 1 040 m
Superficie 27,14 km2
Élections
Départementales Cantons de Saint-Flour-1 et Saint-Flour-2
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Flour
Géolocalisation sur la carte : Cantal
Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 14.svg
Saint-Flour
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Flour
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Flour
Liens
Site web saint-flour.fr

Saint-Flour (Sant-Flor en occitan[1]) est une commune française située dans le département du Cantal en région administrative Auvergne-Rhône-Alpes.

Siège d'un diocèse depuis 1317, la ville fut pressentie pour être la préfecture du Cantal lors de sa création. C'est aujourd'hui une des deux sous-préfectures du département avec Mauriac. La ville rayonne sur un vaste territoire rural et arrive à regrouper tous les services d'une ville de 15 à 30 000 habitants.

GéographieModifier

SituationModifier

 
Ville haute.

La commune de Saint-Flour, traversée par le 45e parallèle nord, est de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km).

La ville de Saint-Flour est séparée en deux étages, la « ville haute » et la « ville basse ». La ville haute est située sur la Planèze, grand plateau volcanique du Cantal, à 900 mètres d'altitude. La ville basse est construite dans la vallée de l'Ander.

D'un poème de Camille Gandilhon Gens d'Armes, elle a conservé le surnom de Cité du vent[2]. Elle a honoré le poète d'un beau buste en bronze sur une place de la vieille ville.

La ville est située sur l'ancienne route nationale 9 et sur l'autoroute A75 qui relient Paris à Béziers.

Roueyre, village faisant partie intégrante de la ville de Saint-Flour, est traversé par la D 679 reliant Saint-Flour et Talizat.

Communes limitrophes de Saint-Flour
Andelat Coren
Roffiac   Saint-Georges
Villedieu Alleuze

Voies de communication et transportsModifier

ClimatModifier

Le climat de Saint-Flour est semi-continental humide (DCfb). Les hivers sont froids et neigeux. En revanche, les étés sont doux, voire chauds et ensoleillés.

Tableau climatologique de Saint-Flour (776 m) sur la période 1982-2012
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −2,1 −1,9 0,2 2,5 5,9 9,2 11,1 11 9,1 5,1 1,6 −0,8 4,2
Température moyenne (°C) 1,6 2,3 5,3 7,9 11,5 15,1 17,4 17,2 14,7 10 5,5 2,5 9,2
Température maximale moyenne (°C) 5,4 6,6 10,5 13,4 17,2 21,1 23,8 23,5 20,4 15 9,4 5,8 14,3
Précipitations (mm) 45 39 45 54 88 77 56 75 71 61 56 55 722
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
5,4
−2,1
45
 
 
 
6,6
−1,9
39
 
 
 
10,5
0,2
45
 
 
 
13,4
2,5
54
 
 
 
17,2
5,9
88
 
 
 
21,1
9,2
77
 
 
 
23,8
11,1
56
 
 
 
23,5
11
75
 
 
 
20,4
9,1
71
 
 
 
15
5,1
61
 
 
 
9,4
1,6
56
 
 
 
5,8
−0,8
55
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

ToponymieModifier

La ville porte le nom de Florus, apôtre de l'Auvergne au IVe siècle.

En occitan auvergnat, Saint-Flour s'écrit « Sant Flor »[4] depuis le Moyen Âge[5] et le développement de l'écriture occitane.

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Au 2d tour de l'élection présidentielle à Saint-Flour, Emmanuel Macron (En Marche!) arrive en tête du scrutin avec 69,88 % des suffrages exprimés. Marine Le Pen (Front national) se place en seconde position, comptant 30,12 % des voix.

Emmanuel Macron (En Marche!) était aussi arrivé en première position au 1er tour (28,12 % des votes).

Sur l'ensemble des votants, 7,11 % ont voté blanc[6].

À l'élection européenne de 2019, la liste menée par Jordan Bardella et soutenue par le Rassemblement national arrive en tête avec 22,78 % des voix exprimées[7].

Liste des mairesModifier

CantonsModifier

Saint-Flour est le bureau centralisateur de deux cantons :

IntercommunalitéModifier

À partir de 1994, Saint-Flour a d'abord été le siège de la communauté de communes du Pays de Saint-Flour. Puis, de 2014 à 2016, celui de la communauté de communes du Pays de Saint-Flour Margeride. Depuis le 1er janvier 2017, elle est celui de Saint-Flour Communauté.

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2017, la commune comptait 6 435 habitants[Note 1], en diminution de 3,16 % par rapport à 2012 (Cantal : -1,54 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5 2825 3125 6876 3726 4645 6405 4845 4735 786
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 6615 2885 2185 0375 3815 7455 4775 3085 605
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5 6345 0655 7775 1345 2015 1565 3845 5905 763
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
5 8465 9977 2727 9507 4176 6256 6636 6376 610
2013 2017 - - - - - - -
6 6266 435-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (33,4 %) est sensiblement supérieur au taux national (25,5 %) et proche du taux départemental (35,2 %). La population féminine de la commune (54,2 %) est supérieur à la population masculine, plus encore qu'au niveau départemental (51,3 %) et au niveau national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranche d'âge et par sexe en 2017 est la suivante :

  • 45,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 15,4 %, 15 à 29 ans = 18,6 %, 30 à 44 ans = 17,1 %, 45 à 59 ans = 19,5 %, 60 à 74 ans = 19,5 %, 75 à 89 ans = 8,8 %, plus de 90 ans = 1,1 %) ;
  • 54,3 % de femmes (0 à 14 ans = 13,4 %, 15 à 29 ans = 15,9 %, 30 à 44 ans = 14,6 %, 45 à 59 ans = 19,2 %, 60 à 74 ans = 21 %, 75 à 89 ans = 12,4 %, plus de 90 ans = 3,5 %).
Pyramide des âges à Saint-Flour en 2017 en pourcentage[12]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90  ans ou +
3,5 
8,8 
75 à 89 ans
12,4 
19,5 
60 à 74 ans
21 
19,5 
45 à 59 ans
19,2 
17,1 
30 à 44 ans
14,6 
18,6 
15 à 29 ans
15,9 
15,4 
0 à 14 ans
13,4 
Pyramide des âges du Cantal en 2017 en pourcentage[13].
HommesClasse d’âgeFemmes
90  ans ou +
2,8 
9,9 
75 à 89 ans
14,1 
21,5 
60 à 74 ans
20,9 
22,6 
45 à 59 ans
20,9 
16,8 
30 à 44 ans
15,6 
13,5 
15 à 29 ans
11,9 
14,8 
0 à 14 ans
13,8 

Unité/aire urbainesModifier

L'unité urbaine de Saint-Flour est l'une des sept unités urbaines du Cantal. Elle est constituée de la seule commune de Saint-Flour[14]. Elle est le centre de l'une des quatre aires urbaines de ce département, l'aire urbaine de Saint-Flour, composée de 16 communes, avec 12 903 habitants en 2017.

Manifestations culturelles et festivitésModifier

 
La ville basse de Saint-Flour, l'église Sainte-Christine, les deux ponts sur l'Ander et les monts de la Margeride.
 
La ville haute (vue aérienne).
 
Le lycée Notre-Dame de Saint-Flour et une exposition photo installée en juin 2008 présentant des portraits d'acteurs de la vie locale et quotidienne du Pays de Saint-Flour et de Roumanie.
 
Un des personnages en carton-pâte installé dans les rues de Saint-Flour à l'occasion du 8e Festival des Hautes Terres, du 27 au 29 juin 2008.
 
La Fontaine de la Renommée, sculpteur Vital Gabriel Dubray, 1888[15].
  • Fête du 2 juin
  • Fête de Sainte-Christine[16]
  • La Festa del Païs (qui signifie « fête du pays » en occitan)[16] : grande fête annuelle du monde rural et de l'agriculture de montagne qui en fait la vitrine du territoire et des hommes qui vivent au pays de Saint-Flour
  • Le Festival des Hautes Terres[16], rencontre des cultures de montagne, accueillant des artistes du Massif central et d'autres régions montagneuses du monde. Est une importante tribune pour les musiques occitanes.
  • Chemin d'art contemporain, proposant un parcours itinérant d'œuvres contemporaines disséminées dans des lieux emblématiques de la ville, pour un savant mélange entre l'art contemporain et l'architecture médiévale de la ville
  • De nombreuses animations et expositions sont proposées dans le cadre du label Pays d'Art et d'Histoire attribué au Pays de Saint-Flour[17]
  • La ville accueille chaque année depuis 1971 l'École d'été de probabilités de Saint-Flour qui organise des cycles de conférences reconnues dans le domaine des probabilités et de la statistique mathématique.

SportsModifier

  • Étape Sanfloraine[18].
  • Fête du sport nature[19].
  • Concours hippique du 15 août.
  • Saint-Flour a été à quatre reprises ville-étape du Tour de France en 1999, 2004, 2011 et 2019 en tant que ville départ.
  • La ville a été le lieu de la finale du championnat du monde d'enduro de moto du 11 au 13 septembre 2009, où des pilotes venus du monde entier se sont disputé le titre convoité.
  • le Rugby Club de Saint-Flour évolue en honneur après plusieurs années en Fédérale 3.
  • Football l'US Saint-Flour évolue en DH Auvergne elle est rival avec l'US Murat l'AFCA et l'ENL.
  • Handball la « sanflo » Homme évolue en N3 tandis que les filles évoluent en N3.

SantéModifier

La ville dispose du centre hospitalier de Saint-Flour[20], ayant une capacité d'accueil de 334 lits[21].

EnseignementModifier

La ville dispose des établissements nécessaires à la formation de sa jeunesse. Dans l'enseignement primaire, ce sont les écoles publiques de Besserette, Hugo-Vialatte et Louis Thioleron et les écoles privées de la Présentation Notre-Dame et Saint-Joseph[22]. Dans l'enseignement secondaire, ce sont les collèges publics Blaise Pascal et de la Vigière et le collège privé Saint-Joseph ainsi que le lycée public de la Haute-Auvergne, le lycée agricole Louis Mallet et le lycée privé Saint-Vincent/La Présentation[23]. S'y ajoutent, dans le domaine de la formation continue, le CFPPA (formation agricole) de Volzac, la MFR de Massalès, l'école d'aides-soignants du centre hospitalier et le GRETA des Monts du Cantal[24].

ÉconomieModifier

  • Village d'entreprises du Rozier-Coren géré par la CCI du Cantal[25].
  • Zones d'activité : six zones d'activité implantées sur la commune de Saint-Flour et les communes voisines, gérées par la communauté de communes, contribuent au développement économique en favorisant l’installation et le développement d'entreprises[26].
  • Implantation des Fromageries occitanes qui produisent tous les ans 2 500 tonnes de Bleu d'Auvergne, ce qui en fait un des principaux points de production[27].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Christ au tombeau, cathédrale Saint-Pierre.
  • Maison du Gouverneur, qui fait l'objet d'une inscription au titre des Monuments historiques depuis le 27 décembre 1946[28]
  • Remparts et anciennes portes médiévales
  • Pont de la Recluse
  • Roueyre possède une place, une fontaine et un four à pain
  • Orgues basaltiques, témoignant de l'ancienne activité volcanique auvergnate
  • La Main de Saint-Flour, légende du passage entre les roches de Florus
  • Le chemin des chèvres permet de relier à pied la ville haute aux anciens faubourgs de la ville
  • La place d'Armes
  • Le monument Georges-Pompidou, en l'honneur du président de la République originaire de l'arrondissement
  • Le Pont Vieux, sur l'Ander, en ville basse et son histoire liée à la Recluserie, qui fait l'objet d'une inscription au titre des Monuments historiques depuis le 14 octobre 1946[29]
  • Hôtel de Lastic

En 1877, J-B Delort y découvre des vestiges antiques à l'occasion de fouilles archéologiques, une enceinte rectangulaire de 3,25 m de long sur 2,75 m de large datant de l'époque gallo-romaine ainsi que divers outils, fragments, tuiles, etc.

En 2008, lors des fouilles préalables à la construction de la rocade nord de Saint-Flour, une équipe d'archéologues a notamment découvert deux emplacements de puits, dont un recouvert de tuiles romaines. Le sol regorgeait de fragments de céramiques comme des tuiles à rebord ou encore des tessons d'amphores (revêtues à l'intérieur d'une substance étanche permettant de contenir du vin par exemple). Un caniveau a également été mis au jour, laissant à penser à une occupation autre que « exclusivement agricole »…

Selon les archéologues, ces vestiges pourraient dater de l'époque augustéenne (entre 50 et 20 av. J.-C.).

Édifices religieuxModifier

 
Christ noir, cathédrale Saint-Pierre.
  • Cathédrale Saint-Pierre, place d'Armes : cathédrale gothique du XVe siècle, symbole de la capitale religieuse de la Haute-Auvergne qu'est Saint-Flour. On peut y découvrir un Christ noir, des vitraux présentant l'histoire de Florus, les Fresques de l'Enfer et du Purgatoire, des orgues[30].
    La cathédrale Saint-Pierre fait l'objet d'un classement au titre des Monuments historiques depuis le 30 octobre 1906[31].
  • Collégiale Notre-Dame, place de la Halle aux bleds, gothique du XIVe siècle ayant servi de halle pour le commerce des grains de la Planèze au XIXe siècle. Elle a été réhabilitée entre 2005 et 2008 : depuis une rosace impressionnante attire tous les regards, dessinée par le sculpteur Francesco Marino Di Teana, qui réalise également la porte en bronze et tous les vitraux[32].
  • Église Sainte-Christine, rue des Cordeliers.
  • Église Saint-Vincent, rue Sorel : de style gothique, elle reflète l'importance de la religion au Moyen Âge à Saint-Flour et a été un lieu privilégié dans la ville, en témoignent ses diverses utilisations : couvent des Jacobins puis tribunal, temple maçonnique et monastère de la Visitation[33].
    L’église Saint-Vincent fait l'objet d'un classement au titre des Monuments historiques depuis le 7 juin 1960[34]. Des fresques d'une grande importance historique datant du XVe siècle ont été découvertes et restaurées par Yves Morvan[35], spécialiste des peintures murales médiévales. Ces fresques représentant sainte Anne sont un hommage des dominicains à la mère de la Vierge Marie[36].
  • Chapelle du Carmel dite la Grande chapelle, rue Muret.
  • Chapelle du Carmel dite la Petite chapelle, montée Notre-Dame Trouvée.
  • Chapelle du cimetière, rue du Docteur Lionnet.
  • Chapelle de l'ancien Grand Séminaire, rue des Planchettes.
  • Chapelle de l'hôpital, avenue du Docteur Mallet.
  • Chapelle Notre-Dame du Calvaire, chemin du Calvaire.
  • Chapelle de la Visitation, avenue du Docteur Mallet.
  • Chapelle, hameau de Volzac.
  • Chapelle, hameau de Chagouze.
  • Chapelle Saint-Louis, rue Marie Antoinette Pages, hameau de Fraissinet.
  • Église évangélique, rue de Belloy.

MuséesModifier

  • Musée d'art et d'histoire Alfred-Douët[37]
  • Musée de la Haute-Auvergne (art religieux, ethnographie, archéologie...)[38]

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de Saint-Flour se blasonnent ainsi : Parti d'azur et d'or semé de fleurs de lys de l'un en l'autre, à la bordure engrêlée de gueules.

Ce blason pourrait être une composition des anciennes armes de l'abbaye d'Aurillac et de la maison de France. C'est aussi un blason très proche de celui de Jean, duc de Berry, comte d'Auvergne, qui racheta en 1392 la vicomté de Carlat.


Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. (oc) « Saint-Flour / Sant Flor ; entrée du Diccionari deus noms pròpis (Dictionnaire des noms propores et toponymes en occitan) », sur http://dicesp.locongres.com/ ; Diccionari deus noms pròpis sur le site du Congrès permanent de la Lenga Occitana (Congrès permanent de la langue occitane),
  2. « D’où vient le surnom de Saint-Flour, la cité du vent ? », sur La Montagne,
  3. Floribus | Ville de Saint-Flour
  4. Jean Roux, L'auvergnat de poche, Chennevières-sur-Marne (Val-de-Marne), Assimil, coll. « Assimil évasion », (ISBN 9782700503197 et 2700503198).
  5. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Toponymie nord-occitane (Périgord, Limousin, Auvergne, Vivarais, Dauphiné), Bordeaux, Éditions Sud Ouest, coll. « Sud-Ouest université », , 128 p. (ISBN 9782879015071)
  6. « Saint-Flour (15100) : Résultats de l'élection présidentielle 2017 », sur LExpress.fr (consulté le 30 août 2018)
  7. « Résultats des élections européennes 2019 - Commune de Saint-Flour », sur Ministère de l'intérieur, (consulté le 18 juillet 2020)
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  12. « Population par sexe et âge en 2017 - Commune de Saint-Flour (15187) », sur le site de l'Insee, (consulté le 13 août 2020).
  13. « Population par sexe et âge en 2017 - Département du Cantal (15). », sur Insee, (consulté le 13 août 2020)
  14. Insee : Unité urbaine 2010 de Saint-Flour (15201).
  15. Fontaine de la renommee, Saint-Flour
  16. a b et c Grands rendez-vous de l’année
  17. Saint-Flour, un Pays d’Art et d’Histoire
  18. Le site de l'Étape sanfloraine
  19. Le site de la Fête du sport nature
  20. « L'établissement - Centre Hospitalier de Saint Flour », sur www.ch-stflour.fr (consulté le 30 août 2018)
  21. « Centre hospitalier (Saint-Flour) – Fédération Hospitalière de France (FHF) », sur etablissements.fhf.fr (consulté le 30 août 2018)
  22. « Les écoles - Maternelles et élementaires. », sur Ville de Saint-Flour (consulté le 21 août 2019)
  23. « Collèges et lycées. », sur Ville de Saint-Flour (consulté le 21 août 2019)
  24. « Autres formations. », sur Ville de Saint-Flour (consulté le 21 août 2019)
  25. Le village d’entreprises
  26. Zones d'activité
  27. (oc) « Las Formatjariás Occitanas son al cap de la produccion de blau d’Auvèrnhe », Jornalet,‎ (ISSN 2385-4510, lire en ligne)
  28. « Maison du Gouverneur », notice no PA00093618, base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. « Pont Vieux sur le Lander », notice no PA00093631, base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. La cathédrale Saint-Pierre sur www.saint-flour.com
  31. « Cathédrale Saint-Pierre », notice no PA00093609, base Mérimée, ministère français de la Culture
  32. Halle aux bleds sur www.saint-flour.com
  33. Église Saint-Vincent sur www.saint-flour.com
  34. « Église Saint-Vincent », notice no PA00093612, base Mérimée, ministère français de la Culture
  35. fresques murales saint flour.avi sur youtube
  36. Yves Morvan, Et c'est ainsi qu'Anna est grande…Découverte de peintures murales dans l'église Saint-Vincent de Saint-Flour, Bulletin historique et Scientifique de l'Auvergne, Tome XCIX, 1998, p.209-237.
  37. Le site www.musee-douet.com
  38. Le Musée de la Haute-Auvergne sur www.saint-flour.com
  39. Fiche sur le site de l'Ordre de la Libération[1]

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

EssaisModifier

  • Marcellin Boudet, Cartulaire du prieuré de Saint-Flour, Monaco, Imprimerie de Monaco, , 575 p.
  • Marcellin Boudet, Saint-Flour et sa prévôté pendant les révoltes des Armagnacs et des Bourbons au XVe siècle, , réédité sous le titre Saint-Flour au XVe siècle pendant les révoltes des Armagnacs et des Bourbons, Res Universis, Paris, 1993, 210 p.
  • J. B. Chabau, Pèlerinages et sanctuaires de la Sainte Vierge dans le diocèse de Saint-Flour, Paris, , 639 p.
  • Pierre Chassang, Les Évêques de Saint-Flour dans leur diocèse sous l'Ancien Régime, 1567-1801, Aurillac, Gerbert, , 218 p.
  • Élie Deydier (préf. Abel Beaufrère), Histoire de la cité de Saint-Flour des origines à la fin du Moyen Âge, Aurillac, Gerbert, 1964-1966, 4 volumes in-8°
  • Alain de Goër de Herve, La planèze de Saint-Flour : massif volcanique du Cantal, France, vol. 1 : Structure et stratigraphie, Annales scientifiques de l'Université de Clermont-Ferrand, , 245 p. (thèse)
  • Yves Morvan, « Une page de l'histoire des chemins de Saint-Jacques en Haute-Auvergne », dans Vivre en moyenne montagne, Éditions du CTHS, (ISBN 2735502937)
  • Yves Morvan, Et c'est ainsi qu'Anna est grande…Découverte de peintures murales dans l'église Saint-Vincent de Saint-Flour, t. XCIX, Bulletin historique et Scientifique de l'Auvergne, , p. 209-237
  • Albert Rigaudière, Saint-Flour, ville d'Auvergne au bas Moyen Âge : étude d'histoire administrative et financière, Paris, PUF, 1012 p. - 2 volumes
  • Albert Rigaudière, L'Assiette de l'impôt direct à la fin du XIVe siècle : le livre d'estimes des consuls de Saint-Flour pour les années 1380-1385, , XIV-307 p.
  • Valentin Palmade, Sous-préfet à Saint-Flour durant l'Occupation, Clermont-Ferrand, Éditions Volcans, , 222 p.

FictionModifier

  • Samuel Gance, La chapelle des damnés, Ex Aequo, (ISBN 978-2359625332),dont l'action se déroule en partie à Saint-Flour.
  • Le chaudronnier de Saint-Flour, comédie en un acte, mêlée de vaudevilles, d’Armand-Gouffé et Henryquez, 1798
  • La niaise de Saint-Flour, comédie vaudeville en un acte de Jean François Alfred Bayard et Gustave Lemoine, 1849
  • La rose de Saint Flour, opérette en un acte de Jacques Offenbach, 1856
  • Les justicières de Saint-Flour Sylvie Baron Editions du Bord du Lot 2012 (ISBN 978-2-35208-088-6)
  • Benoit Philippon, Mamie Luger, Les Arènes, (ISBN 978-2352047322)

Liens externesModifier