Joan Rivers

Animatrice de télévision, humoriste, auteure et actrice américaine

Joan Alexandra Molinsky, plus connue sous le nom de Joan Rivers, est née le à New York et morte le dans la même ville. Joan Rivers est l'une des plus célèbres animatrices de la télévision américaine (de 1980 à 2010) connue pour son humour controversé, par ailleurs c'est une productrice de télévision, une femme d'affaires, une écrivaine, une humoriste et une comédienne américaine. Elle se fait connaitre du public américain à partir de 1965, comme animatrice du The Tonight Show aux côtés de Johnny Carson. En 1986, elle crée, produit et anime son propre talk-show, The Late Show (en), sur le Fox Network, puis le The Joan Rivers Show (en). À partir de 1994, elle crée et produit divers shows et émissions de télévision avec sa fille Melissa Rivers (en).

Joan Rivers
Joan Rivers 2010 - David Shankbone.jpg
Biographie
Naissance
Décès
(à 81 ans)
New York
Période d'activité
1955-2014
Nom de naissance
Joan Alexandra Molinsky
Pseudonyme
Joan RiversVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Formation
Activité

Présentatrice et animatrice de télévision, humoriste, femmes d'affaire, documentariste, auteure,

comédienne occasionnelle
Père
Meyer C. Molinsky
Mère
Beatrice Grushman Molinsky
Fratrie
Barbara Waxler (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint

James Sanger (1958)

Edgar Rosenberg (1965-1987)
Enfant
Melissa Rivers
Autres informations
A travaillé pour

The Second City (troupe de théâtre), Candid Camera, National Broadcasting Company Fox Network, QVC, Entertainment Television

NBCUniversa
Domaine
Télévision, talk show
Religion
Parti politique
Membre de
Label
Site web
Distinctions
Œuvres principales

I Hate Everyone... Starting with Me,

The Life and Hard Times of Heidi Abromowitz
signature de Joan Rivers
signature

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Joan Alexandra Molinsky naît dans l'arrondissement new-yorkais de Brooklyn, elle est la fille cadette de Meyer C. Molinsky, un médecin, et de Beatrice Grushman Molinsky, tous les deux sont de confession juive et ont fui l'Union soviétique . Ses parents s'installent ensuite à Larchmont. Elle intègre Connecticut College (en), une université d'arts libéraux, puis poursuit ses études au Barnard College, elle y obtient en 1954 un Bachelor of Arts en littérature anglaise. Elle membre de la sororité Phi Beta Kappa, Elle est employée au département publicité de la chaîne de grands magasins Lord & Taylor, puis travaille pour Bond Clothing Stores (en)[1],[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8],[9],[10],[11].

Début de carrièreModifier

 
Le trio Jim, Jake and Joan, constitué de Jim Connell, Jake Holmes et Joan Rivers, vers 1960.

Contre l'avis de ses parents, elle décide d'entreprendre une carrière d'actrice. Elle tient de petits rôles dans des productions Off-Broadway. Pour subvenir à ses besoins, elle travaille comme intérimaire et écrit un spectacle de stand-up, qu'elle joue dans les clubs du quartier de Greenwich Village à la fin des années 1950[12]. Son agent artistique Tony Rivers lui suggère d'adopter un nom de scène, elle opte pour « Joan Rivers »[13],[14]. Au début des années 1960, le propriétaire du club The Bitter End (en)[15], qui doute de ses capacités à réussir en solo, lui présente Jim Connell et Jake Holmes et met sur pied un trio comique, baptisé Jim, Jake and Joan, sans rencontrer le succès[16]. En 1961, la jeune actrice rejoint la troupe The Second City à Chicago, ce qui lui permet de travailler l'improvisation théâtrale[17],[18]. Elle signe un contrat avec l'agent artistique Roy Silver. Grâce lui, Rivers écrit pour l'émission Candid Camera (en), ainsi que pour les humoristes Bob Newhart et Phyllis Diller[19].

TélévisionModifier

En 1965, Joan Rivers est invitée à se produire dans The Tonight Show, le talk-show de fin de soirée animé par Johnny Carson et diffusé sur le réseau NBC. Elle se fait connaître du grand public grâce à l'émission, où elle retourne à plusieurs reprises. Au cours des années 1980, elle remplace régulièrement l'animateur lorsque celui-ci s'absente de l'antenne. En 1986, Rivers obtient son propre talk-show sur le nouveau réseau américain Fox Network. The Late Show (en) est diffusé au même horaire que The Tonight Show, ce qui irrite Johnny Carson. L'animateur coupe les ponts avec Joan Rivers, et ne la réinvitera jamais plus dans son émission[20]. L'audience de The Late Show diminue rapidement et Fox renvoie Edgar Rosenberg, producteur de l'émission et second mari de Joan Rivers, puis se sépare de l'animatrice[21]. Elle fait son retour en 1989 avec The Joan Rivers Show, une émission diffusée en matinée par le réseau Fox jusqu'en 1993[22],[1].

À partir de 1990, Joan Rivers apparaît sur QVC, une chaîne du câble spécialisée dans le télé-achat sur laquelle elle présente sa propre collection de bijoux[23],[24]. En 1994, elle anime Can We Shop?[25], une émission de télé-achat diffusée en syndication[2]. Joan Rivers et sa fille Melissa (en) réalisent des interviews de célébrités lors des cérémonies de remise de prix, notamment les Emmy Awards. À partir de 1996, leur émission est diffusée par la chaîne Entertainment Television (E!), filiale de NBCUniversal[1]. Elle rassemble 1,6 million de téléspectateurs lors de sa dernière diffusion en 2003. L'année suivante, Rivers et sa fille signent un contrat de 8 millions de dollars et sont recrutées par TV Guide Channel (en) pour animer une émission similaire[26],[27]. En 2006, Joan Rivers conduit sa 1000e interview avant la 58e cérémonie des Primetime Emmy Awards (en). En 2009, elle participe à la 2de saison de The Celebrity Apprentice, l'émission de téléréalité de NBC animée par Donald Trump, et est déclarée vainqueur[28],[29]. À partir de , elle coanime l'émission hebdomadaire Fashion Police (en) sur la chaîne E!. En compagnie de Giuliana Rancic, Kelly Osbourne et George Kotsiopoulos (en)[30], elle critique les tenues vestimentaires des stars[31],[32],[33],[34]. À partir de , la chaîne WE tv diffuse Joan & Melissa: Joan Knows Best? (en), une émission de téléréalité mettant en scène Joan et Melissa Rivers[35]. La mère et la fille collaborent également sur la web-série In Bed with Joan (en), disponible sur YouTube depuis [36],[37].

La popularité de Joan Rivers culmine au milieu des années 1980, elle est alors la mieux payée parmi les personnalités du monde du spectacle se produisant dans les établissements du Las Vegas Strip[38],[39],[40].

ScèneModifier

Joan Rivers est l'une des librettistes de la comédie musicale Fun City, montée à Broadway en 1972 au Morosco Theatre (en)[41].

En 1988, elle remplace l'actrice Linda Lavin et reprend le rôle de Kate dans Broadway Bound (en), une pièce de Neil Simon montée au Broadhurst Theatre (en)[42],[43].

En 1994, Rivers est la co-auteure avec Erin Sanders et Lonny Price (en) de Sally Marr...and her escorts, monté au Hayes Theater (en)[44],[45],[46],[47]. Sa participation sur la scène lui vaut une nomination aux Tony Awards[48].

En 2008, elle joue dans Joan Rivers: A Work in Progress by a Life in Progress, dont elle est l'auteure[49],[50],[51],[52].

CinémaModifier

En 1968, Joan Rivers obtient un petit rôle dans le film Le Plongeon (The Swimmer) de Frank Perry[53] qui sera la première de ses apparitions marginales à l'écran.

En 1978, elle écrit et réalise la comédie Rabbit Test (en), dans laquelle l'acteur Billy Crystal tient le premier rôle[54].

Autres activitésModifier

En 2008, Ricki Stern et Annie Sundberg la suivent durant plusieurs mois afin de réaliser un film documentaire à son sujet, intitulé Joan Rivers: A Piece of Work (en)[55],[56]. Le film, dont la première a lieu en 2010 au festival du film de Sundance, est bien accueilli par la critique[57],[58].

Actions caritativesModifier

Pendant plus de vingt ans, Joan Rivers soutient l'organisation caritative God's Love We Deliver, qui fournit des repas gratuits aux résidents de New York atteints de maladies graves. Membre du conseil d'administration, elle a aidé à collecter les fonds nécessaires à la rénovation du siège de l'association. L'actrice distribue des repas avec des membres de sa famille, notamment à l'occasion de Thanksgiving. Après son décès une fondation qui porte son nom continue de soutenir God's Love We Deliver[59],[60].

OpinonsModifier

Joan Rivers est une républicaine et n'a jamais oublié ses racines juives, n'hésitant pas à utiliser son humour pour lancer des blagues juives maniant l'ironie plus ou moins acide[61],[62],[63],[64] et peut se montrer très acerbes contre les antisémites, ainsi suite au film La Passion du Christ, quand elle apprend que son réalisateur Mel Gibson a été condamné pour conduite en état d'ivresse elle dit He is an antisemitic son of a bitch. He should fucking die / cet antisémite est un fils de pute, qu'il crève cet enculé ! (sic)[11].

Vie personnelleModifier

Les grands-parents de Joan Rivers se sont installés aux États-Unis afin de fuir la révolution russe. En 1955, Rivers épouse James Sanger, dont elle a fait la connaissance alors qu'elle était employée par les magasins Bond Clothing Stores (en). Ils divorcent au bout de six mois[65]. Elle se remarie en 1965 avec Edgar Rosenberg (en), qui produit plusieurs de ses spectacles et show télévisés. Il est le père de Melissa Rivers (en), née en 1968. Rosenberg se suicide peu après son renvoi par NBC et est retrouvé mort dans un hôtel de Philadelphie en [66],[67].

L'actrice, qui déclare se trouver « laide », a fréquemment recours à la chirurgie esthétique[68] et aborde volontiers le sujet durant ses spectacles. Dans son livre Men Are Stupid… And They Like Big Boobs: A Woman's Guide to Beauty Through Plastic Surgery, paru en 2009[69], elle énumère les parties de son corps ayant été « refaites », dont ses lèvres, son nez, ses yeux et sa poitrine, et déclare se faire injecter du botox. Interrogée en 2012 par l'animateur Anderson Cooper, qui lui demande si le nombre d'interventions qu'elle a subies s'élève bien à 734, elle répond sur le ton de la plaisanterie : « Non, 739 ! »[70],[71].

Le , Joan Rivers est opérée des cordes vocales par un médecin de l'Upper East Side. Durant l'intervention, elle est victime d'un arrêt cardiaque. L'actrice est transportée au Mount Sinai Hospital, où les médecins la plongent dans un coma artificiel. Le State Health Department (en) lance une enquête à la suite de son décès, déclaré le [7],[12],[72],[73],[74].

Le , un service commémoratif se déroule au temple Emanu-El de New York, auquel sont invitées des personnalités du spectacle, de la mode et des médias, dont les acteurs Hugh Jackman et Alan Cumming, les actrices Sarah Jessica Parker et Whoopi Goldberg, l'humoriste Kathy Griffin, le styliste Michael Kors, les journalistes Barbara Walters et Diane Sawyer, ainsi que l'animateur Howard Stern, qui prononce l'éloge funèbre[75],[76].

Après la cérémonie funéraire, la dépouille de Joan Rivers a été incinérée, ses cendres ont été remises à des proches[77]

Prix et distinctions (sélection)Modifier

Discographie sélectiveModifier

  • 1965 : Mr. Phyllis and Other Funny Stories (genre : humour), label : Warner Bros,


ThéâtreModifier

  • 1972 : Fun City
  • 1988 : Broadway Bound
  • 1994 : Sally Marr... and her Escort

ŒuvresModifier

FilmographieModifier

 
Joan Rivers à l'hôtel The Pierre de New York, le 24 mai 2001.

CinémaModifier

CaméosModifier

Séries téléviséesModifier

TéléfilmModifier

VidéographieModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en-US) Amy Tikkanen,, « Joan Rivers | American entertainer », Encyclopedia Britannica,‎ (lire en ligne, consulté le 10 juin 2020)
  2. a b et c (en-US) « Rivers, Joan 1933- (Pepper January) | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 10 juin 2020)
  3. (en-US) « Groundbreaking comedian Joan Rivers '54 dies at 81 | Barnard College », sur barnard.edu (consulté le 10 juin 2020)
  4. (en) « A Look Back at the Life of Joan Rivers », sur Her Campus (consulté le 10 juin 2020)
  5. (en-US) « Comedian Joan Rivers dead at 81; attended Connecticut College in the 1950s », sur The Day, (consulté le 10 juin 2020)
  6. (en) Rodney Taveira, « Joan Rivers was many things – which will we remember her as? », sur The Conversation (consulté le 10 juin 2020)
  7. a et b (en-GB) Michael Carlson, « Joan Rivers obituary », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 10 juin 2020)
  8. (en-US) Chelsea Peng, « The 21 Most Iconic Photos of Joan Rivers », sur Marie Claire, (consulté le 10 juin 2020)
  9. (en-US) « Joan Rivers », sur Biography (consulté le 10 juin 2020)
  10. a b et c (en-US) « Joan Rivers Biography - life, family, children, name, story, wife, mother, old, born, college - Newsmakers Cumulation », sur www.notablebiographies.com (consulté le 10 juin 2020)
  11. a et b (en-US) « Joan Rivers’ Religion and Political Views », sur hollowverse.com (consulté le 10 juin 2020)
  12. a et b (en-US) Robert D. McFadden, « Joan Rivers, a Comic Stiletto Quick to Skewer, Is Dead at 81 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 10 juin 2020)
  13. (en-US) A. B. C. News, « 5 Things You Never Knew About Joan Rivers », sur ABC News (consulté le 10 juin 2020)
  14. « The Evening News - Recherche d'archives de Google Actualités », sur news.google.com (consulté le 10 juin 2020)
  15. (en-US) « Joan Rivers and the Rise of Women in Comedy », sur Time (consulté le 10 juin 2020)
  16. (en-US) « The Story of Joan Rivers: 24 Famous Friends From Dick Cavett to Donald Trump Construct Stunning Oral History for THR », sur The Hollywood Reporter (consulté le 10 juin 2020)
  17. (en-US) « Joan Rivers », sur The Second City (consulté le 10 juin 2020)
  18. (en-US) « Joan Rivers | Joan Rivers on Second City from Make 'Em Laugh | American Masters | PBS », sur American Masters, (consulté le 10 juin 2020)
  19. (en-US) Leslie Bennetts, « Joan Rivers’ Remarkable Rise to (and Devastating Fall from) Comedy’s Highest Ranks », sur Vanity Fair (consulté le 10 juin 2020)
  20. (en) « Joan Rivers: Why Johnny Carson "Never Ever Spoke to Me Again" », sur The Hollywood Reporter (consulté le 10 juin 2020)
  21. (en-US) Barbara Maranzani, « Inside Joan Rivers and Johnny Carson's Epic Falling Out », sur Biography (consulté le 10 juin 2020)
  22. « Decades welcomes 'The Joan Rivers Show' », sur Decades (consulté le 10 juin 2020)
  23. « Joan Rivers Classics Collection — Fashion - QVC.com », sur www.qvc.com (consulté le 10 juin 2020)
  24. (en-US) Natalie Robehmed, « The Curious Case Of Joan Rivers' QVC Line », sur Forbes (consulté le 10 juin 2020)
  25. (en-US) Facebook et Twitter, « Joan Rivers Asks, 'Can We Shop?' : Television: Stations find promise in celebrity-hosted home-shopping shows. », sur Los Angeles Times, (consulté le 10 juin 2020)
  26. (en-US) « TV Guide Channel Rolls out the Red Carpet for Joan and Melissa Rivers », sur www.businesswire.com, (consulté le 10 juin 2020)
  27. (en) « Joan Rivers | TV Guide », sur TVGuide.com (consulté le 10 juin 2020)
  28. (en-US) « Donald Trump - Joan Rivers' Appearance on The Celebrity Apprentice »
  29. (en-GB) MailOnline, « Joan Rivers' final ever TV appearance on Celebrity Apprentice revealed », sur Mail Online, (consulté le 10 juin 2020)
  30. « Joan Rivers Dead at 81: Comic Legend Passes Away After Being Taken Off Life Support », sur E! News, thu sep 04 12:01:00 pdt 2014 (consulté le 10 juin 2020)
  31. (en-US) « E! Finally Retires 'Fashion Police' », sur The Hollywood Reporter (consulté le 10 juin 2020)
  32. (en-US) Erin Jensen, « 'Fashion Police' co-hosts remember Joan Rivers in touching series finale », sur USA TODAY (consulté le 10 juin 2020)
  33. (en-US) Jon Caramanica, « Without Joan Rivers, ‘Fashion Police’ Is Falling Apart », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 10 juin 2020)
  34. (en-GB) Jack Seale, « Fashion Police: host Joan Rivers’ biggest zingers », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 10 juin 2020)
  35. (en-US) « Joan Rivers », sur WE tv (consulté le 10 juin 2020)
  36. (en-US) « Joan Rivers - New York Magazine », sur NYMag (consulté le 10 juin 2020)
  37. (en-US) « In Bed With Joan »
  38. (en-US) « Las Vegas Strip icon Frank Marino sheds Joan Rivers role », sur Las Vegas Review-Journal, (consulté le 10 juin 2020)
  39. (en-US) « Financial lessons I learned from comedian Joan Rivers », sur WTOP, (consulté le 10 juin 2020)
  40. (en-US) Aly Weisman, « Here's How Joan Rivers Pulled Herself Out Of A $37 Million Debt », sur Business Insider (consulté le 10 juin 2020)
  41. (en-US) The Broadway League, « Fun City – Broadway Play – Original | IBDB », sur www.ibdb.com (consulté le 10 juin 2020)
  42. « Broadway Bound – Broadway Play – Original | IBDB », sur www.ibdb.com (consulté le 10 juin 2020)
  43. (en-US) « Joan Rivers in BROADWAY BOUND? (Message Board) », sur www.broadwayworld.com (consulté le 10 juin 2020)
  44. (en-US) « Sally Marr...and her escorts – Broadway Play – Original | IBDB », sur www.ibdb.com (consulté le 10 juin 2020)
  45. « 'Sally Marr ... and her escorts,' Starring Joan Rivers, Opens on Broadway », sur AP NEWS (consulté le 10 juin 2020)
  46. (en-US) David Richards, « Review/Theater; Comic Survival In 'Sally Marr' », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 10 juin 2020)
  47. (en) Jeremy Gerard et Jeremy Gerard, « Sally Marr … and Her Escorts », sur Variety, (consulté le 10 juin 2020)
  48. (en-US) « Broadway Theaters Dimming Lights for Joan Rivers », sur The Hollywood Reporter (consulté le 10 juin 2020)
  49. (en-US) Bob Verini et Bob Verini, « Joan Rivers: A Work in Progress by a Life in Progress », sur Variety, (consulté le 10 juin 2020)
  50. (en-GB) Lyn Gardner, « Theatre preview: Joan Rivers - A Work In Progress By A Life In Progress, London », sur the Guardian, (consulté le 10 juin 2020)
  51. (en-US) « Joan Rivers: Outrageous and Outspoken as Ever », sur NPR.org (consulté le 10 juin 2020)
  52. (en) « Joan Rivers: A Work in Progress, Leicester Square Theatre, », sur The Independent, (consulté le 10 juin 2020)
  53. (en-US) « Revisiting the Disturbing Summer Movie 'The Swimmer', Fifty Years On », sur Film School Rejects, (consulté le 10 juin 2020)
  54. (en) Roger Ebert, « Rabbit Test movie review & film summary (1978) | Roger Ebert », sur https://www.rogerebert.com/ (consulté le 10 juin 2020)
  55. (en-US) Facebook et Twitter, « 'Joan Rivers: A Piece of Work' documentary stands as trenchant tribute », sur Los Angeles Times, (consulté le 10 juin 2020)
  56. (en-US) « 'Joan Rivers': Uncut And Unvarnished », sur NPR.org (consulté le 10 juin 2020)
  57. (en-US) « Joan Rivers: A Piece of Work – Roco Films » (consulté le 10 juin 2020)
  58. (en-US) « Joan Rivers: A Piece Of Work (2010) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 10 juin 2020)
  59. (en-US) God's Love We Deliver 166 Avenue of the Americas New York et NY 10013 Tel: 212 294 8100 Fax: fax212.294.8101, « The Joan Rivers Memorial Fund | God's Love We Deliver », sur www.glwd.org (consulté le 10 juin 2020)
  60. (en-US) amNY, « God’s Love We Deliver is back and cooking again in its gleaming new Spring St. building », sur amNewYork, (consulté le 10 juin 2020)
  61. (en-US) « AJHS | The Legacy of Joan Rivers », sur American Jewish Historical Society (consulté le 10 juin 2020)
  62. (en-US) Cathy Lynn Grossman, « Joan Rivers’ gift: Wicked humor with a Jewish touch », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  63. (en) « The 15 most outrageous Joan Rivers quotes ever », sur Haaretz.com (consulté le 10 juin 2020)
  64. (en-US) « Joan Rivers », sur My Jewish Learning (consulté le 10 juin 2020)
  65. (en-US) Kenya Foy, « 13 Things You Didn't Know About Joan Rivers », sur Bustle (consulté le 10 juin 2020)
  66. (en-US) Facebook et Twitter, « Edgar Rosenberg: The Public Ending of a Private Life : Suicide of Rivers' Husband Camw Without a Warning », sur Los Angeles Times, (consulté le 10 juin 2020)
  67. (en-US) Julia Felsenthal, « A New Biography Reveals the Agony and the Ecstasy of Joan Rivers », sur Vogue (consulté le 10 juin 2020)
  68. (en-US) « Joan Rivers had HOW MANY plastic surgery procedures? », sur NewsComAu, (consulté le 10 juin 2020)
  69. (en-US) Interview by Deborah Solomon, « Cutup », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 10 juin 2020)
  70. (en-US) « NY Daily News - We are currently unavailable in your region », sur www.tribpub.com (consulté le 10 juin 2020)
  71. (en) « Guess How Many Procedures Joan Rivers Has Had Done? », sur HuffPost, (consulté le 10 juin 2020)
  72. (en-US) Maria Puente, « Year after Joan Rivers' death, what changed? », sur USA TODAY (consulté le 10 juin 2020)
  73. (en) « Melissa Rivers Settles Medical Malpractice Lawsuit Over Joan Rivers' Death », sur The Hollywood Reporter (consulté le 10 juin 2020)
  74. (en-US) Emily Yahr, « What went wrong with Joan Rivers’s last medical procedure: lawsuit », sur The Washington Post, (consulté le 10 juin 2020)
  75. (en-US) James Barron, « At Joan Rivers’s Memorial, Celebrities, Cameras and Crowds », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 10 juin 2020)
  76. (en) « Joan Rivers Mourned at Manhattan Funeral », sur The Hollywood Reporter (consulté le 10 juin 2020)
  77. « Joan Rivers (1933-2014) - Mémorial Find a Grave », sur fr.findagrave.com (consulté le 10 juin 2020)
  78. (en-US) « Joan Rivers », sur Hollywood Walk of Fame, (consulté le 10 juin 2020)
  79. (en-US) « Why We Needed to Take Joan Rivers Less Seriously », sur Time (consulté le 10 juin 2020)
  80. (en) « Joan Rivers », sur latimes.com (consulté le 10 juin 2020)
  81. (en-US) « JOAN RIVERS: CAN WE TALK? – GRAMMY Museum » (consulté le 10 juin 2020)
  82. (en-US) « Joan Rivers », sur GRAMMY.com, (consulté le 10 juin 2020)
  83. (en-US) « Joan Rivers Wins Grammy for Best Spoken Word Album for “Diary of a Mad Diva” », sur NBC 7 San Diego (consulté le 10 juin 2020)


Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :