Henri Ier de Navarre

roi de Navarre

Henri Ier
Illustration.
Titre
Roi de Navarre

(3 ans, 7 mois et 18 jours)
Couronnement , en la cathédrale de Pampelune
Prédécesseur Thibaut II
Successeur Jeanne Ire
Comte de Champagne

(3 ans, 7 mois et 18 jours)
Prédécesseur Thibaut V
Successeur Jeanne Ire
Biographie
Dynastie Maison de Blois-Champagne
Date de naissance
Date de décès
Lieu de décès Pampelune (Navarre)
Sépulture Cathédrale Sainte-Marie de Pampelune
Père Thibaut Ier de Navarre
Mère Marguerite de Bourbon
Conjoint Blanche d'Artois
Enfants Thibaut de Navarre
Jeanne Ire de Navarre Red crown.png

Henri Ier de Navarre
Monarques de Navarre
Comtes de Champagne

Henri Ier de Navarre (mort le ), dit « le Gros », est roi de Navarre de 1270 à 1274. Il est comte de Champagne (sous le nom d'Henri III de Champagne) à la même période. Il succède à son frère le roi Thibaud II, également comte de Champagne sous le nom de Thibaut V de Champagne.

BiographieModifier

Fils du roi Thibaud Ier et de Marguerite de Bourbon (morte v. 1256), il devient comte de Rosnay à l'âge de quatorze ans, en obtenant les 4/5e de la châtellenie de Rosnay et de 5 000 livres annuelles dont le dote son frère, Thibaud, roi de Navarre et comte de Champagne. C'est à cette même époque en 1265, qu'il est fiancé à Constance de Moncade, fille de Gaston VII, vicomte du Béarn. Mais Henri III d'Angleterre craignant cette union, fait casser celle-ci. De plus, Henri n'est guère intéressé par ce mariage, en effet il est tombé sous le charme d'une jeune fille de la maison de Laccara. De cette relation naît un fils illégitime, Juan Henriquez de Laccara. Thibaud, « courroucé » par ses agissements qui s'opposent à son projet politique, le chasse de ses domaines.

Le , Henri fait amende honorable pour ses actes auprès de son frère dans une cérémonie à Longjumeau. Il fait la promesse de ne point se marier hors du royaume de France sans le consentement de son frère. Il épouse Blanche d'Artois, nièce de Louis IX, quelques mois plus tard[1].

Thibaud, époux d'Isabelle de France, fille de Louis IX, s'embarque avec son beau-père en 1270, pour la Huitième croisade. Henri acte dès lors comme régent du royaume de Navarre et du comté de Champagne, son frère l'ayant nommé vice roi. Mais la croisade voit la mort de Louis IX et Thibaud meurt revenant de celle-ci, victime de la peste. Actant dès lors comme souverain, son frère n’ayant pas d'enfant, il est reconnu roi de Navarre le , au cours de la cérémonie où il est sacré et reconnaît les coutumes de Navarre et les franchises navarraises.

Henri est un roi « placide et débonnaire ». Sollicité par Philippe de Castille, contre son frère Alphonse X, il décline cette éventuelle alliance dont les conséquences sont hasardeuses[2]. En juin, en voyage en Champagne, il fait hommage à Philippe III de France. En 1272, il établit un projet de mariage entre son fils Thibaud, âgé de deux ans et l'infante Yolande de Castille, avec Alphonse X de Castille qu'il rencontre le . Mais ce projet d'union est de courte durée. En effet, en 1273, Thibaud meurt dramatiquement en tombant de la fenêtre du château d'Estella, ayant échappé à la garde de sa nourrice[3]. Sa mort scelle la fin du rapprochement entre la Navarre et la Castille ainsi que la branche aînée de la maison de Blois. Alphonse X devint plus agressif, se reconnaissant comme l'héritier de la Navarre. Revenu de Champagne, Henri institue sa fille, Jeanne comme héritière de Navarre et de Champagne et la fait reconnaître par les Cortes en . Il meurt un an plus tard à Pampelune, le , du fait de son embonpoint ou d’une maladie des reins[1].

Mariage et descendanceModifier

Henri Ier de Navarre épouse en 1269 Blanche d'Artois. De cette union naissent :

À sa mort, sa fille, l'infante Jeanne, âgée de trois ans, lui succède. Elle est mariée en 1284 à Philippe de France (fils aîné du roi Philippe III le Hardi), qui devient donc roi de Navarre avant son avènement au trône de France l'année suivante.

Il eut aussi un fils illégitime de Munia de Lehet :

  • Juan Enriquez, seigneur de Lacarra, "fils naturel d'Henry I. roy de Navarre et d'une demoiselle qu'il séduisit sous promesse de l'épouser, servit parmi les barons de ce royaume sous le roi Philippe le Long, et fut tué dans un combat l'an 1321.

Don Juan Enriquez de Navarre, seigneur de Lacarre, chevalier et ricombre de Navarre, tué à la bataille de Béotibar en 1321, était fils naturel de Henri Ier dit « le Gros », roi de Navarre, et de Munia ou Maria de Lehet (d'une famille navarraise que M. l'abbé Haristoy confondit avec les Lahet du Labourd). Juan Enriquez, qui avait épousé l'héritière de Lacarre, fut la tige de la seconde maison de ce nom[4].

AscendanceModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Jean Goubet, Thierry Le Hete,, les comtes de Blois et de Champagne et leur descendance agnatique, généalogie et histoire d'une dynastie féodale, Généalogie et Histoire, , p. 64
  2. Thierry le Hête, les comtes palatins de Bourgogne, Impr. Corlet, , p. 107
  3. Jean Goubet..., Op cit., p. 65
  4. J.-B.-E. de Jaurgain, Arnaud d'Oihenart et sa famille, Paris, H. Champion, Libraire Quai Malaquais, 1885

SourcesModifier

  • Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs, grands officiers de la couronne & de la maison du Roy, & des anciens barons du royaume… Anselme de Sainte-Marie (1625-1694), Honoré Caille Du Fourny, Ange de Sainte-Rosalie (1655-1726), Simplicien ([Père])

Articles connexesModifier

Voir aussiModifier