Enrique Lafuente Ferrari

historien de l'art espagnol
Enrique Lafuente Ferrari
Fonction
Professeur
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Université de Madrid (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Cuerpo Facultativo de Archiveros, Bibliotecarios y Arqueólogos (d) ()
The Hispanic Society of America
Académie royale des beaux-arts de San Fernando
Académie royale d’histoire
Instituto de estudios madrileños (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Enrique Lafuente Ferrari, né le à Madrid et mort le (à 87 ans) à Cercedilla, est un historien de l'art espagnol, spécialiste en peinture espagnole, fondamentalement de Vélasquez, de Goya et de Zuloaga.

BiographieModifier

Il étudie la philosophie et l'histoire et obtient un doctorat en histoire de l 'Université de Madrid. Au cours de son doctorat, il entre en contact avec les historiens de l'art Elías Tormo et Manuel Gómez-Moreno, de qui il est considéré comme disciple ; il reste également en contact avec Claudio Sánchez-Albornoz, Antonio Ballesteros Beretta (es) et José Ortega y Gasset.

Hors d’Espagne, il influence les Allemands Werner Weisbach[1] et Erwin Panofsky[2].

À partir de 1928, il se rapproche du musée du Prado et du Cabinet d’Estampes de la Bibliothèque nationale d'Espagne[3].

En 1932, il devient professeur adjoint d'histoire de l'art, puis participe à la croisière en Méditerranée organisée par Manuel García Morente. À partir de 1942, il devient professeur titulaire d'histoire de l'art à l’école supérieure centrale des beaux-Arts de Madrid. Son amitié avec Julian Marias lui offre la possibilité d’enseigner dans plusieurs universités d'Amérique du nord à partir de 1952[4].

Il devient ensuite professeur de l’Université Complutense puis, à partir de 1948, académicien de l’Académie royale des beaux-arts de San Fernando[5].

En 1977, il reçoit la Médaille d'or du mérite des beaux-arts par le Ministère de l'Éducation, de la Culture et des Sports[6].

ŒuvreModifier

  • Velázquez. Édition complète (1928)
  • La vie et l'œuvre de Fray Juan Ricci (1930)
  • Brève histoire de la peinture espagnole (1934 et 1953) rééditions Akal 1987
  • La peinture espagnole du XVIIe siècle (1935)
  • L'interprétation de la musique baroque (1941)
  • Iconographie lusitanienne. Portraits gravés de personnages (1941)
  • Les dessins et peintures de Velázquez (1943)
  • La vie et l’art de Ignacio Zuloaga (1950, 1972, 1990)
  • La fondation et les problèmes de l'histoire de l'art (1951, 1985)
  • Bethléem Imaginaire (1951)
  • Goya et la gravure espagnole (1952)
  • Le Livre de Santillana (1955, 1981, 1999)
  • Goya. Gravures et lithographies. Œuvre complet (1961)
  • De Trajan à Picasso (1962)
  • Musée du Prado. Peinture espagnole des XVIIe et XVIIIe siècles (1964, 1969)
  • Velázquez au Musée du Prado (1965)
  • Velázquez (1966)
  • Velazquez : princes et infants (1969)
  • Musée du Prado. La peinture italienne et française (1967)
  • Musée du Prado. Du Roman au Greco (1968)
  • Goya (1968)
  • Goya : les femmes au Prado (1968)
  • Histoire de la peinture espagnole (1971)
  • Ortega et les Arts visuels (1971, 1972)
  • Un autographe amateur de Lope de Vega (1973)
  • Musée du Prado. La peinture nordique (1977)
  • Los Caprichos de Goya (1978, 1984)
  • Les fresques de San Antonio de la Florida (1979)
  • Goya Dessins (1980, 1988);
  • Ignacio Zuloaga (1980)
  • Le Monde de Goya dans ses dessins (1980, 1982)
  • Las Chroniques des croisés et le royaume latin de Jérusalem (1981)
  • La tauromachie de Goya (1981)
  • Les lithographies de Goya (1982)
  • La Chalcographie royale de Madrid, Goya et ses contemporains" (1984)
    Juan Carreta Parrondo en est le coauteur.
  • Les désastres de la guerre de Goya (1985)
  • Antécédents, coïncidences et influences dans l'art de Goya (1987)
  • Sur l'histoire de la gravure espagnole (1989)
  • La vie et l’œuvre de Ignacio Zuloaga (1991)
  • Le peintre Joaquín Valverde (1994)
  • Velázquez et le salut par les circonstances et autres écrits sur l'auteur (1999, 2013)
  • Giovanni Battista Piranesi (2002)

Notes et référencesModifier

  1. Werner Weisbach, Le baroque : l’art de la Contreréforme (1942) (traduction et essai préliminaire Enrique Lafuente Ferrari).
  2. Il écrit le prologue d'Études sur l'iconologie d'Erwin Panofsky.
  3. Fernando Huizi, Hommage dans El Pais du 15 octobre 1985.
  4. Julián Marías, « Autre centenaire : Enrique Lafuente Ferrari ».
  5. Biographie d'Enrique Lafuente Ferrari sur biografiasyvidas.com.
  6. (es) « REAL DECRETO 1404/1977, de 10 de junio por el que se concede la Medalla al Mérito en las Bellas Artes en su categoría de Oro a don Enrique Lafuente Ferrari », Boletin Oficial del Estado, Madrid, no 145,‎ , p. 13812 (lire en ligne).

Liens externesModifier