Ouvrir le menu principal

Georges Pontier

prélat catholique français

Georges Pontier
Biographie
Naissance (76 ans)
à Lavaur (France)
Ordination sacerdotale par
Mgr Claude Dupuy
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le
card. Robert Coffy
Dernier titre ou fonction Archevêque émérite de Marseille
Archevêque de Marseille
Évêque de La Rochelle et Saintes
Évêque de Digne
Autres fonctions
Fonction religieuse

Blason
« pauperes evangelizantur » (Mt 11,5)
« La bonne nouvelle est annoncée aux pauvres »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Georges Pontier, né le à Lavaur dans le Tarn, est un prélat français, archevêque de Marseille de 2006 à 2019 et président de la Conférence des évêques de France de 2013 à 2019.

BiographieModifier

FormationModifier

Après des études au grand séminaire d'Albi il complète sa formation à l'Université Grégorienne à Rome où il obtient une licence de théologie, puis une maîtrise en Lettres modernes à l'université de Toulouse.

Il est ordonné prêtre le par Mgr Claude Dupuy, pour le diocèse d'Albi.

Principaux ministèresModifier

Après avoir exercé dans l'enseignement, en particulier au séminaire des jeunes de Saint-Sulpice-la-Pointe, il est vicaire puis archiprêtre de la cathédrale Sainte-Cécile d'Albi, enfin vicaire épiscopal en 1987.

Nommé évêque de Digne le 2 février 1988, il est consacré le 20 mars suivant par le cardinal Robert Coffy. Il est transféré au siège de la Rochelle et Saintes le 5 août 1996 avant de succéder au cardinal Bernard Panafieu comme archevêque de Marseille le 12 mai 2006.

De 1993 à 1999, il préside le Comité épiscopal France-Amérique latine[1].

Il est vice-président de la Conférence des évêques de France de 2001 à 2007, après quoi il reste membre du Conseil permanent de la conférence épiscopale de France.

Le 8 novembre 2008, il est élu président du Comité études et projet de la conférence des évêques de France pour un mandat de trois ans[2], et réélu à ce poste en 2011[3].

En 2012, il décide de consacrer au relogement de familles roms expulsées un grand immeuble du quartier Saint-Pierre où logeaient jusqu'alors quelques prêtres. Cette initiative suscite l'opposition d'une partie de la population soutenue par le sénateur-maire du 3e secteur de Marseille Bruno Gilles[4].

Le 17 avril 2013, il est élu président de la Conférence des évêques de France[5] et succède à André Vingt-Trois le 1er juillet suivant.

Il effectue un voyage les 16 et 17 janvier 2014 au Vatican avec les principaux responsables de l'épiscopat français, afin de mettre au courant le Pape et les principaux responsables des dicastères sur les sujets français, afin de les préparer à la visite du président français François Hollande la semaine suivante au Vatican[6].

Le il est nommé par le pape François père synodal pour la troisième assemblée générale extraordinaire du synode des évêques sur la famille qui se déroulera du 5 au 19 octobre en qualité de président de la conférence épiscopale des évêques de France[7].

Rappelant la position du conseil permanent de la conférence des évêques de France, il annonce son refus en tant que président de la conférence de soutenir l'initiative de Reporters sans frontières dans la "proclamation de la liberté d'expression" pour laquelle tous les responsables de cultes sont invités à signer[8].

Le il est réélu pour un nouveau mandat de président de la Conférence des évêques de France[9].

En 2019, il est contraint de démissionner de son ministère épiscopal car il a dépassé la limite d'âge de 75 ans.

Prises de positionModifier

Lors de son mandat de vice-président de la conférence épiscopale de 2001 à 2007, il incarne avec le président Jean-Pierre Ricard, selon le magazine La Vie, une ligne « foncièrement modérée » à l'opposé de la « ligne Lustiger »[10] ainsi qu'une Église « accompagnatrice spirituelle plutôt qu'une donneuse de leçons »[11].

Par rapport au dialogue avec l'islamModifier

Très concerné par le dialogue avec l'islam étant donné l'importance de la communauté musulmane à Marseille, Mgr Georges Pontier appelle à un dialogue en profondeur, mais sans naïveté[12],[13].

Élections nationalesModifier

Il invite les chrétiens à voter aux différentes élections nationales, en rappelant l'exigence pour chacun d'être conscient des efforts nécessaires de solidarité pour pouvoir « vivre ensemble »[14].

DistinctionModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Mgr Georges Pontier, Cef.fr, consulté le 17 avril 2013
  2. Communiqué sur le site des évêques français
  3. Communiqué sur le site des évêques français
  4. Natalia Trouiller, Les Roms, poil à gratter des chrétiens en politique, « Matinale chrétienne », Lavie.fr, 24 février 2012
  5. [1]
  6. Agence I.Media, « Les évêques de France évoquent avec le pape les questions de société, une semaine avant la visite de François Hollande. », sur imedia-info.org, (consulté le 18 janvier 2014)
  7. « Liste des participants au Synode sur la famille », sur la-croix.com, (consulté le 10 septembre 2014)
  8. Nicolas Senèze, « Mgr Pontier refuse de soutenir l’initiative de Reporters sans frontières », sur la-croix.com, (consulté le 4 février 2015)
  9. AG avec AFP, « L’archevêque de Marseille réélu à la tête de la Conférence des évêques de France », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 5 avril 2016)
  10. Denis Jean-Pierre/Grzybowski Laurent/Mercier Jean/Soulaine Aude/Seguier Etienne/Touboul Marion/Merlant Philippe, Paris. Le passage du témoin, La Vie, no 3103, 17 février 2005
  11. Jean Mercier, Georges Pontier. Le pasteur marseillais, La Vie, no 3168, 18 mai 2006
  12. Georges Pontier sur l'islam
  13. Les évêques de France envisagent un dialogue “moins naïf” avec l’islam | AMI France
  14. Église catholique à Lyon - Qu'as-tu fait de ton frère ?
  15. Journal officiel de la République française, « Décret du 3 avril 2015 portant promotion et nomination », JORF n°0081 du 5 avril 2015 page 6288 texte n° 4, sur legifrance.gouv.fr, (consulté le 6 avril 2015)