Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Salzer.
Israël Salzer
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Grand-rabbin
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
MarseilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion

Israël Salzer (22 juillet 1904, Paris-21 juin 1990, Marseille) est un rabbin français, qui devient grand-rabbin de Marseille en 1929 et qui le demeure pendant 46 ans. Il joue un rôle important durant la Seconde Guerre mondiale. Il traduit et commente des ouvrages sur la Torah importants.

Sommaire

Éléments biographiquesModifier

Israël Salzer est né à Paris le 22 juillet 1904.

Il étudie au Séminaire israélite de France (SIF), où il obtient en juin 1926 son diplôme de rabbin. Il est nommé rabbin de Dijon en 1928, et devient en 1929, le grand-rabbin de Marseille. Il épouse en 1932, Fanny Amiel, née à Anvers, en Belgique. Son beau-père est Moshe Avigdor Amiel (he) (1883-1946), grand-rabbin de Tel Aviv de 1935 à 1946, après avoir été grand-rabbin d'Anvers, de 1920 à 1936. Israël Salzer est le beau-frère du rabbin René Kapel.

Israël et Fanny Salzer ont deux filles[1], Danielle (née en 1935) et Myriam (née en 1937).

La Seconde Guerre mondialeModifier

Le grand-rabbin Salzer s'occupe des détenus au camp des Milles, à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône)[2],[3].

En mars 1942, apprenant par la radio anglaise l'imminence de la déportation de 10 000 Juifs étrangers, le grand-rabbin Salzer et le pasteur protestant Henri Manen tentent de rencontrer le maréchal Philippe Pétain mais ne réussissent pas mais voient, par contre, Pierre Laval, le président du Conseil. Ce dernier leur affirme : « Les déportations sont inévitables. Elles se font sur ma propre initiative[4]. »

En janvier 1943, la rafle de Marseille suscite une protestation signée par le grand-rabbin Salzer, le grand-rabbin René Hirschler, aumônier général, et Raymond-Raoul Lambert au nom de l'Union générale des israélites de France (UGIF) de la zone Sud[5].

En 1943, après la « visite » de la synagogue de la rue de Breteuil, le grand-rabbin Salzer prend des précautions. Les voisins de la famille, Raymond Bertrand et Joséphine Bertrand trouvent un refuge dans une pension de famille à Combloux, dans les Alpes, pour les deux enfants Salzer.

Le directeur du séminaire de Fontlongue,[6] à Miramas, Bouches-du-Rhône, le futur prélat [7] Marius Chalve permet au grand-rabbin Salzer de trouver refuge au séminaire. Mgr Chalve (Prélat de sa Sainteté en 1948) lui fournit une fausse carte d'identité. Il organise ensuite le passage du Grand-rabbin Salzer en Suisse. Mgr Chalve (1881-1970) a été nommé en 1967 Juste parmi les nations[8].

En 1944, le grand-rabbin Salzer et son épouse cherchent leurs deux filles et les trois enfants du Grand-rabbin René Hirschler- déporté avec son épouse - et se cachent à Dunières près du Chambon-sur-Lignon.

Après la guerreModifier

À la Libération, le grand-rabbin Salzer récupère toutes ses possessions placées chez ses voisins Bertrand. Les époux Bertand sont nommés Juste parmi les nations, le 20 août 1995.

Le Grand-rabbin Salzer retrouve son poste de grand-rabbin de Marseille. Il demeure à ce poste jusqu'en 1975, lorsque le futur grand-rabbin de France Joseph Haïm Sitruk le remplace comme grand-rabbin de Marseille. Le grand-rabbin Salzer a été grand-rabbin de Marseille pendant 46 ans.

Il décède à Marseille le 21 juin 1990 à l'âge de 85 ans.

Prises de positionsModifier

Durant la guerre du Kippour (6 octobre au 24 octobre 1973), le grand-rabbin Salzer proteste le 11 octobre 1973 auprès de Georges Pompidou, président de la République, au sujet de l'envoi d'armes par la France à la Libye et à l'Arabie saoudite[9].

Commentaires sur Israël SalzerModifier

Emmanuel Levinas parle de la traduction « admirable » du traité Pesachim par le grand-rabbin Israël Salzer[10].

ŒuvresModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier