Hipacy Pociej

Hypacy Pociej (en biélorusse : Іпацій Пацей, en polonais : Hipacy Pociej, en ukrainien : Іпатій Потій) () était le métropolite de Kiev et Galicie de 1599 à sa mort en 1613. Il a joué un rôle actif dans l'Union de Brest en 1595, dont il était un fervent partisan. Il était également écrivain, polémiste et théologien .

Hipacy Pociej
Hipacy Pociej.png
Fonctions
Archevêque catholique
Kyiv-Halyč {Kiev} (Ukrainian) (d)
depuis le
Évêque diocésain
Diocese of Volodymyr (Włodzimierz) and Brėst (en)
depuis le
Évêque catholique
depuis le
Q11818479
Q65725889
Greffier de Brest-Litovsk (d)
Métropolite
Q3917312
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Formation
Activités
Famille
Pociej (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Conjointe
Enfants
Statut
Autres informations
Religions
Consécrateur
POL COA Waga.svg
blason
signature de Hipacy Pociej
signature

JeunesseModifier

Adam Tyczkowicz est né le d'une famille noble. Son père, Lev Tyczkowicz, était scribe de la reine de Pologne ( Anna Jagellon ). Après le décès de son mari, vers 1550, sa mère, Anna Łosa, épousa le gouverneur de la région de Smolensk. Le prince Mikolaj Radziwill se chargea de son éducation et l'envoya dans une école calviniste puis à l'Université Jagellon de Cracovie. En 1572, Adam était secrétaire du roi Sigismund II et en 1580, il était juge à Brest. En 1588, il était châtelain de Brest et sénateur de la République des deux Nations[1].

Dans sa jeunesse, sous l'influence du prince Radziwill, Adam se convertit au calvinisme mais, vers 1574 revient à l'Église orthodoxe[2]. La même année, il épouse Anna, de la famille ducale des Hołowniów-Ostrożeckich, avec qui il a six enfants.

ÉvêqueModifier

Après la mort de sa femme en 1592, il choisit de devenir moine, prenant le nom religieux d' Ipati (Hypace). Grâce au soutien du prince Konstanty Wasyl Ostrogski, un de ses amis proches, il fut nommé évêque de l'éparchie de Volodymyr - Brest en 1593 et fut consacré évêque le [3] par Mykhajlo Rohoza[4].

Hypatius a joué un rôle crucial dans l’établissement de l’ Union de Brest, grâce à laquelle l’Église ruthène est passée de la juridiction du patriarcat de Constantinople à la juridiction du pape, formant ainsi l’ église uniate ruthène. En fait, il se rendit à Rome avec l'évêque de Loutsk Cyril Terlecki pour porter au pape Clément VII la pétition signée par les évêques de Brest le , demandant l'union; ils arrivèrent à Rome le , obtinrent l'approbation du pape aux conditions que le rite byzantin, les pratiques liturgiques et le non-usage du filioque seraient préservés et retournèrent à Loutsk en mars 1596.

MétropoliteModifier

 
Ipaci Paciej (gravure du XVIIIe tirée de Wizerunek prawdziwy, Męża Bożego Hypacyusza Pocieja Arcybiskupa Metropolity Kijowskiego, Halickiego... )

Hypatius Pociej a été nommé nouveau métropolite de Kiev en par la volonté du roi Sigismund III Vasa [5] et confirmé par le pape Clément VIII le . En 1601, il fonda un séminaire et le , il fut officiellement reconnu comme seul métropolitain de rite byzantin de la République des Deux Nations .

Le , des orthodoxes opposés à l'Union de Brest tentèrent de l'assassiner, mais sans succès[5]. En 1611, il réussit à nommer également un évêque favorable à l'Union de Brest dans l'éparchie de Przemyśl. Il a également travaillé sur la restructuration de l'ordre de Saint Basile le Grand. Potii mourut le à Volodymyr-Volynsky et fut enterré dans la cathédrale de cette ville.

ŒuvresModifier

Hypatius Pociej était également écrivain, polémiste et théologien. Parmi ses œuvres figurent:

  • L'Union, ou exposition des articles ayant trait à l'union de l'Église grecque avec l'Église romaine (1595).
  • "Antirysis" ( L'Anti-Discours) (1599).
  • Défense du Conseil de Florence (1603).
  • Harmonie entre l'Église d'Orient et l'Église romaine (1608)[1]. Une traduction d'un extrait en français se trouve dans l' Anthologie de la littérature ukrainienne du XIe au XXe siècle, Paris-Kyiv, 2004, p. 65-69.
  • de nombreuses lettres, notamment à Lew Sapieha et à Konstanty Wasyl Ostrogski .
  • des sermons, traduits par L. Kichka et publiés en polnais en 1714.
  • l'édition des versions latine et ruthène de la dépèche du métropolite Myssaïl Pstroutch à Sixte IV, avec sa traduction en polonais et des commentaires.

BibliographieModifier

  • N. Tripol'skij, Uniatskij mitropolit Ipatij Pocej ("Le métropolite uniate Hypati Poti"), Kyiv, 1878
  • LEVICKIJ O., Ipatij Potej, Kievskij uniatskij mitropolit ("Hypacy Potej, métropolite uniate de Kiev"), SPB, 1885
  • KRAJCAR J., "The Ruthenian Patriarchate. Some remarks on the Project for its Establishment in the 17th century" in Orientalia Christiana Periodica, 30, 1964.
  • HALECKI O., From Florence to Brest (1439-1596), Hamden, 1968.
  • SENYK S., "Dva mytropolyty - Potij i Ruts'kyj" ("Deux métropolites - Poti et Routsky"), Lviv, 1995.
  • PEKAR A., "Ipatij Potij - provisnyk z'jedynenn'a" ("Ipati Poti, annonciateur de l'union") in Analecta SBM, 15, 1996.

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Potii, Ipatii », Encyclopedia of Ukraine (consulté le 26 avril 2011)
  2. Gudziak Borys, Four hundred years Union of Brest (1596-1996) : a critical re-evaluation : acta of the congress held at Hernen Castle, the Netherlands, in March 1996, Leuven, Belgium, Peeters, , 29–32 p. (ISBN 978-90-429-0670-9), « The Kyivan Hierarchy »
  3. on 27 May 1593 according to the Julian calendar
  4. A. Пекар, « Іпатій Потій - провісник з'єднання », Analecta Ordinis S. Basilii Magni, Rome, sumptibus PP. Basilianorum, no Sectio II, vol XV (XXI), Fasc 1-4,‎ , p. 151–152
  5. a et b Julian Pelesz, Geschichte der Union der ruthenischen Kirche mit Rom, Woerl, , 35–59 p. (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier