Joseph Bloch

rabbin alsacien

Joseph Bloch ( à Grussenheim, Haut-Rhin - à Haguenau, Bas-Rhin) est un rabbin alsacien dont l'œuvre est connue par son siddour Cha'aré Tefila, toujours utilisé par les communautés ashkénazes françaises, par l'Haggada qu'il publie, le calendrier de l'année juive qu'il édite pendant de nombreuses années et qui continue d'exister et aussi par la disparition tragique durant la Shoah de son fils Élie Bloch, rabbin français résistant et déporté et assassiné à Auschwitz.

Joseph Bloch
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
HaguenauVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Enfant
Autres informations
Religion
Distinction

Éléments biographiquesModifier

Joseph Bloch est né à Grussenheim, Haut-Rhin, le [1]. Son père est un boucher. Joseph fait partie d'une famille de huit enfants.

ColmarModifier

En 1890, Joseph Bloch, alors âgé de 15 ans, quitte Grussenheim, son village natal, afin de rejoindre Colmar, la ville voisine. Il est inscrit au Petit Séminaire, établissement préparatoire aux études rabbiniques.

Au lycée de Colmar, il se trouve confronté à l'antisémitisme[2].

Séminaire rabbinique de BerlinModifier

Il étudie au s rabbinique de Berlin, et reçoit son diplôme de abbin en 1902.

Parallèlement il devient en 1901, Docteur ès lettres de l'Université de Strasbourg.

Rabbin de Dambach-la-Ville puis de BarrModifier

En 1902 il devient Rabbin à Dambach-la-Ville (Bas-Rhin), puis en 1910 à Barr (Bas-Rhin).

Seconde Guerre mondialeModifier

Séminaire israélite de France à ChamalièresModifier

Durant la Seconde Guerre mondiale, Joseph Bloch enseigne au Séminaire israélite de France replié à Chamalières (Puy-de-Dôme) près de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), de 1940 à 1942.

Son fils Élie Bloch, rabbin français résistant[3] est déporté et assassiné à Auschwitz, avec sa femme et sa fille[4].

Rabbin de HaguenauModifier

À la Libération, il devient le rabbin de la Communauté de Haguenau, (Bas-Rhin). Il y termine sa carrière.

Grand-Rabbin et retraiteModifier

Joseph Bloch reçoit le titre de Grand-Rabbin en 1961, l'année où il prend sa retraite.

Il meurt en 1970, à Haguenau[5].

InfluenceModifier

Le Grand Rabbin de Belgique, Robert Dreyfus (1913-2002) note l'influence de Joseph Bloch, dans son éducation juive[6].

Le calendrier hébraïque annuelModifier

De 1924 à 1968, le rabbin Joseph Bloch publie un calendrier hébraïque, chaque année[7]. En 1969, le Grand Rabbin Edmond Schwob prend en charge la publication du calendrier, pendant un certain nombre d'années, avant de transférer cette responsabilité à l'Alliance israélite universelle[8]. L'édition de 5776 (2015-2016) représente la 85e année de parution[9].

ŒuvresModifier

LivresModifier

  • Joseph Bloch. Rituel de Prières. 1924
  • Joseph Bloch. La Haggadah de Paque. 1928. Réédité en 1950, Librairie Durlacher, Paris, 1964[10]
  • Joseph Bloch. Sidour Cha'aré Tefila[11]. Paris : Fondation Sefer, 1964[12]

ArticlesModifier

  • Joseph Bloch. Le Grand Rabbin Ernest Weill. Une image de sa vie et de son époque[13].

BibliographieModifier

HonneursModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier

Articles connexesModifier