Ignacio Zuloaga

peintre espagnol

Ignacio Zuloaga y Zabaleta, né le à Eibar au Pays basque, et mort le à Madrid, fut l'un des plus importants peintres espagnols de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Portraitiste très prisé en son temps, il a également donné des images puissantes du monde taurin en Andalousie et de l'Espagne noire en Castille, notamment à Ségovie.

Ignacio Zuloaga
Image dans Infobox.
Ignacio Zuloaga, photographié le par Arnold Genthe.
Naissance
Décès
(à 75 ans)
Madrid
Sépulture
Nom de naissance
Ignacio Zuloaga y Zabaleta
Nationalité
Activité
Représenté par
Lieu de travail
Mouvement
Père
Distinction
Œuvres principales

BiographieModifier

Son père Plácido Zuloaga, remarquable damasquineur, l'initie au dessin et à la gravure et lui fait découvrir la peinture espagnole au musée du Prado[1]. Sa formation scolaire se fait en France chez les jésuites.

En 1889, après un séjour de 6 mois à Rome, il s’installe pour une décennie à Paris. Il y côtoie Santiago Rusiñol, fait connaître la peinture espagnole (notamment Le Greco[2]) aux artistes français, reçoit l'influence déterminante d'Édouard Manet, et expose avec les postimpressionnistes à la galerie Le Barc de Boutteville[3]. Il s'intéresse déjà aux personnages humbles (balayeurs, vagabonds, prostituées...) qu'il représente dans des harmonies froides[4].

En 1898, il découvre à Ségovie un univers qui marquera profondément et durablement son œuvre : une terre inhospitalière, aux types et coutumes archaïques. Il installe un atelier dans la ville, et achète en 1925 le château de Los Velasco dans le village médiéval de Pedraza[5].

Il était un grand aficionado des courses de taureaux, sujet qu'il représenta dans ses tableaux, réussissant même une fois à entrer dans l'arène. Son modèle favori était Agustina, la mère du matador Ignacio Rafael García Escudero « Albaicín »[6]. Il a également eu pour modèle La Niña de los Peines (en 1910).

Ses thématiques typiquement espagnoles, frisant souvent la caricature (paysages arides, processions rurales, portraits de manolas séductrices, toreros arrogants et pícaros misérables), ont connu beaucoup de succès dans une Europe avide d'exotisme, avant d'être récupérés par les nationalistes.

Évolution politique du peintreModifier

D'un naturel indépendant, Zuloaga n'adhérait à aucune idéologie particulière et conservait jalousement son indépendance. Il avait pour ami Camille Mauclair, Paul Fort, Maurice Barrès, Charles Morice, puis José Ortega y Gasset, ainsi que Miguel de Unamuno. Mais après son séjour à Paris où il réside jusqu'au début de la fin de la Première Guerre mondiale[7], Ghislaine Plessier note un rapprochement avec une idéologie nationaliste dans les années 1920-1930 [8] notamment dans sa correspondance avec Émile Bernard.

Les nationalistes ont utilisé son prestige international pour faire la propagande de l'Espagne franquiste, diffusant son œuvre dans des expositions à l'étranger : Venise en 1938, Londres en 1939[4]. Malgré les bouleversements politiques, Zuloaga continue de représenter les figures marquantes de son époque[9] et, entre avril et mai 1940, il passe 20 jours avec Francisco Franco à l'Hôtel Ritz de Madrid pour réaliser son portrait[10].

Il s'éloigne ensuite progressivement de la scène publique pour se consacrer à la peinture de natures mortes[4].

Œuvres et styleModifier

La peinture de Zuloaga fut parfois des plus discutées en Espagne en raison de son caractère cru et dramatique, paradigmatique de l'« Espagne noire ». Le tableau Veille de course de taureau fut refusé par le jury espagnol de l'Exposition universelle de 1900[11]. Mais La Victime de la fiesta connut un grand succès au Salon des artistes français en 1911, avec un article élogieux de l'historien d'art Camille Mauclair[12].

« On peut dire sans exagération qu'un cinquième de l'œuvre de Zuloaga est consacré à la tauromachie avec principalement des portraits individuels ou collectifs de toreros célèbres ou inconnus : La Famille du torero gitan, Portrait de Domingo Ortega, Portrait de Belmonte , et plus rarement de scènes de corrida : La Victime de la fiesta, Corrida à Eibar[13]. »

Parmi les portraits de toreros les plus importants, on compte celui de son filleul, le fils d'Agustina, Albaicín qu'il fit poser en habit de lumières alors que le jeune garçon n'avait pas encore songé à être torero[13].

Il est l'auteur du portrait du collectionneur d'art Carlos de Beistegui. Ce portrait est exposé au Louvre, dans la "Salle Beistegui" au deuxième étage du pavillon Sully ; selon les volontés de son commanditaire ce portrait doit y être exposé en permanence au sein de l'importante et indissociable collection de tableaux de sa donation au Louvre. Zuloaga figure également aux musées d'Orsay[14] ou de Castres.

CritiquesModifier

 
Portrait de la comtesse Mathieu de Noailles, 1913.

Le Portrait de la comtesse Mathieu de Noailles, réalisé vers 1913, est présent dans le livre Les 1001 tableaux qu'il faut avoir vus dans sa vie ; la critique Lucinda Hawksley l'y qualifie de « merveilleusement décadent »[15].

Musées et hommagesModifier

Dans sa ville natale d'Eibar, il existe un institut qui porte son nom et où on peut passer le baccalauréat et faire un cycle d'études.

Il existe des musées Zuloaga à Zumaia, Ségovie (dans l'ancienne église de San Juan de los Caballeros) et Pedraza (dans le château où le peintre avait installé son atelier).

Le Musée des Beaux-Arts de Bilbao lui a consacré une importante rétrospective en 2019[4].

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Notice biographique de l'Académie royale d'histoire
  2. Rusiñol, Zuloaga et la redécouverte du Greco
  3. La Fraternité : journal hebdomadaire, 19 juin 1895.
  4. a b c et d Rétrospective à Bilbao
  5. Site du château, aujourd'hui musée Zuloaga
  6. Bérard 2003, p. 510
  7. Larousse 1989, p. 306
  8. Ghislaine Plessier, p. 234
  9. Le Musée de la Légion de Ceuta expose par exemple un portrait de José Millán-Astray : Site de l'Armée de terre espagnole.
  10. (es) Peio H. Riaño, « Le tabou de l'alliance entre Zuloaga et Franco, à nu », El País,‎ (lire en ligne).
  11. Sophie Monneret, p. 191
  12. Sophie Monneret, p. 192
  13. a et b Alvaro Martinez-Novillo, p. 150
  14. Tableaux de Zuloaga au musée d'Orsay., site musee-orsay.fr
  15. Lucinda Hawkley, Portrait de la comtesse Mathieu de Noailles, page 604, in Les 1001 tableaux qu'il faut avoir vus dans sa vie, traduit de l'anglais par Amandine de Chastaing, Cécile Giroldi et Anne Marcy-Benitez, Flammarion, 2007, (ISBN 9782081202603).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Mayi Milhou, Ignacio Zuloaga et la France, Université Bordeaux III, 1981.

Liens externesModifier