Helminthotheca echioides

espèce de plantes

Helminthotheca echioides, la Picride fausse vipérine, est une espèce de plante herbacée de la famille des Asteraceae, de la sous-famille des Cichorioideae et de la tribu des Cichorieae. Elle est souvent désignée comme étant une « mauvaise herbe ».

DescriptionModifier

La taille varie de 30 cm à 60 cm. Toute la plante est hérissée de poils raides à 2 crochets. La tige est dressée, striée et irrégulièrement ramifiée. Les feuilles sont longues à bord ondulé très rugueuses avec des pétioles ailés ; les supérieures sont sessiles et engainent la tige. Les fleurs sont toutes ligulées. Les capitules sont jaune doré de 20 à 35 mm pédonculés.

Le fruit est un akène brun-jaunâtre, légèrement courbé, à stries transversales ondulées et apex denticulé, terminé par un long bec, portant un pappus à soies blanches et plumeuses, sur un réceptacle floral très convexe. C'est le calice accrescent qui est à l'origine de cette aigrette[2].

L'espèce est fréquemment confondue avec la Picride fausse épervière (Picris hieracioides) qui s'en distingue notamment en examinant la forme de l'involucre, à la base des fleurs.

BiologieModifier

C'est une thérophyte ou hémicryptophyte bisannuelle.

FloraisonModifier

La floraison a lieu de juillet à septembre.

HabitatModifier

Cette plante pousse dans les cultures, les friches, les bords de chemins, les digues. Elle est thermoxérophile et nitrophile.

RépartitionModifier

L'espèce est indigène en Europe méridionale (subméditerranéen), Asie du sud-ouest, Afrique du Nord et Macaronésie. Elle a été introduite en Amérique du Nord, en Afrique du Sud et en Australie[3]. L'espèce est à l'origine considérée comme peu fréquente en France, cependant son aire semble s'étendre vers l'Est de l'Europe où elle devient adventice.

SystématiqueModifier

L'espèce a été initialement classée dans le genre Picris sous le basionyme Picris echioides par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1753. Elle est déplacée dans le genre Helminthotheca par le botaniste tchèque Josef Holub, en 1973. Elle a également été classée dans le genre Helminthia. Le nom correct est cependant Helminthotheca echioides[1],[3].

Ce taxon porte en français les noms vernaculaires ou normalisés suivants : Helminthie[4], Helminthie fausse Vipérine[4],[5], Picride Vipérine[4],[5], Picride fausse Vipérine[4],[5],[1], Picris Vipérine[4], Picris fausse Vipérine[4],[5], Helminthine fausse-vipérine[5], Langue de bœuf[5], Picride[5].

Helminthotheca echioides a pour synonymes :

  • Crepis echioides (L.) All., 1785[1],[3]
  • Helminthia dichotoma Dulac[3]
  • Helminthia dichotomos Dulac, 1867[1]
  • Helminthia echioides proles humifusa (Trevis.) Rouy, 1908[1]
  • Helminthia echioides subsp. humifusa (Trevis.) Arcang., 1882[1]
  • Helminthia echioides (L.) Gaertn., 1791[1],[3]
  • Helminthia humifusa (Willd.) Trevir.[3]
  • Helminthia humifusa Trevis., 1826[1]
  • Helminthia pratensis Chevall.[3]
  • Helminthia rigida Schult. ex Steud.[3]
  • Helminthia spinosa DC.[3]
  • Helminthia tuberculata Moench, 1794[1],[3]
  • Helminthotheca echioides var. incisa P.D.Sell[3]
  • Helminthotheca echioides var. mollis (Duby) P.D.Sell[3]
  • Helminthotheca echioides var. pratensis (Chevall.) P.D.Sell[3]
  • Hieracium helminthia E.H.L.Krause[3]
  • Picris echioides L., 1753[1],[3]
  • Picris humifusa Willd.[3]
  • Picris ruderalis Salisb.[3]
  • Picris spinosa (DC.) Poir.[3]

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :