Jacques de Rougé du Plessis-Bellière

Jacques de Rougé du Plessis-Bellière
Image dans Infobox.
Buste de Jacques de Rougé, dit le marquis du Plessis-Bellière par Jean Bernard Duseigneur; Galerie des batailles du château de Versailles
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Famille
Conjoint
Autres informations
Propriétaire de
Grade militaire
Conflits

Jacques de Rougé du Plessis-Bellière (1602-1654), marquis de Faÿ, dit « le marquis du Plessis-Bellière[1] », est un général français.

BiographieModifier

Membre de la famille de Rougé, Jacques de Rougé était le fils de René de Rougé et de Marguerite de La Court. Il épousa Suzanne de Bruc de Monplaisir.

Il participa activement à la guerre de Trente Ans : maréchal de camp en 1646, lieutenant-général en 1650, il devint gouverneur de Rethel et d'Armentières. Il prit part à la bataille de Rethel en 1650, et fut gouverneur de La Bassée, puis de Dieppe, avant de devenir commandant en chef de l'armée de Catalogne en 1653[1].

Il fit construire vers 1640 sa résidence à Charenton, l'hôtel du Plessis-Bellière.

Par lettres patentes de septembre 1652, le roi avait érigé en la seigneurie de Faÿ (aujourd'hui Faÿ-lès-Nemours) en marquisat au profit de Jacques de Rougé du Plessis-Bellière, dès lors appelé "Le marquis du Plessis-Bellière".

Il mourut à Castellamare en Italie, le , des suites d'une blessure reçue le dans une charge de cavalerie à Torre d'Anunziata près de Naples[2].

Le roi qui souhaitait le nommer maréchal de France fit offrir à Suzanne de Bruc, sa veuve, les Honneurs du Louvres, dont elle ne voulut pas profiter[2].

Sa fille Catherine (1641-1713) épousa François de Blanchefort de Créquy, maréchal de France et gouverneur de Lorraine. Leur tombeau de marbre blanc se trouve dans une chapelle de l'église St-Roch à Paris.

Mariage et postéritéModifier

Il épouse Suzanne de Bruc de Monplaisir le à Nantes, d'où:

  • Catherine (1641-1713) mariée à François de Créquy, marquis de Créquy et maréchal de France,
  • Pierre (1644-1664), engagé volontaire contre les Turcs, tué lors de la bataille de Saint-Gothard, en Hongrie, succède à son père comme marquis de Faÿ-les-Nemours, marquis du Plessis-Bellière, sans mariage ni postérité,
  • François-Henri (1651-1692), succède à son frère comme marquis de Faÿ-les-Nemours, marquis du Plessis-Bellière, maréchal de camp, gouverneur de Suze, marié à Françoise Jégou de Kervilio d'où trois fils,
  • Henri-François, colonel d'infanterie, chevalier de Malte[réf. nécessaire], mort en 1693, sans mariage ni postérité.

ReprésentationsModifier

Son buste se trouve au Château de Versailles, Galerie des Batailles : www.photo.rmn.fr

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier