Ouvrir le menu principal

George Carlin

humoriste américain
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carlin (homonymie).
George Carlin
Description de cette image, également commentée ci-après
George Carlin en 2008.
Nom de naissance George Denis Patrick Carlin
Naissance
New York (État de New York)
Nationalité Américain
Décès (à 71 ans)
Santa Monica (Californie)
Films notables Dogma
Scary Movie 3
Père et Fille
Site internet www.georgecarlin.com

George Carlin, né le à New York et mort le à Santa Monica[1],[2], est un humoriste, acteur et scénariste nord-américain.

S'inscrivant dans la lignée d'humoristes comme Lenny Bruce ou Richard Pryor, George Carlin est célèbre pour son attitude irrévérencieuse et ses observations sur le langage[3], la psychologie, la religion, la politique, ainsi que de nombreux sujets tabous aux États-Unis.

Son sketch « Seven dirty words », datant du début des années 1970, fit l'objet d'un jugement de la Cour suprême des États-Unis.

BiographieModifier

JeunesseModifier

George Carlin naît à New York et grandit à Morningside Heights, un quartier de Manhattan (qu'il surnommera « le Harlem blanc »). Il est élevé par sa mère, Mary Beary, qui quitte son père quand George a deux mois. Il racontera plus tard que son père, Patrick Carlin, qui fut directeur national de la publicité pour le New York Sun, avait un sérieux problème d'alcoolisme. Sa mère fut secrétaire pour le président de l'association nationale des publicitaires. Il révélera par ailleurs que sa mère, alors enceinte de lui, était sur le point d'avorter, mais s'est rétractée après avoir eu une vision de sa propre mère, morte six mois plus tôt, en contemplant un tableau dans la salle d'attente. Il n'a jamais revu son père après sa petite enfance[4].

À l'âge de 14 ans, Carlin quitte l'école et s'engage dans l'Air Force, se formant au métier de technicien radar. Il sert à la Barksdale Air Force Base à Bossier City en Louisiane. Dans le même temps, il commence à travailler en tant que disc jockey dans une ville à proximité de la base militaire. Mais il ne termine pas son service : considéré par ses supérieurs comme « non productif », il est congédié en .

CarrièreModifier

À 18 ans, George Carlin commence à écrire quelques sketches et à se produire dans des night clubs en tant qu'humoriste. Il rencontre le succès et apparaît dans les programmes de variété à la télévision dans les années 1960.

Il développe une série de sketches qu'il réunit dans son premier album sorti en 1967, enregistré durant un spectacle réalisé l'année précédente : Take Offs and Put Ons. En 1961 il se marie à Brenda Hosbrook qu'il a rencontrée alors qu'il était en tournée.

 
George Carlin en 1969.

Dans les années 1970, il crée et développe le sketch Seven dirty words, qui traite de sept mots jugés vulgaires que personne n'a le droit de dire à la télévision aux États-Unis (shit, piss, fuck, cunt, cocksucker, motherfucker, et tits[5]).

Ce sketch reste certainement le plus connu de sa carrière, en partie pour ses conséquences judiciaires. En effet, Carlin est arrêté pendant un spectacle à Milwaukee dans le Wisconsin en 1972, pour violation des lois locales relatives à la vulgarité du langage employé lors de représentations publiques ; l'affaire est classée sans suite la même année : le juge déclare que les propos étaient certes « indécents » mais n'enfreignaient pas la loi dans la mesure où ceux-ci ne provoquaient aucun désordre. En 1973, un homme se plaint auprès de la Commission Fédérale des Communications (FCC) après que son fils a entendu ce fameux sketch à la radio. La station de radio est assignée en justice par la FCC pour avoir violé les règles concernant l'utilisation de langage obscène. En 1978, la décision de la Cour suprême des États-Unis déclare que les propos de Carlin étaient « indécents mais non obscènes », et que la FCC aurait autorité pour interdire de telles émissions de radio durant les créneaux horaires où des enfants seraient susceptibles d'être à l'écoute.

Cette controverse augmente la popularité de George Carlin, qui poursuit sur ce thème des mots vulgaires, suite à quoi le gouvernement est amené à réguler le contenu des diffusions publiques pour éviter l'usage de langage trop vulgaire sur les ondes. Il existe ainsi sept mots qui ne peuvent pas être prononcés à l'antenne, sous peine d'une amende assez lourde.[pas clair][Contradiction]

En 1975, il devient le premier animateur de l'émission Saturday Night Live sur la chaîne NBC.

Sa carrière se poursuit ensuite avec des spectacles (faisant l'objet d'albums et de diffusions sur la chaîne câblée HBO) tels que A Place For My Stuff (1981), Playin' With Your Head (1986), Jammin' in New York (1992), Back in town (1996), Complaints and Grievances (2001), Life is Worth Losing (2005), It's Bad For Ya (2008).

George Carlin a également joué dans des séries télévisées et des films comme Le Prince des marées (1991), Dogma (1999) et Scary Movie 3 (2003). Il a aussi participé au film d'animation Cars (2006), interprétant la voix de Fillmore, le Minibus Volkswagen.

MortModifier

George Carlin avait des antécédents de problèmes cardiaques couvrant trois décennies, au cours desquelles il a eu trois crises cardiaques (en 1978, 1982 et 1991), une arythmie nécessitant une procédure d'ablation chirurgicale en 2003, et un épisode important d'insuffisance cardiaque à la fin de 2005. Il a subi par deux fois une angioplastie pour dégager des artères obstruées[6]. Fin 2004, il entre dans un centre de désintoxication pour le traitement de la dépendance à l'alcool et au Vicodin[7].

Il meurt le au Saint John's Health Center (en) de Santa Monica en Californie des suites d'un arrêt cardiaque, à l'âge de 71 ans[8],[9]. Sa mort survient une semaine après sa dernière représentation à l'Orleans hotel-casino de Las Vegas. Conformément à ses souhaits, son corps a été incinéré et les cendres ont été dispersées devant diverses boîtes de nuit où il a joué à New York et sur le Spofford Lake (en), ainsi qu'à Chesterfield dans le New Hampshire, où il a participé à un camp d’été à l'adolescence[10].

DiscographieModifier

 
George Carlin sur scène à Harrisburg dans les années 1970.
 
George Carlin lors d'une séance de signatures à New York, suite à la sortie de Brain Droppings.
  • 1966 Take Offs and Put Ons
  • 1972
    • FM & AM
    • Class Clown
  • 1973 Occupation: Foole
  • 1974 Toledo Window Box
  • 1975 An Evening with Wally Londo Featuring Bill Slaszo
  • 1977 On the Road
  • 1981 A Place for My Stuff
  • 1984 Carlin on Campus
  • 1986 Playin' With Your Head
  • 1988 What Am I Doing In New Jersey?
  • 1990 Parental Advisory: Explicit Lyrics
  • 1992
    • Jammin' in New York
    • Classic Gold (Classic Gold)
  • 1995 Killer Carlin
  • 1996 Back in Town
  • 1999
    • You Are All Diseased
    • The Little David Years (1971-1977)
  • 2001 Complaints and Grievances
  • 2002 George Carlin on Comedy
  • 2005 Life Is Worth Losing
  • 2008 Its Bad for Ya

FilmographieModifier

ActeurModifier

TélévisionModifier

  • 1966 : The Kraft Summer Music Hall
  • 1966 : That Girl
  • 1977 - 2008 : 14 émissions spéciales pour HBO, dont
    • George Carlin at USC
    • George Carlin: Again!
    • Carlin at Carnegie Hall
    • Carlin on Campus
    • Playin' With Your Head
    • What Am I Doing In New Jersey?
    • Doin' It Again
    • Jammin' In New York
    • 40 Years of Comedy
    • Back In Town
    • You Are All Diseased
    • Complaints and Grievances
    • Life is Worth Losing
    • It's Bad For Ya
  • 1988 : Justin Case
  • 1994 : The George Carlin Show sur la Fox
  • 1991 - 1998 : Thomas the Tank Engine and Friends
  • 1991 - 1993 : Shining Time Station sur PBS
  • 1991 - 1998 : Thomas et ses amis

LivresModifier

  • 1984 : Sometimes a Little Brain Damage Can Help
  • 1997 : Brain Droppings
  • 2001 : Napalm and Silly Putty
  • 2004 : When Will Jesus Bring the Pork Chops?
  • 2009 : Last Words (posthume)

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

  • 4 Grammy Awards pour FM & AM (1972), Jammin' in New York (1993), Brain Droppings (2001), Napalm & Silly Putty (2002) – les deux derniers étant des lectures de ses livres du même titre.
  • 2 American Comedy Awards pour George Carlin: Back in Town (1997) et Carlin: 40 Years of Comedy (1998).
  • 2001 : American Comedy Award d'honneur pour l'ensemble de sa carrière.

En 2004, la chaîne Comedy Central le classe deuxième meilleur humoriste américain de tous les temps derrière Richard Pryor mais devant Lenny Bruce[11].

NominationsModifier

4 nominations aux Emmy Awards.

PublicationsModifier

Dans la culture populaireModifier

Dans la saison 6 d’Epic Rap Battles of History, le personnage de George Carlin est confronté à celui de Richard Pryor.

Notes et référencesModifier

  1. Annonce de la mort de George Carlin sur E! online
  2. Annonce de la mort de George Carlin sur MSNBC online
  3. « George Carlin ~ Corruption du langage et langage de la corruption (1999) [ST Fr] » (consulté le 22 août 2019)
  4. (en) « George Carlin interview 17-12-2007 part 1 of 7 », (consulté le 22 août 2019)
  5. (en) Transcription du sketch, hébergé par l'Université de Droit du Missouri-Kansas (UMKC)
  6. (en) Georges Carlin, Last words, Simon & Schuster, 2009, pp. 75–76.
  7. (en) « George Carlin enters rehab », sur CNN.com, .
  8. (en) M. Watkins et B. Weber, « George Carlin, Comic Who Chafed at Society and Its Constraints, Dies at 71 » [archive du ], sur NY Times, (consulté le 10 juin 2014).
  9. « Grammy-Winning Comedian, Counter-Culture Figure George Carlin Dies at 71 » [archive du ], sur Foxnews.com, (consulté le 12 juin 2014).
  10. (en) « Comedian Carlin's ashes spread in New Hampshire », seacoastline.com (via Associated Press) (consulté le 11 mai 2016).
  11. « Stand Up Comedy and Comedians at The Comedy Zone », sur www.comedy-zone.net, (consulté le 22 août 2019)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier