Bill Cosby

acteur américain
Bill Cosby
Description de cette image, également commentée ci-après
Bill Cosby en 2011.
Nom de naissance William Henry Cosby
Naissance (84 ans)
Philadelphie (Pennsylvanie)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Acteur, producteur, scénariste, compositeur, humoriste et réalisateur

William Henry Cosby, Jr., dit Bill Cosby, né le à Philadelphie, est un acteur, producteur, scénariste, compositeur, humoriste et réalisateur américain.

Devenu très populaire aux États-Unis dans les années 1960, il est la vedette de sa propre sitcom, le Cosby Show, de 1984 à 1992.

Dans les années 2010, il est inculpé d'agressions sexuelles et de viols sur une cinquantaine de femmes, dont des mineures. Cependant, la plupart des faits invoqués étant prescrits, seuls ceux concernant une femme permettent sa condamnation, en 2018, à une peine de trois ans et demi d’emprisonnement ferme. Il sort de prison en 2021 et reprend sa carrière.

Situation personnelleModifier

OriginesModifier

Bill Cosby est issu d’une famille de la classe moyenne qui glisse cependant progressivement vers la pauvreté. Son père est alcoolique et sa mère, qui travaille comme domestique, s’occupe de ses trois garçons, dont l'un est épileptique[1].

FormationModifier

Adolescent, Bill Cosby rejoint l'United States Navy, où il effectue ses études secondaires. Il termine ses études dans une école supérieure de sport à Temple, en Pennsylvanie.

Vie privée et familialeModifier

Bill Cosby est marié avec Camille O. Cosby, née Camille Olivia Hanks, depuis le . Le couple a cinq enfants.

Il est également père d'une fille, Autumn Cosby, née au début des années 1970. Il entretenait une liaison avec la mère de celle-ci, qu’il a cependant droguée pour la violer. En 1997, Autumn Cosby est condamnée pour avoir tenté de faire chanter son père, lui demandant une somme d'argent en échange de ne pas révéler l'histoire de sa conception à la presse à scandale[1].

En 1997, son seul fils, Ennis, alors âgé de vingt-sept ans, est tué par balle sur une autoroute du sud de la Californie alors qu'il change un pneu de voiture[2].

Carrière professionnelleModifier

DébutsModifier

Bill Cosby tient d’abord un café-bar, où son humour et son esprit sont remarqués au contact des clients.

Il se met ensuite à l'écriture, à la production et à la composition, avec en 1990 Ghost Dad, où l'on retrouve aussi Sidney Poitier.

Au début des années 1960, Bill Cosby commence en tant qu'humoriste de stand-up. Il se produit dans de nombreuses villes et, en 1963, se fait connaître du pays entier en apparaissant dans The Tonight Show. En 1965, il est la vedette de la série télévisée Les Espions (I Spy), où il joue l'un des rôles principaux.

Ascension et succèsModifier

Au vu de sa réussite à la télévision, Bill Cosby décide de se lancer dans le cinéma. Lors de ses débuts, il est le partenaire de Sidney Poitier dans ses comédies. Il est aussi derrière la caméra avec Uptown Saturday Night en 1974. Mais il est surtout remarqué pour son jeu dans les comédies, celle de Peter Yates Ambulances tous risques en 1976, ou California Hôtel de Herbert Ross en 1978, dans laquelle il joue aux côtés de Jane Fonda, Michael Caine et Walter Matthau.

En 1984, il lance un sitcom, interprété seulement par des Noirs, qui devient un véritable succès : le Cosby Show. La série connaît plusieurs dérivés, dont un dessin animé. La série prend fin en 1992.

 
Bill Cosby en 1997.

En 1987, son long métrage Leonard Part 6, élu pire film de l'année et considéré comme l'un des moins bons longs métrages de l'histoire du cinéma américain lui fait perdre son image. En 1996, il essaie un retour avec Jack, où il incarne le personnage de Lawrence Woodruff, aux côtés de Robin Williams, de Jennifer Lopez et de Diane Lane, mais ce film ne réussit pas à lui redonner son prestige passé. En 1997, avec le meurtre de son fils Ennis, il tombe dans une dépression.

Icône afro-américaineModifier

Bill Cosby est le premier Afro-américain à avoir réussi à se faire une image durable dans le monde du cinéma et de la télévision, devenant une personnalité influente de ces secteurs[1].

En 1965, avec Les Espions, il devient le premier Afro-américain à apparaître en vedette dans une série télévisée américaine. Avec le Cosby Show, il est le premier Afro-américain à créer un sitcom, où sont uniquement présents des Noirs.

Le , alors qu'il reçoit un prix à une cérémonie du National Association for the Advancement of Colored People, il prononce un discours dans lequel il critique le fait que les Afro-Américains font trop d'enfants, cause selon lui de la pauvreté de la communauté afro-américaine. Il sillonne ensuite le pays, où il enchaîne des conférences visant à les responsabiliser, non sans provoquer des critiques. Auteur de Bill Cosby a-t-il raison ?, le sociologue Michael Eric Dyson note plusieurs années plus tard que « si ce dont on l'accuse est vrai [les agressions sexuelles], alors j'ai le sentiment qu'il cherche à faire diversion de ses propres fautes et faiblesses morales en pointant du doigt celles des autres »[1].

Accusations de viols et abus sexuelsModifier

Succession d’accusationsModifier

Bill Cosby est d’abord poursuivi pour avoir, au début de l’année 2004, agressé sexuellement à son domicile, situé dans la banlieue de Philadelphie (nord-est), la coach sportive canadienne Andrea Constand, à qui il avait fait préalablement consommer de l'alcool et des pilules de Quaaludes, un puissant sédatif[3]. En 2006, il obtient un non-lieu dans le procès ayant suivi après un arrangement financier entre l'accusé et sa victime[4].

À la suite de ce procès, treize autres prétendues victimes se manifestent et accusent à leur tour Bill Cosby de les avoir droguées, puis d'avoir abusé d'elles[5],[6],[7], affaires remontant jusqu'aux années 1960[1].

Le , l'humoriste Hannibal Buress relance l'intérêt des médias au sujet de ces scandales en faisant un sketch où il déclame : « Bill Cosby a la personnalité typique du putain de vieux Noir prétentieux que je déteste. Il passe à la télé pour dire « Remontez vos pantalons, les Noirs ! Je peux me permettre de vous regarder de haut parce que j'ai eu une sitcom à succès dans les années 1980 ! ». Oui mais tu violes des femmes, Bill Cosby, donc rabaisse un peu ton caquet ». À la suite de ce sketch, de nouvelles femmes se manifestent[1].

 
Bill Cosby en 2010.

Le , des aveux datant de 2005 sont rendus publics : l’humoriste avoue devant l'avocate d'une des victimes qu'il est bel et bien l'auteur d'un viol à son encontre, en 1976 ; il lui aurait administré du Quaalude, alors qu'elle lui rendait visite en coulisse, avant d’abuser d’elle alors inconsciente. Il admet également avoir drogué d'autres femmes mais déclarera plus tard qu'il a confondu le mot femme (« woman ») au singulier avec le mot femmes (« women ») au pluriel, contredisant ainsi ladite déclaration faisant état de l'agression de plusieurs femmes, une cinquantaine au total selon les différentes accusations de victimes présumées[8],[9],[10].

Inculpations et emprisonnementModifier

Le , Bill Cosby est inculpé d'agression sexuelle et de viol sur une cinquantaine de femmes[11].

Le procès pénal pour agression sexuelle de Bill Cosby commence le [12]. Le , le procès est annulé, faute d'unanimité du jury[13]. Bill Cosby est finalement reconnu coupable d'agression sexuelle le par un jury populaire de Pennsylvanie, au terme de près de trois semaines de procès[14]. À la suite de cette décision, l'université de Yale lui retire son doctorat honoris causa qui lui avait été remis en 2003[15].

Le , un juge ordonne une peine de trois à dix ans de prison à son encontre pour avoir drogué et agressé sexuellement Andrea Constand en 2004[16]. Le , après une lecture de 79 pages, la cour suprême de Pennsylvanie annule finalement cette peine pour une raison de procédure judiciaire. Il est libéré le jour même[17],[18].

Le film d'horreur [19]Bill Huckstabelle : Serial Rapist de 2015 est inspiré de cette histoire[20].

FilmographieModifier

ActeurModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

ProducteurModifier

ScénaristeModifier

CompositeurModifier

RéalisateurModifier

Récompenses et nominationsModifier

Emmy AwardsModifier

  • 1966 : Meilleur acteur dramatique pour I Spy
  • 1967 : Meilleur acteur dramatique pour I Spy
  • 1968 : Meilleur acteur dramatique pour I Spy
  • 1970 : Nommé pour la meilleure comédie, meilleure nouvelle série et meilleur acteur pour The Cosby Show
  • 2003 : Bob Hope Humanitarian Award pour sa carrière

Golden GlobesModifier

  • 1967 : Nommé pour le meilleur acteur de télévision pour I Spy
  • 1973 : Nommé pour le meilleur acteur de télévision pour The Cosby Show
  • 1985 : Meilleur acteur de télévision pour The Cosby Show
  • 1986 : Meilleur acteur de télévision pour The Cosby Show
  • 1987 : Meilleur acteur de télévision pour The Cosby Show

Razzie AwardsModifier

  • 1988 : Pire scénario, pire acteur et pire film pour Leonard part 6

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f Mark Seal, « L'abominable Bill Cosby », Vanity Fair no 40, octobre 2016, pages 116-125 et 174-177.
  2. (en) B. Drummond Ayres Jr., « Bill Cosby's Son Is Slain Along Freeway », sur nytimes.com, (consulté le )
  3. Quaaludes est l'une des marques de méthaqualone, un barbiturique, “Les Quaaludes étaient la drogue des jeunes, qu’ils prenaient pour s’éclater en soirées et donc il y avait des moments où je voulais les avoir, au cas où.”http://www.lesinrocks.com/2016/05/news/bill-cosby-avoue-relations-sexuelles-deux-adolescentes/
  4. (en) « Bill Cosby under fire », sur people.com, (consulté le )
  5. (en) « Barbara Bowman Speaks About Bill Cosby Sexual Abuse Allegations », sur Newsweek, (consulté le )
  6. (en) « Why Doesn’t Anyone Care About the Sexual Assault Allegations Against Bill Cosby? », sur slate, (consulté le )
  7. (en) « Who wants to remember Bill Cosby's multiple sex assault ? », sur gawker.com, (consulté le )
  8. « Etats-Unis : Bill Cosby avoue avoir drogué une femme pour avoir un « rapport sexuel » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  9. « Bill Cosby reconnaît avoir drogué une femme pour la violer » (consulté le )
  10. (en) « REPORT Complete list of women who have accused Bill Cosby of sexual assault (Updated 8/13) » (consulté le )
  11. « Etats-Unis : l'acteur Bill Cosby inculpé d'agression sexuelle », sur www.europe1.fr (consulté le )
  12. Le Point.fr, « Le procès de Bill Cosby fixé début juin », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  13. « Le procès de Bill Cosby annulé, un nouveau procès se dessine déjà », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  14. « Bill Cosby reconnu coupable d'agression sur mineur », Le Figaro.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « L'université de Yale retire son doctorat honorifique à l'acteur Bill Cosby » (consulté le )
  16. « Bill Cosby condamné à une peine de 3 à 10 ans de prison », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. https://www.journaldemontreal.com/2021/06/30/la-condamnation-de-bill-cosby-pour-agression-sexuelle-annulee-1
  18. https://www.tvanouvelles.ca/2021/06/30/la-condamnation-de-bill-cosby-pour-agression-sexuelle-annulee
  19. « Liste des Vidéos pour Bill Huckstabelle : Serial Rapist », sur Horreur.net (consulté le )
  20. (en) « 'Serial rapist' written on Bill Cosby's Hollywood Walk of Fame star ahead of sentencing », sur USA TODAY (consulté le )

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :