Frontières de l'Ukraine

La frontière de l'Ukraine est la frontière internationale du territoire de l'Ukraine. Selon l'article 1 de la loi ukrainienne sur la frontière d'État, il s'agit d'« une ligne et un espace vertical correspondant à cette ligne, qui définissent la frontière du territoire de l'Ukraine sur et sous la terre, l'eau et l'espace aérien »[1].

Carte de l'Ukraine
Emblème des Gardes frontières Ukrainien
Panneau routier de la frontière Ukrainienne
Monument marquant le tripoint avec la Hongrie et la Roumanie sur le banc de sable de la rivière Tur.

La protection de la frontière d'État de l'Ukraine est assurée par le Service national des gardes-frontières d'Ukraine (à la surface de la Terre) et les Forces armées de l'Ukraine (dans les airs et sous l'eau). La frontière a été officiellement établie par la loi ukrainienne « sur la succession légale de l'Ukraine » du 12 septembre 1991 et « sur la frontière d'État de l'Ukraine » du 4 novembre 1991[1].

Le 1er janvier 2018, l'Ukraine a introduit des contrôles biométriques pour les Russes entrant dans le pays[2]. Le 22 mars 2018, le président ukrainien Petro Poroshenko a signé un décret exigeant que les citoyens russes et « les personnes sans nationalité, originaires de pays à risque de migration » (sans plus de détails), « d'informer à l'avance les autorités ukrainiennes de la raison de leur voyage en Ukraine »[2].

Caractéristique GénéralesModifier

 
La frontière Roumanie-Ukraine près de Siret
 
Borne frontière ukrainienne

L'Ukraine a des frontières avec 7 pays : Pologne, Slovaquie, Hongrie, Roumanie, Moldavie, Biélorussie et Russie. La longueur totale de la frontière ukrainienne est de 6 992,98 km[3]. Avec la Russie, la Biélorussie et la Moldavie, républiques de l'ancienne Union soviétique les frontières n'étaient pas précisément délimitées sur le terrain, étant jusqu'en 1991 des limites administratives internes de l'URSS : de ce fait, elles n'ont pas été ratifiées internationalement et des points de litige subsistent en dépit du Mémorandum de Budapest de 1994 assurant que ses signataires (Fédération de Russie, États-Unis d'Amérique et Royaume-Uni) respecteraient les frontières existantes de l'Ukraine.

Certains litiges ne sont pas seulement frontaliers mais concernent le statut de territoires entiers, comme :

Frontières avec d'autres étatsModifier

Sur terre, la frontière ukrainienne avec les pays suivants a une longueur de 5 637,98 km2 sans enclaves ni exclaves de part ou d'autre.

Pays Longueurs
Biélorussie 975.2 km dont 325.9 km fluviaux (Dniepr)[4]
Russie (de jure) 2063 km dont 1974.04 km terrestres et 321 km maritime[5]
Moldavie 1222 km dont 267 km fluviaux (Dniestr) et dont 452 avec la République moldave pridniéstrienne autoproclamée[6]
Union Européenne
(1 390,74 km
surveillés par la Frontex)
Pologne 542.39 km dont 187.3km fluviaux (Boug occidental, San)[7]
Slovaquie 97.85 km dont 2.3 km fluviaux (Tisa)[8]
Hongrie 136.7 km dont 85.1 km fluviaux (Tur, Tisa)[9]
Roumanie 613.8 km dont 292.2 km fluviaux (Tur, Tisa, Prut, Danube) et 33 km maritimes (Mer Noire)[10]

L'Ukraine s'étend sur le Sud de la zone d'exclusion de Tchernobyl d'où la population a été évacuée et qui est entourée de points de contrôle comme une frontière. Le Nord de la zone d'exclusion est en Biélorussie.

Litiges terrestresModifier

CriméeModifier

Le statut de la Crimée et de la ville de Sébastopol est actuellement en litige entre la Russie et l'Ukraine; L'Ukraine et la majorité de la communauté internationale considèrent la Crimée comme une république autonome d'Ukraine et Sébastopol comme l'une des villes à statut spécial, tandis que la Russie, d'autre part, considère la Crimée comme un sujet de la fédération de Russie et Sébastopol comme l'une des trois villes fédérales de la Russie depuis la annexion de la Crimée en mars 2014 par la Russie[11],[12]. Depuis 1991, la Russie loue également la base navale de Sébastopol avec un bail actuel qui s'étend jusqu'aux années 2040 avec une option pour une autre extension, la Douma russe a approuvé la dénonciation de ces contrats de location à l'unanimité par 433 députés le 31 mars 2014[13].

DonbassModifier

La Russie n'a ni reconnu, ni déclaré sujet de la fédération de Russie le Donbass aux mains des sécessionnistes pro-russes : il n'y a donc, de jure, pas de litige frontalier dans cette région, et c'est donc seulement de facto et dans le contexte de la guerre du Donbass que les forces pro-russes en contrôlent une partie[14],[15]. Le , l'armée ukrainienne tente de répliquer et progresse en juin et juillet dans l'Est du pays avant d'être stoppée, pour finalement reculer face aux séparatistes que la Russie, pays frontalier, est accusée de soutenir militairement en y menant une guerre hybride[16],[17],[18],[19].

Frontières et litiges maritimesModifier

La frontière sud de l'Ukraine en mer Noire est la limite des eaux territoriales ukrainiennes. L'Ukraine a des frontières maritimes avec la Roumanie au Sud-Ouest et la Russie au Sud-Est, les deux étant l'objet de litiges.

Au Sud-Ouest, la frontière entre la Roumanie et l'Ukraine s'étend sur une distance de 33 km avec un petit litige dans le golfe de Musura. Les eaux territoriales ukrainiennes comprennent l'île des Serpents prise en 1948 par l'URSS à la République populaire de Roumanie et dont la Roumanie a demandé restitution de 1991 jusqu'au traité frontalier roumano-ukrainien de Constanza en 1997, lorsqu'elle y a renoncé, la zone économique exclusive (ZEE) de l'île ayant été partagée le par la Cour internationale de justice[20].

Beaucoup plus lourd, et toujours pas réglé, est le litige russo-ukrainien au Sud et au Sud-Est, autour de la Crimée et du détroit de Kertch[21],[22]: de facto, depuis l'annexion de la péninsule de Crimée par la Russie en 2014, la frontière maritime non-officielle de facto de l'Ukraine avec la Russie dans le golfe de Karkinit est de seulement 276 km au lieu de 1 355 km dont 1 056,5 km en mer Noire et 298,5 km en mer d'Azov, et la superficie de la zone économique exclusive de l'Ukraine est de seulement 22 224 km2, au lieu de 72 658 km2 de jure en mer Noire et mer d'Azov.

RéférencesModifier

  1. a et b « Law of Ukraine on the State Border of Ukraine », sur gov.ua.
  2. a et b (en) « Kiev tightens requirements for Russians travelling to Ukraine », sur Reuters.
  3. General characteristics of the Ukrainian border at the State Border Guard of Ukraine website
  4. La frontière entre la Biélorussie et l'Ukraine correspond globalement avec les revendications de 1918-1920 de la République populaire ukrainienne, mais n'a été tracée sur le terrain (marécageux et peu peuplé) qu'entre 1922 et 1924, au sein de l'Union des républiques socialistes soviétiques, et a été remaniée à plusieurs reprises jusqu'en 1946.
  5. La frontière entre la Russie et l'Ukraine a été tracée sur le terrain entre 1922 et 1938, avec une grosse modification en 1954 lorsque Nikita Khrouchtchev rattacha la Crimée à l'Ukraine au sein de l'Union des républiques socialistes soviétiques.
  6. La frontière entre la Moldavie et l'Ukraine date de la Seconde Guerre mondiale et a connu trois versions :
  7. La Frontière entre la Pologne et l'Ukraine a été tracée en application des accords de Potdam en août 1945 et validée par le Traité de paix de Paris de 1947 : elle est sensiblement différente des versions antérieures, telles que la ligne Curzon de 1919 ou la ligne de partage des protocoles secrets du pacte germano-soviétique d'août 1940.
  8. La frontière entre la Slovaquie et l'Ukraine a été tracée en 1945 lors de l'annexion soviétique de la Ruthénie subcarpatique en 1945 : elle a été validée comme frontière soviéto-tchécoslovaque par le Traité de paix de Paris de 1947.
  9. La frontière entre la Hongrie et l'Ukraine, initialement hungaro-tchécoslovaque, a été tracée en 1919 par la commission internationale « Lord » sous les auspices du géographe français Emmanuel de Martonne, et est devenue hungaro-soviétique par l'annexion soviétique de la Ruthénie subcarpatique en 1945 : elle a été validée par le Traité de paix de Paris de 1947.
  10. La frontière entre la Roumanie et l'Ukraine a été tracée en application des protocoles secrets du pacte germano-soviétique en août 1940 et validée par le Traité de paix de Paris de 1947, puis modifiée en faveur de l'URSS en février 1948.
  11. Steve Gutterman, « Signes de Poutine Traité de Crimée, ne saisira pas les autres régions d'Ukraine », Reuters.com (consulté le )
  12. co.uk/news/world-middle-east-26248275 Chronologie de la crise en Ukraine, BBC News
  13. State La Douma approuve la dénonciation des accords russo-ukrainiens sur la flotte de la mer Noire, ITAR-TASS (31 mars 2014)
  14. (en) « Armed pro-Russian insurgents in Luhansk say they are ready for police raid », Kyiv Post, 12 avril 2014.
  15. (en) « Ukraine leader asks for UN peacekeepers in restive east of country », Yahoo! News, 14 avril 2014.
  16. « La présence de soldats russes dans l'est de l'Ukraine inquiète », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  17. « Ukraine : la Russie toujours accusée de fournir des armes aux séparatistes », sur Le Monde.fr, (ISSN 1950-6244, consulté le )
  18. (en) « Senior Official Warns Security Council of Dangerous Escalation in Ukraine, Citing ‘Deeply Alarming Reports of Russian Military Involvement’ », sur un.org,
  19. (en) « Putin’s Undeclared War: Summer 2014 – Russian Artillery Strikes against Ukraine. », sur bellingcat.com, (consulté le )
  20. Dépêche sur le site du Tageblatt
  21. Pierre Haffner, Chronique de Russie : bataille navale en mer d’Azov, Médiapart du 25 novembre 2018, [1]
  22. Lucille Laurent et Justine Gadon-Ferreira, Mer d’Azov : premier affrontement ouvert entre l’Ukraine et la Russie depuis l’annexion de la Crimée, [2], [3], [4], [5], [6].