Ouvrir le menu principal

God of War (jeu vidéo, 2018)

jeu vidéo de 2018

God of War
Image illustrative de l'article God of War (jeu vidéo, 2018)
Logo du jeu.

Éditeur Sony Interactive Entertainment
Développeur SIE Santa Monica Studio
Concepteur Cory Barlog (en)
Musique Bear McCreary

Date de sortie
Franchise God of War
Genre Action-aventure
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme PlayStation 4
Média Blu-ray
Contrôle Manette de jeu

Évaluation CERO : Z ?
ESRB : M ?[1]
PEGI : 18 ?[2]
USK : 18 ?

God of War est un jeu vidéo d'action-aventure développé par SIE Santa Monica Studio et édité par Sony Computer Entertainment, sorti le 20 avril 2018 sur PlayStation 4. Il s'agit du huitième épisode de la série God of War. Le jeu est pensé comme un renouveau de la série et est basé sur la mythologie nordique, contrairement aux précédents jeux qui étaient basés sur la mythologie grecque. Ce renouveau de la série s'est fait dans un but de modernisation du propos tenu par le jeu et de son gameplay, favorisé par l'insertion d'un nouveau personnage : Atreus, fils de Kratos, personnage que l'on incarne toujours. Cette relation fils-père rend l'histoire plus sérieuse, ce qui a beaucoup plu à la majorité des joueurs, changeant des anciens opus de la série tant appréciée par ses fans.

Le système de jeu a été repensé et présente quelques éléments de jeux de rôle, ainsi qu'une gestion libre de la caméra, sans oublier la possibilité de donner des ordres à Atreus, possédant la capacité d'envoyer plusieurs types de flèches et de comprendre différentes langues. Avant même sa sortie, le jeu est encensé par la critique spécialisée partout dans le monde, a droit aux notes les plus élevés et, malgré une compétition serré avec Red Dead Redemption 2 lors des Game Awards 2018, il remporte le prestigieux prix du "Jeu de l'année".

Sommaire

TrameModifier

Après avoir transmis l'espoir aux humains et ayant survécu à son terrible massacre des Dieux de l'Olympe, Kratos tente d'oublier son passé et s'exile sur la terre nordique de Midgard, où il fonde une nouvelle famille, vivant à l'écart des Dieux Nordiques. Après le décès de sa bien-aimée Faye, il honore la dernière requête de son épouse, qui est de disperser ses cendres du plus haut pic des Neuf Royaumes aux côtés de leur fils Atreus, mais Kratos souhaite d'abord mettre son fils à l'épreuve lors d'une partie de chasse afin de tester ses capacités et de vérifier si ce dernier est en mesure de contrôler sa rage. L'expérience est un échec et Kratos en vient à considérer que son fils n'est pas prêt pour leur voyage.

Mais alors qu'ils sont de retour chez eux, ils sont attaqués par un étranger sadique qui semble assez puissant pour mettre Kratos en grande difficulté. Devant le danger, Kratos prend la route avec Atreus. Leur voyage vers la plus haute des montagnes de Midgard commence, se faisant en chemin des alliés comme les nains forgerons Brok et Sindri, ainsi qu'une mystérieuse et puissante sorcière qui avoue à Kratos connaître sa vraie nature et celle du garçon.

Arrivant finalement au pied de la montagne, Kratos et Atreus réveillent involontairement Jormungand endormi au fond du Lac des Neuf où se cache sous l'eau la porte du Bifrost. Kratos et Atreus continuent alors leur ascension vers la montagne mais découvrent que son entrée est bloquée par de la vieille magie noire que seule la lumière du Royaume d'Alfheim peut repousser. La sorcière leur permet d'utiliser le Bifrost pour voyager entre les royaumes mais ne peut les suivre, ayant été maudite sur Midgard pour toujours. Arrivés sur Alfheim, Kratos et son fils sont pris dans une guerre interne entre les elfes blancs et noirs pour sa lumière mais parviennent à subtiliser un peu de la lumière et repousser les Elfes noirs.

Revenus sur Midgard, Kratos et Atreus repoussent avec succès la magie noire et escaladent la montagne, en chemin ils rencontrent le dragon Hraezlir qui les attaque avant de s'en prendre au nain Sindri, venu exploiter les minéraux rares de la montagne. Après l'avoir aidé et avoir achevé la bête, ce dernier les remercie en offrant des flèches de gui à Atreus et le don de foudre à partir d'une dent du dragon. Alors qu'ils atteignent enfin le sommet de la montagne, Kratos renforce la bandoulière de son fils endommagée par les combats avec un morceau de gui puis lui et son fils surprennent une conversation entre l'étranger et deux autres hommes avec une quatrième personne. L'étranger pose des questions sur Kratos et l'enfant mais l'autre refuse de lui dire quoi que ce soit. Après leur départ, Kratos et Atreus découvrent l'homme en question emprisonné dans un arbre : Mímir, dieu de la connaissance et ancien conseiller du Roi Dieu d'Asgard Odin.

Nullement surpris de les voir, Mímir leur révèle alors que le plus haut sommet des Neuf Royaumes n'est pas à Midgard mais à Jotunheim, terre d'origine des Géants et que ce monde est désormais inaccessible, la porte ayant été cachée par les Jotnar après la guerre. Seul Jormungand saurait comment s'y rendre et pour parler avec lui autant que le libérer, Kratos tranche la tête de Mímir et retourne chez la sorcière pour le ranimer. Elle accepte malgré sa haine pour lui mais exige d'abord que Atreus la laisse brûler ses flèches de gui, maudites à ses yeux. Mímir revenu à la vie, il révèle stupéfait à Kratos et Atreus que cette sorcière est en fait Freya, déesse Vane et autrefois leur reine, avant d'être bannie et maudite par son époux Odin. Kratos n'ayant toujours aucune confiance en la plupart des dieux, s'en va avec Atreus.

Comme promis, Mimir parle avec Jormungand qui leur révèle qu'il leur faut deux choses pour aller à Jotunheim : un éclat d'un burin enchanté de Géant et une rune noire cachée dans le tombeau de Tyr, le défunt dieu de la guerre ami des Jotnar qui les aida à fuir.

Le serpent les amenant à proximité du cadavre d'un Jotunn nommé Thamur et tué par le dieu Thor il y a longtemps, Kratos en profite pour demander à Mímir qui étaient les trois hommes. Ce dernier leur explique que celui qui les a attaqué est Baldur, jadis dieu de la joie et de la victoire, jugé indestructible et ses neveux Magni et Modi, fils de Thor et dieux mineurs. Arrivé près du corps du Géant, le trio est pris en embuscade par Magni et Modi qui exigent la reddition de Kratos et qu'Atreus leur soit remis. Furieux, le père défend son fils et parvient à tuer Magni tandis que Modi blessé prend la fuite. Après avoir récupéré un morceau du burin, Kratos et Atreus partent pour le tombeau de Tyr qui se trouve sous le Bifrost mais ils sont attaqués en traître par Modi qui électrocute Kratos ; Atreus furieux est alors victime d'une crise étrange et Kratos parvient encore une fois à faire fuir Modi.

Inquiet pour son fils qui ne se réveille pas, Kratos, sur les conseils de Mimir, ramène Atreus à Freya pour qu'elle le soigne et remarque que sa crise a provoqué une tempête d'un rouge écarlate, de plus quelqu'un appelle le serpent durant leur absence pour des raisons inconnues. Freya annonce à Kratos que cette crise est due au combat intérieur entre sa nature divine et sa croyance d'être mortel et que pour le soigner, elle a besoin du cœur d'un gardien se trouvant à Helheim, le Royaume des morts. Sa hache de glace étant inefficace dans le monde gelé, Kratos retourne à contrecœur chez lui pour récupérer ses vieilles Lames du Chaos qu'il avait juré de ne plus utiliser ; en chemin ce dernier est de nouveau confronté au spectre d'Athéna qu'il n'avait pas revu depuis des années et qui le nargue d'avoir toujours été et d'être à jamais un monstre, ce à quoi Kratos répond qu'il le sait, mais qu'il n'est plus son monstre.

Partant à Helheim, Kratos tue le gardien et lui arrache le cœur avant de le rapporter à Freya sur Midgard, cette dernière soigne Atreus comme promis mais pour éviter que les crises ne reviennent, Kratos accepte de révéler son passé à son fils lui faisant bien comprendre qu'en tant que dieux leurs responsabilités sont gigantesques. Alors qu'ils retournent dans le tombeau et récupèrent la rune noire, Atreus commence à devenir arrogant en apprenant qu'il est un Dieu, n'hésitant pas à prendre Mímir et les nains de haut ou en fonçant tête baissée vers le danger, allant même jusqu'à abattre froidement Modi qui recroise leur route, battu à mort et humilié par son père pour avoir échoué à les arrêter.

Arrivé de nouveau au sommet de la montagne, Kratos ouvre un passage vers Jotunheim mais le portail est aussitôt détruit par Baldur qui les attaque par surprise et capture Atreus trop arrogant pour se cacher avant de l'emmener vers le Bifrost pour le livrer à Odin à Asgard. Kratos parvient à tuer le dragon que chevauchait Baldur puis change in extremis la destination pour Helheim. Après avoir arraché Atreus à Baldur et l'avoir mis à bonne distance, il sermonne son fils lui faisant comprendre qu'il ne peut pas faire ce qu'il veut sous prétexte qu'il est un dieu et qu'il ne doit se sentir supérieur à personne, risquant de devenir comme les autres. Le trio quitte alors Helheim non sans avoir au passage découvert la vérité au sujet de Baldur : c'est sa mère Freya qui l'a rendu invincible par un puissant sort pour l'empêcher de mourir ou d'être blessé, mais devenu incapable de ressentir quoi que ce soit, il a sombré dans la folie et voue une haine profonde à sa mère.

Revenus à Midgard, père et fils demandent à Mímir s'il y a un autre moyen d'aller à Jotunheim. Mímir leur propose d'explorer à nouveau le tombeau de Tyr et le trio découvre une salle cachée sous le Bifrost où se trouve un artefact légendaire : une pierre enchantée permettant de voyager dans les limbes entre les mondes au sein d'Yggdrasil sans se perdre. Sur une intuition, l'ancien Dieu propose à Kratos et Atreus de l'essayer et à leur grande joie trouve dans les limbes la tour de Jotunheim cachée par Tyr pour empêcher Odin d'y aller. Après l'avoir ramené à Midgard et rétabli sur le Bifrost, Kratos demande aux nains une clé spéciale pour activer le Bifrost pour Jotunheim et ces derniers réconciliés acceptent. Mais alors que tout semble prêt, Mimir remarque qu'il manque encore une chose : un cristal de Bifrost, supposant que Tyr avait comblé ce manque avec la lumière de ses propres yeux, Mímir pense pouvoir le faire mais il lui faut son deuxième œil confisqué par Odin. En le récupérant dans le ventre de Jormungand, le trio se retrouve expulsé à côté du cadavre du géant Thamur. Freya, alertée, voit revenir Baldur qui a battu le serpent pour retrouver Kratos et prendre sa revanche.

Furieux de revoir sa mère, Baldur déclare qu'il va tous les tuer avant de livrer Atreus à Odin mais Kratos s'interpose et un nouveau combat commence, mais alors que Baldur prend le dessus et s'apprête à le tuer, Atreus s'interpose et prend un coup violent à la poitrine. Kratos se jette sur lui pour vérifier qu'il va bien mais tous deux constatent que c'est Baldur qui s'est blessé en s'écorchant la main avec le morceau de flèche de gui, qui brise le sort de Freya. Celle-ci, refusant de laisser son fils mourir, prend le contrôle du corps de Thamur et s'en sert pour tenter de les séparer mais comprenant brusquement l'ancien langage des Géants, Atreus réveille le Serpent qui furieux se jette sur Thamur et le renvoie dans l'autre monde. Kratos et son fils battent enfin Baldur et s'apprêtent à le tuer mais Freya les supplie de ne pas le faire. Baldur ne renonce pas, prêt à tuer sa propre mère, aussi Kratos lui brise la nuque, espérant arrêter le cycle des dieux tuant leurs parents, et laisse Freya partir avec le corps de son fils, Mímir pense cependant qu'elle reviendra vers eux le temps venu après avoir fait son deuil.

Kratos et Atreus partent alors pour Jotunheim avec Mímir aux côtés de Brok et Sindri. Kratos et Atreus découvrent attristés que tous les Jotnar sont morts depuis longtemps et que leur monde est devenu leur tombeau. C'est alors qu'Atreus remarque des peintures de Géants et stupéfait montre à son père qu'elles retracent toute leur histoire récente mais aussi leur révèle que Laufey était en fait une Géante et qu'elle connaissait la destinée de son mari et de son fils. Après avoir dispersé ses cendres et lui avoir dit adieu, Kratos remarque une autre peinture camouflée le montrant mort dans les bras de son fils, un esprit mystérieux penché sur lui.

Alors qu'ils repartent vers Midgar, Kratos révèle à son fils que son nom lui vient d'un spartiate à qui son père voulait rendre hommage mais Atreus lui avoue que les inscriptions Jotnar lui donnaient un autre nom : Loki. Revenu auprès de Mímir ce dernier leur révèle alors que la mort de Baldur a déclenché un terrible hiver, censé être le dernier avant le Ragnarok, mais que les actions de Kratos et Atreus semblent avoir accéléré le processus, cet événement cataclysmique n'étant pas censé se produire avant des siècles. Père et fils rentrent alors chez eux avec Mimir, leur quête accomplie, et décident de prendre enfin du repos.

Des années plus tard ils sont de nouveau attaqués par Thor, Dieu de la Force et du Tonnerre. Mais Atreus n'y voit qu'un mauvais rêve.

DéveloppementModifier

 
Des concept arts du jeu font appel à la mythologie égyptienne, ici illustrée par le sphinx.

Pour relancer la franchise, il est décidé d'ajouter des éléments issus de la mythologie nordique, jugée plus pratique à invoquer que les mythologies égyptienne ou hindoue[3]. Choix qui s'avèrera très bien pensé et qui a permis à des millions de joueurs de découvrir cette culture qui s'intègre parfaitement à l'univers God Of War.

Le développement de God of War tient de la gageure : le système inédit de caméra, l'intelligence artificielle à attribuer au personnage d'Atreus ou encore l'interface du système d'artisanat sont des ambitions auxquelles tient le directeur Cory Barlog, mais pour lesquelles il doit sans cesse se battre face à son équipe, persuadée qu'une telle direction pour la franchise n'est pas viable[3]. En effet, le jeu est totalement en plan-séquence, ce qui a nécessité beaucoup de travail, la difficulté étant de contraster les cinématiques et les séquences de gameplay. De plus, le jeu a nécessité de gros travaux d'optimisation afin de tourner à la fois sur les premières PlayStation 4 et les consoles de milieu de génération, à savoir les PS4 Pro et les PS4 Slim.

Système de jeuModifier

Contrairement aux autres épisodes de la série qui sont considérés comme étant des beat-them-all, God of War est davantage un action-aventure avec un aspect RPG grâce à la présence d'un arbre de compétence pour Kratos et Atreus, les améliorations d'armes et la recherche de capacités runiques afin de leur apporter certaines particularités, la présence de plusieurs quêtes annexe bien écrite...

De plus, l'affichage est différent puisqu'au lieu que ce soit en trois-quarts haut comme les autres épisodes, avec Kratos vu de dos à la manière de Leon S. Kennedy dans Resident Evil 4. Le jeu est d'ailleurs, du début à la fin, sur un seul et unique plan séquence. Le Gameplay à aussi été totalement retravaillé. En effet, la première partie du jeu se réalise avec la Hache Léviathan et non plus avec les Lames du Chaos habituelles, ce qui a généré de nombreuses théories chez les fans. Ce gameplay modernisé a été extrêmement bien accueilli par la presse et par les joueurs.

Prix remportésModifier

Comme dit précédemment, ce nouvel opus modernisé a été adulé par la presse et par les joueurs. En effet, 3.1 millions d'exemplaires ont été vendu en 3 jours et a atteint plus de 10 millions de vente fin 2018[4]. De plus, il fut nominé pour les Game Of The Year 2018 où il remporta le prix de GAME OF THE YEAR 2018 , Meilleur Réalisation et Meilleur jeux d'action-aventure [5]. Récemment il à aussi été élu Jeux de L'Année durant la Game Developers Conference [6].

Le 4 avril 2019, God of War a été sacré meilleur jeu vidéo de l’année 2018 à la cérémonie annuelle des British Academy of Film and Television Arts (Bafta)[7].

MusiqueModifier

La musique, très importante dans le jeu, est composée par Bear McCreary, qui a composé plus pour des films ou des séries comme Battlestar Galactica. Le thème principal du jeu est interprété par la chanteuse féroienne Eivør Pálsdóttir. La création de la Bande Son, très marquante, est un "mythe" car Bear McCreary a composé toute l'ambiance du jeu sur 3 notes révélée sur une interview du compositeur sur YouTube et son fameux : "bum,bum,bum" devenu virale qui sont les 3 sons utilisé, à la fois pour les scènes épiques et pour les scènes plus touchante où la hauteur des notes sera plus haute[8].

Doublage françaisModifier

AccueilModifier

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média Note
Canard PC (FR) 9/10[9]
EGM (US) 9,5/10[10]
Presse numérique
Média Note
Destructoid (US) 10/10[11]
Gamekult (FR) 8/10[12]
GameSpot (US) 9/10[13]
IGN (US) 10/10[14]
Jeuxvideo.com (FR) 20/20[15]
Polygon (US) 10/10[16]
Agrégateurs de notes
Média Note
Metacritic 94/100[17]

RéférencesModifier

  1. (en) « God of War », sur esrb.org (consulté le 12 mai 2018)
  2. « Recherche - God of War », sur pegi.info (consulté le 12 mai 2018)
  3. a et b (en) Matthew Handrahan, « Reinventing God of War was a battle against doubt », sur GamesIndustry, .
  4. « God of War PS4: le titre serait à 9 millions de ventes! 10 avant la fin d’année! Mérité? | N-Gamz.com », sur n-gamz.com (consulté le 27 mars 2019)
  5. « The Game Awards 2018 : GOD OF WAR élu meilleur jeu de l'année, le palmarès complet de la cérémonie », sur JeuxActu (consulté le 27 mars 2019)
  6. « GDC Awards 2019 : God of War élu jeu de l'année », sur Jeuxvideo.com (consulté le 27 mars 2019)
  7. « « God of War » sacré meilleur jeu vidéo de 2018 aux Bafta », sur Le Monde,
  8. PlayStation, « The Music of God of War with Composer Bear McCreary | Countdown to Launch », (consulté le 27 mars 2019)
  9. Noël Malware, Test : God of War - En père et contre tous, 1er mai 2018, Canard PC n°380, p. 12-15.
  10. (en) Nick Plessas, « God of War review », EGM, (consulté le 12 avril 2018).
  11. (en) Chris Carter, « Review: God of War (PS4) », Destructoid, (consulté le 12 avril 2018).
  12. Puyo, « Test de God of War », sur Gamekult, (consulté le 12 avril 2018).
  13. (en) Peter Brown, « God of War Review », GameSpot, (consulté le 12 avril 2018).
  14. (en) Jonathon Dornbush, « God of War Review », IGN, (consulté le 12 avril 2018).
  15. Logan, « Test de God of War », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 12 avril 2018).
  16. (en) Chris Plante, « God of War review », Polygon, (consulté le 12 avril 2018).
  17. (en) « God of War Reviews », Metacritic (consulté le 12 avril 2018).

Liens externesModifier