Ouvrir le menu principal

Gare d'Albertville

gare ferroviaire française
Ne doit pas être confondu avec Gare d'Albert.

Albertville
Image illustrative de l’article Gare d'Albertville
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Commune Albertville
Adresse 2, place de la Gare
73200 Albertville
Coordonnées géographiques 45° 40′ 24″ nord, 6° 23′ 00″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TGV, Thalys (l'hiver)
TER Auvergne-Rhône-Alpes
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Saint-Pierre-d'Albigny à Bourg-Saint-Maurice
Annecy à Albertville
Voies 4 (+ voies de service)
Quais 2 (dont un central)
Transit annuel 329 431 voyageurs (2017)[1]
Altitude 338 m
Historique
Mise en service
Correspondances
Autobus Lignes   1    2    3    4    5    6    7    8  
Cars Voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Albertville

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Auvergne-Rhône-Alpes)
Albertville

Géolocalisation sur la carte : Savoie

(Voir situation sur carte : Savoie)
Albertville

La gare d'Albertville est une gare ferroviaire française de la ligne de Saint-Pierre-d'Albigny à Bourg-Saint-Maurice (dite aussi ligne de la Tarentaise) et de la ligne d'Annecy à Albertville. Elle est située sur le territoire de la commune d'Albertville, dans le département de la Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle est mise en service en 1879 par la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM).

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains de grandes lignes (TGV) en saison d'hiver et en juillet – août, et par des trains express régionaux (TER Auvergne-Rhône-Alpes).

Sommaire

Situation ferroviaireModifier

 
Quais et voies de la gare en hiver.

Établie à 338 mètres d'altitude, la gare de bifurcation d'Albertville est située au point kilométrique (PK) 23,625 de la ligne de Saint-Pierre-d'Albigny à Bourg-Saint-Maurice entre les gares ouvertes de Frontenex et de Notre-Dame-de-Briançon. S'intercalent les gares fermées, de La Rachy-Gilly en direction de Frontenex, et de Tours-en-Savoie, La Bâthie, et Cevins en direction de Notre-Dame-de-Briançon[2].

Elle est également l'aboutissement, au PK 45,350, de la ligne d'Annecy à Albertville, partiellement fermée et déclassée.

Les trains qui effectuent des circulations sur la ligne de La Tarentaise doivent marquer un arrêt obligatoire dans la gare pour effectuer un tête à queue (déplacement de la locomotive d'une extrémité à l'autre du convoi) ou simplement changer de sens. La gare possède plusieurs quais: le quai 4 d'une longueur de 204 m, le quai A d'une longueur de 429 m, le quai B de 427 m, et le quai C mesure aussi 427 m. Ces trois derniers quais mesurent plus de 400 m, permettant ainsi la réception de TGV double l'hiver.

HistoireModifier

La gare d'Albertville est mise en service le par la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM), lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la voie unique de sa ligne de Saint-Pierre-d'Albigny à Albertville[3]

Le prolongement de la ligne jusqu'à la gare de Moûtiers-Salins-Brides-les-Bains est ouvert par le PLM le [4].

La voie unique de la ligne d'Annecy à Albertville est mise en service le par le PLM[5]. Le prolongement de la ligne principale jusqu'à Bourg-Saint-Maurice est ouvert le .

En 1938, la ligne d'Annecy à Albertville est partiellement fermée, seule la section d'Ugine à Albertville reste ouverte pour le transport des salariés des aciéries. Depuis 1953, cette section est utilisée uniquement pour des circulations de trains de marchandises, la section d'Annecy à Ugine, fermée et déposée, est devenue une piste cyclable[6].

 
La gare pendant les Jeux olympiques.

La gare est modernisée pour les Jeux olympiques d'hiver d'Albertville en 1992, période où elle accueillit de nombreux trains spéciaux.

Service des voyageursModifier

AccueilModifier

Gare SNCF elle dispose d'un bâtiment voyageurs avec guichet ouvert tous les jours, une salle d'attente et des automates pour l'achat des titres de transport TER. On trouve également un service objets trouvés[7].

DesserteModifier

Albertville est pendant la saison d'hiver desservie par des trains grandes lignes issus de divers pays européens, qu'ilS soient TGV ou Thalys, les voyageurs rejoignant ensuite divers stations de sports d'hiver.

Toute l'année, c'est une gare régionale desservie par des trains TER Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle est également desservie par le TGV sur la liaison Bourg-Saint-Maurice - Paris-Gare-de-Lyon en période estivale (juillet et août), à raison d'un aller-retour le samedi.

IntermodalitéModifier

La gare est un pôle multimodal avec consigne à vélos, parking[7], gare routière et arrêts de bus. Elle est en effet desservie par toutes les lignes du réseau de bus urbain de l’agglomération, les Transports Région Arlysère, dont elle est le point central, mais aussi par quatre lignes du réseau départemental (A1 à A4), Belle Savoie Express, et une ligne du réseau de cars haut-savoyards (51), Lihsa, qui relie Albertville à la préfecture du département voisin, Annecy.

Service des marchandisesModifier

Cette gare est ouverte au service FRET (code 741645)[8]. Cette gare est uniquement ouverte au train massif, et comprend une Installation terminale embranchée[9]. Elle possède également des voies de service la rendant ouverte au service Infrastructure de la SNCF.

Notes et référencesModifier

  1. SNCF, « Fréquentation en gares », sur ressources.data.sncf.com (consulté le 3 avril 2019)
  2. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0), « [899] St-Pierre-d'Albigny - Bourg-St-Maurice », p. 177.
  3. Georges Jenny, 2010, p. 32-33
  4. Georges Jenny, 2010, p. 38
  5. Georges Jenny, 2010, p. 42
  6. Georges Jenny, 2010, p. 86
  7. a et b Site SNCF TER Rhône-Alpes, Informations pratiques sur les gares et arrêts : Gare d'Albertville lire en ligne (consulté le )
  8. Site Fret SNCF : la gare d'Albertville.
  9. Site rff.fr, Document de référence du réseau : annexe 7.4 - 2013[1]

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jean-Chaintreau, Jean Cuynat et Georges Mathieu, Les Chemins de fer du PLM, éditions La Vie du Rail et La Régordanne, 1993,
  • Georges Jenny, Chambéry, une gare pour les voyageurs, un dépôt pour ses locomotives, une histoire, , 149 p. (lire en ligne), p. 32-33, 38, 42 et 86.

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier


Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Amsterdam-Central
ou Bruxelles-Midi
Chambéry - Challes-les-Eaux Thalys
(saisonnier : l'hiver)
Moûtiers - Salins - Brides-les-Bains Bourg-Saint-Maurice
Paris-Gare-de-Lyon Chambéry - Challes-les-Eaux TGV Moûtiers - Salins - Brides-les-Bains Bourg-Saint-Maurice
Lille-Europe
ou Lille-Flandres
Chambéry - Challes-les-Eaux TGV
(saisonnier : l'hiver)
Moûtiers - Salins - Brides-les-Bains Bourg-Saint-Maurice
Lyon-Part-Dieu
ou Aix-les-Bains-Le Revard
Chambéry - Challes-les-Eaux TER Auvergne-Rhône-Alpes Moûtiers - Salins - Brides-les-Bains Bourg-Saint-Maurice
Chambéry - Challes-les-Eaux Frontenex TER Auvergne-Rhône-Alpes Terminus
ou Notre-Dame-de-Briançon
Terminus
ou Bourg-Saint-Maurice