Ouvrir le menu principal

Harricourt (Ardennes)

commune française du département des Ardennes
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Harricourt.

Harricourt
Harricourt (Ardennes)
Moulin et maison forte.
Blason de Harricourt
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Vouziers
Canton Vouziers
Intercommunalité Communauté de communes de l'Argonne Ardennaise
Maire
Mandat
Joël Carre
2014-2020
Code postal 08240
Code commune 08215
Démographie
Population
municipale
38 hab. (2016 en diminution de 9,52 % par rapport à 2011)
Densité 4,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 26′ 05″ nord, 4° 55′ 48″ est
Altitude Min. 165 m
Max. 261 m
Superficie 7,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Harricourt

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Harricourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Harricourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Harricourt

Harricourt est une commune française située dans le département des Ardennes, en région Grand Est.

Sommaire

GéographieModifier

HistoireModifier

En 1828, sous la « persuasion » préfectorale, les deux communes de Bar (aujourd'hui Bar-lès-Buzancy) et de Harricourt fusionnèrent pour former la commune de Bar-et-Harricourt. Elle fut démembrée en chacune de ses parties initiales en 1871.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Gérard Mouton    
mars 2008 en cours Joël Carre[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2016, la commune comptait 38 habitants[Note 1], en diminution de 9,52 % par rapport à 2011 (Ardennes : -2,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1872 1876 1881 1886 1891
187223220211201216201206202
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
180176184169123131124116116
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007
9810080707471605352
2012 2016 - - - - - - -
3938-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • L'église
  • La source de la Bar et l'ancienne sablière
  • La Chambrerie, une maison forte du XIIIe siècle, remarquable à l'entrée du village avec sa tour utilisée comme pigeonnier
  • La Montgonière (qui tire son nom de la famille Regnault de Montgon), une gentilhommière
  • La Malmaison, un château-ferme, sur la route de Briquenay

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Louis-Emmanuel Regnault de Montgon (1768-1845). Né à Montgon le 21 mars 1768, au château d'Eslaires (aujourd'hui à Girondelle), Louis-Emmanuel est le fils d'Adam Remi Regnault de Montgon, officier d'infanterie et de Marie Suzanne Thibault de Bery de l'Ailnois. Les Regnault de Montgon sont issus d'une famille de bourgeois de Reims qui achetait des charges, leur permettant de s’anoblir, et des parties de seigneurie comme à Montgon. Il entre en 1786 au régiment de Chartres, stationné à Charleville. Il combat dans l'Armée du Rhin de 1789 à 1793, et dans l'Armée du Nord, avant d'être démobilisé pendant la Terreur. Réintégré sous le Consulat, il se voit affecté à l'État-major de l'Armée du Rhin, puis entre dans la Grande Armée. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur en 1806. En 1814, à 45 ans, Louis-Emmanuel se retire de l'armée et revint en France pour acheter un domaine à Harricourt, qu'il baptise La Montgonière. À la Restauration, il est décoré par Louis XVIII de l'Ordre du Lys, puis est élu conseiller général du canton du Chesne sous Louis-Philippe, et nommé commandant de la Garde nationale du Chesne[6],[7],[8],[9],[10]. Il décéde à Stenay en 1845, chez sa fille, épouse du chevalier Warin, notaire. Ses cendres ainsi que celles de son épouse, Caroline Wafman, fille du Bailli de Hanovre, sont rapatriées au cimetière d'Harricourt en 2014 par sa descendante, Élisabeth Regnault de Montgon.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. « Copie de l'acte de naissance », sur Base Léonore
  7. « État des services », sur Base Léonore
  8. Octave Guelliot, Dictionnaire historique de l'arrondissement de Vouziers, t. V, Éditions terres Ardennaises, , 100 p. (ISBN 2-905339-54-3), « Harricourt », p. 3-7
  9. Philippe Seydoux, Gentilhommières et Maisons fortes en Champagne : Marne et Ardennes, t. 1, Éditions de La Morande, , 320 p. (ISBN 2-902091-30-3), « Harricourt », p. 237-238
  10. Octave Guelliot, Dictionnaire historique de l'arrondissement de Vouziers, t. 6, éditions Terres ardennaises, , 112 p. (ISBN 2-905339-57-8)


Liens externesModifier