Ouvrir le menu principal
Chronologies
Description de cette image, également commentée ci-après
Années :
1642 1643 1644  1645  1646 1647 1648
Décennies :
1610 1620 1630  1640  1650 1660 1670
Siècles :
XVIe siècle  XVIIe siècle  XVIIIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Architecture Arts plastiques Droit Littérature Musique classique Philosophie Santé et médecine Science Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

Cette page concerne l’année 1645 du calendrier grégorien.

  • Année chaude. Vendanges précoces et de qualité. Le curé Macheret en Bourgogne décrit un « vin furieux » à haut niveau d’alcool. Forte récolte de froment en Bretagne[1].

ÉvénementsModifier

  • 8 mars : par ordonnance royale, toutes les frappes monétaires françaises seront désormais effectuées à la machine[2].
  • 24 mars : le président Gayant en tête, les jeunes conseillers du Parlement se réunissent dans la chambre Saint-Louis. Une réunion de la Grand Chambre est décidée pour le . La délégation se rend d’abord auprès de la reine et elle est sévèrement blâmée. La reine au président Gayant : « Taisez-vous, je vous connais vieux fou ! ». Barillon est arrêté et conduit à Pignerol où il mourra dans l’année. La même année, 1645, meurt Gayant expédié à Montargis et deux autres conseillers sont simplement exilés. Le conseiller qui servit de greffier, à la chambre de Saint-Louis Leconte-Montauglan (il sera exilé à Château-Gontier). Un autre conseiller qui se fit remarquer, Queslin, exilé à Issoudun[3].
  • 28 mars : le Parlement se rend en corps auprès de la reine. Elle refuse de les recevoir. Elle est indisposée. La reine gagne du temps pour attendre le retour de Mazarin qu’elle a fait quérir. Elle ne sait quelle conduite tenir : temporisation ou fermeté. Mazarin conseille la fermeté. La reine reçoit donc les parlementaires mais refuse de rapporter les sanctions qui touchent leurs collègues. Quelque temps après, Gayant et les deux conseillers sont rappelés. Seul Barillon reste à Pignerol[4] (cette rigueur parce qu’il fut de la cabale des Importants (voir 1643).
  • 26 mai : lors de l’Assemblée du clergé qui s’ouvre à Paris, Gondi prononce un discours blessant pour la mémoire de Louis XIII et de Richelieu. Anne d’Autriche et Mazarin le rabrouent vertement[5].
  • 30 mai : émeute des harengères des Halles à propos de Merlin. Elles veulent défendre le neveu de leur curé Étienne Tonnelier (qui avait fermé les yeux de Richelieu) contre un certain Poncet protégé de Séguier[6]. Les harengères disent à la reine : « Bon Diou, tout le monde sait, à la Grand’Chambre, ils l’ont dit aussi, que le Poncet c’était l’adultère [pour indultaire] de la chancelière »[7].
 
Paysage avec Céphale et Procris réunis par Diane, Claude Lorrain, 1644
  • 23 juin : début du siège de Candie[8] : « En ce temps-là les Turcs, pour se venger de la prise de l’un de leurs principaux navires par les galères des chevaliers de Malte, arrivée le  ; déclarèrent la guerre au Grand-Maître et firent des armements formidables pour la soutenir ; mais au lieu d’attaquer Malte, ils se jetèrent sur l’île de Candie et commencèrent ce siège qui émut toute l’Europe. » (Argenson)
  • 29 juin-2 juillet : insurrection populaire contre les impôts à Montpellier[9]. Des femmes dirigées par Élisabeth Bouissonade, surnommée la Branlaïre, s’en prennent aux fermiers généraux venus lever une taxe exceptionnelle pour l’avènement du roi. Les traitants sont expulsés de la ville par le maréchal de Schomberg, gouverneur du Languedoc[10]
 
7 juillet : capitulation de La Mothe-en-Bassigny.
  • 7 juillet : capitulation de la citadelle de La Mothe-en-Bassigny (commune d’Outremécourt, en Lorraine) ; trois jours plus tard, Mazarin ordonne la destruction de la ville et des fortifications[11].
  • 27 juillet : Claude de Rebé, porte-parole de l’assemblée du clergé réclame plus de sévérité envers les protestants, et l’abrogation de la déclaration du roi du [12]. L’assemblée du clergé est notamment chargée de voter le don gratuit au roi. Ce qui donne du poids à ses réclamations.

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Emmanuel Le Roy Ladurie, Daniel Rousseau, Anouchka Vazak, Les fluctuations du climat de l'an mil à aujourd'hui, Fayard, (ISBN 9782213668093, présentation en ligne)
  2. Abot de Bazinghen, Traité des monnoies, vol. 1, Paris, Guillyn, (présentation en ligne)
  3. a et b Jean-Charles-Léonard Simonde Sismondi, Histoire des Français, vol. 14, Wouters frères, (présentation en ligne)
  4. René Kerviler, Le chancelier Pierre Segnier second protecteur de l’académie française, Didier, (présentation en ligne)
  5. Cardinal de Retz, Œuvres, Gallimard, (présentation en ligne)
  6. Olivier Lefèvre d'Ormesson, André Lefèvre d'Ormesson, Journal d'Olivier Lefèvre d'Ormesson et extraits des Mémoires d'André Lefèvre d'Ormesson, vol. 1, Impr. impériale, (présentation en ligne)
  7. Yannick Nexon, Le chancelier Séguier (1588-1672) : Ministre, dévot et mécène au grand siècle, Champ Vallon (ISBN 9791026700173, présentation en ligne)
  8. Jean-Charles-Léonard Simonde de Sismondi, Histoire des républiques italiennes du Moyen Âge, vol. 8, A. Wahlen, (présentation en ligne)
  9. William Beik, Absolutism and Society in Seventeenth-Century France : State Power and Provincial Aristocracy in Languedoc, Cambridge University Press, (ISBN 9780521367820, présentation en ligne)
  10. Emmanuel Le Roy Ladurie, Histoire du Languedoc: « Que sais-je ? » n° 958, Presses Universitaires de France, (ISBN 9782130610946, présentation en ligne)
  11. Jean-Baptiste-Joseph Mathieu, Abrégé chronologique de l'histoire des Évêques de Langres, Laurent fils Imprimeurs, (présentation en ligne)
  12. Recueil des actes, titres et mémoires, concernant les affaires du Clergé de France, Paris, Pierre Simon, (présentation en ligne)
  13. Katia Béguin, Les princes de Condé: rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle, Éditions Champ Vallon, (ISBN 9782876732773, présentation en ligne)
  14. Biographie universelle, vol. 8, Paris, Michaud frères, (présentation en ligne)
  15. Pierre Blet dans Le clergé du Grand Siècle en ses assemblées semble commettre une petite erreur, en parlant de Charles de Gondrin
  16. Takeshi Koda, « Jansénisme et gallicanisme épiscopal dans les assemblées du clergé au milieu du XVIIe siècle », Dix-septième siècle, vol. 3, no 248,‎ , p. 467 - 477 (présentation en ligne)
  17. Pierre Adolphe Chéruel, Mémoires de Mademoiselle de Montpensier, vol. 1, Paris, Charpentier, (présentation en ligne)
  18. Sur ce lit de justice, voir les Mémoires TI d’Omer Talon, Paris Foucault, Libraire, 1827, p 470.
  19. Mademoiselle de Montpensier, op. cit, p. 130.
  20. a et b Karol Teofil Henryk Forster, L'Univers pittoresque ou histoire et description de tous les peuples. Pologne, vol. 10, Firmin Didot, (présentation en ligne)
  21. Jean François Paul de Gondi de Retz, Jules Mazarin, Aimé Louis Champollion-Figeac, Mémoires du Cardinal de Retz : 1628-1649, vol. 1, Charpentier, (présentation en ligne)
  22. Charles Mazouer, Les lieux du spectacle dans l'Europe du XVIIe siècle : actes du colloque du Centre de recherches sur le XVIIe siècle européen, Université Michel de Montaigne, Bordeaux III, 11-13 mars 2004, Gunter Narr Verlag, (ISBN 9783823361909, présentation en ligne)