Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Assen (homonymie).

Ivan Assen II
G danchov ivan asen.jpg
Fonction
Tsar de Bulgarie (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Activité
Famille
Asen dynasty (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Hélène Eugénie de Bulgarie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Alexandre Asên (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Anne Marie de Hongrie (en)
Irene Komnene Doukaina (en)
Anna (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Beloslava of Bulgaria (en)
Hélène Asenina de Bulgarie
Anna-Theodora Asenina of Bulgaria (en)
Q12295991
Mikhail II Asen
Koloman Ier Asen
Maria Asenina de Bulgarie (en)
Q9029939Voir et modifier les données sur Wikidata
Blason Jean Assen II, Tsar de Bulgarie (selon Gelre).svg
blason

Ivan Asen II (bulgare: Иван Асен II, prononciation française en API : ivan asɛn ; valaque : Ioan Asen II, grec : Ιωάν Ασένου B), né vers 1190-1195, fut un souverain bulgare (tsar) qui régna de 1218 à 1241 sur l'Empire bulgare, s'étendant sur ce qui est aujourd'hui la Macédoine, la Grèce du nord, la Bulgarie et le sud de la Roumanie [1]. Ivan Asen II se nomme lui-même « tsar et autocrate des Bulgares ». Il est aussi connu sous le nom francisé de Jean Assen II, Jean III Assen II ou Jean Assen II. Dès les XIIIe et XIVe siècles, il avait en Bulgarie la réputation d'être le plus grand des Assénides (bulgare : Асеневци, Asenevci). Son prénom était orthographié « Iωάн » sur les fresques des monastères bulgares. Il est mort vers la fin du mois de juin 1241.

Sommaire

BiographieModifier

Fils du tsar Ivan Assen Ier de la dynastie des Assénides (quelquefois Asanides), Ivan Assen II est contraint de se réfugier, avec son frère Alexandre, chez les Coumans puis "en terre russe" (vraisemblablement dans la principauté de Kiev) à la suite de l'usurpation de son cousin Boril (bulgare : Борил) en 1207.

Prise du pouvoir et premières années de règneModifier

En 1217, Ivan Assen II rentre en Bulgarie où il reprend le trône à Boril avec l'aide de mercenaires russes, les Brodniks (une population russo-ukrainienne alliée des Coumans habitant dans les steppes du bord de la mer Noire, et qu'il installe dans l'actuelle Moldavie). Il mène alors une politique habile et équilibrée, en alliant ses démarches diplomatiques à des opérations militaires modérées.

En 1219/1221, il conclut un mariage dynastique avec Anne-Marie, la fille du roi André II de Hongrie, ce qui lui permet de récupérer le banat de Craiova, le knésat slavo-valaque de Trgovište et les villes serbes de Belgrade et Braničevo qui avaient été rattachés à la Hongrie. Il mène une politique de mariages dynastiques avec pratiquement l'ensemble de ses voisins.

Hégémonie balkaniqueModifier

 
Le « Royaume des Bulgares et des Valaques » sous le règne de Ivan (Ioan) Asen

Vers 1229-1230, il renforce l'influence de son Royaume sur l'empire latin d'Orient en projetant le mariage de sa fille Hélène avec l'empereur Baudouin II de Courtenay. Ce projet contrarie le despote d'Épire et empereur byzantin de Thessalonique Théodore Ier Ange Doukas Comnène qui attaque l'empire bulgare mais subit une écrasante défaite à Klokotnica, le . Théodore Ange y est capturé et rendu aveugle par le tsar Ivan.

À la suite de cette victoire, l'empire bulgare parvient en position d'hégémonie militaro-politique dans les Balkans avec un débouché sur les trois mers : mer Noire, Adriatique et Égée. La Serbie est également sous l'influence d'Ivan car le roi Stefan Vladislav n'est autre que son gendre.

Rapprochement de l'empire de NicéeModifier

Au cours des années 1230, l'empire assénide se rapproche de l'empire de Nicée. À la suite du décès de la tsarine Anne-Marie, Ivan Assen II se réoriente vers une alliance avec l’empire de Nicée, en maintenant une certaine réserve quant aux plans de restauration du pouvoir byzantin à Constantinople. Il se marie avec Irène Comnène, la fille du captif Théodore Ier Ange Doukas Comnène.

Pour des raisons de politique intérieure et extérieure, Ivan rompt, en 1232, l’union religieuse avec Rome. En 1235, au concile de Lampsaque, en Asie Mineure, il revient à l'orthodoxie et restaure le patriarcat de Tarnovo avec l’appui de l’empire de Nicée. Il place Joachim Ier à la tête de ce patriarcat.

En 1235-1236, Ivan Assen II et Jean III Doukas Vatatzès s’allient contre l'Empire latin de Constantinople. Mais l’année suivante, le tsar assénide se rapproche - de manière surprenante - des croisés de l’Empire latin.

ŒuvreModifier

Sur le plan économique, Ivan Asen II encourage le commerce, accorde des privilèges à la république de Dubrovnik (vers 1230) et est le premier tsar bulgare à battre monnaie (pièces en or et en bronze).

Sur le plan architectural, Ivan Assen II donne à la capitale Tarnovo son aspect monumental en renforçant les fortifications, en construisant des édifices religieux et des églises, dont la plus importante est celle dite des Quarante martyrs:

« Moi, Jean Asen, par la grâce du Christ-Dieu tsar et autocrate des Bulgares, fils de l’ancien tsar Asen, ai construit sur les fondations et ai orné d’art cette église en l’honneur des quarante saints martyrs avec l’aide desquels j’ai pu, en douze ans de mon règne, orner cette église. J’ai marché contre la Romanie et ai défait les troupes grecques, faisant prisonnier l’empereur lui-même, Théodore Comnène, ainsi que tous ses boyards. Et j’ai occupé tous les territoires depuis Andrinople jusqu’à Dyrrachium, les territoires grecs aussi bien que les territoires albanais et serbes ; les Francs [Latins] n’ont conservé que les villes autour de la reine des villes [Constantinople], mais même eux sont devenus sujets de la puissance de ma majesté, car ils n’ont aucun autre souverain que moi et c’est grâce à moi qu’ils peuvent jouir des jours que Dieu leur a donnés, parce que sans Lui, aucun acte ne peut être fait et aucune parole ne peut être dite. Gloire lui soit rendue pour l’éternité. Amen. »

Famille et descendanceModifier

Ivan Assen II eut trois épouses :

  • Anna, morte religieuse sous le nom Anissia et d'origine inconnue, dont :

Notes et référencesModifier

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  1. Le Second Empire bulgare fut créé en 1186 à la suite de la révolte des Valaques qui eut lieu sous le règne d’Isaac II Ange, comme le relatent Anne Comnène, Nicétas Choniatès décrivant les rébellions menées successivement par Drăgaș, par Niculiță Delfinul (Νικουλιτζάς Δελφινάς dans les sources) puis, en 1185, par trois frères valaques : Asen, Peter et Ioaniţă Caloian auxquels succèdent Ivan Assen Ier et son frère Petăr IV, appelés par Geoffroi de Villehardouin et son contemporain Robert de Clari « Joanisse et Pierre, rois de Blaquie et de Bougrie » ou « Johans rois de Blaquie » (Villehardouin : chapitres 78 et 79) ou encore « Jehans li Blakis ». Ces révoltes valaques sont appelées „Révoltes bulgares contre l’Empire byzantin (1040-1041)” par l’historiographie moderne bulgare et, à sa suite, internationale. À l'époque des nationalismes (XIXe siècle / XXe siècle), l'héritage du « Royaume des Bulgares et des Valaques » et tout particulièrement celui d'Ivan/Ioan Asen II, fut disputé entre les historiens bulgares et roumains qui travaillèrent alors à revendiquer pour cette dynastie une ascendance exclusivement bulgare ou exclusivement valaque, sauf pendant le régime communiste, lorsqu'il fut au contraire instrumentalisé dans le cadre de la promotion de la Grande amitié prolétarienne bulgaro-roumaine ; depuis la chute de ce régime en 1989-90, les historiens modernes reconnaissent mieux tant l'importante composante bulgare et slavonne de l'histoire de la Roumanie, que l'importante composante valaque de l'histoire de la Bulgarie et pour les y encourager, une Commission mixte inter-académique bulgaro-roumaine d'histoire a été instituée le 5 juillet 2001 (voir la Commission mixte inter-académique bulgaro-roumaine d'histoire sur [1]).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Dimitrina Aslanian, Histoire de la Bulgarie : de l'Antiquité à nos jours, Versailles, Association Trimontium, (ISBN 2-951-99461-3).
  • Jean-Michel Cantacuzène, Mille ans dans les Balkans : chronique des Cantacuzène dans la tourmente des siècles, Paris, Editions Christian, (ISBN 2-864-96054-0).
  • (en) Grigori Jitar : « Contributions about the coats of arms of the Assenid and Bassarab dynasties », in Annales of the Moldovan national Museum of History, Chișinău, I, p. 27-36 (1992) and II (1995) p. 19-40.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier