François Richardot

François Richardot
François Richardot.jpg
Fonctions
Évêque d'Arras
à partir du
Évêque auxiliaire (en)
Archidiocèse de Besançon
à partir du
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Ordre religieux
Blason évêque fr François Richardot (Arras).svg
Blason

François Richardot (Morey[1], 1507 - Arras, 26 juillet 1574[2]) théologien, religieux de l'ordre des Augustins, chanoine de Besançon de 1546 à 1554, évêque d'Arras de 1561 à 1574 et confesseur de Marguerite de Parme. Il fut l'un des hommes d'Église de Franche-Comté qui fit sa carrière sous la protection de la famille Granvelle.

BiographieModifier

Francois Richardot est né en 1507 dans une famille noble d'origine champenoise[3], à Morey dans l'actuelle Haute-Saône[4] et non à Morey en Saône-et-Loire, comme il est parfois mentionné. Il a quatre frères (Pierre, Nicolas, Jean et Guillaume) et son père est Berthod Richardot, un notable du village. Son frère aîné Pierre deviendra chanoine puis official de Besançon, Jean sera avocat et Guillaume procureur de Morey[5]. Les Richardot sont parents avec l'évêque Philibert de Rye et le diplomate Simon Renard[3].

Très jeune il intègre l'ordre des Augustins à Champlitte[6] ou il est initié aux lettres; il sera même nommé prévôt du Chapitre de la ville. Vers 22 ans il est envoyé à Paris, étudier la théologie à l'université ou il obtient facilement son doctorat[5]. Il devient d'abord professeur de théologie dans la ville de Tournay avant de revenir rapidement sur Paris. Il y enseigne pendant plusieurs années puis quitte subitement la ville, vraisemblablement à la suite d'accusations d'hérésie[5].

Le 4 septembre 1546, il devient chanoine de Besançon[6]. Il enseigne également la théologie au collège Grandvelle de Besançon au coté de son ami Hugues Babet[7]. Il est nommé évêque titulaire de Nicopolis le 12 septembre 1554. Vers 1556, il est l’assistant de l'évêque d'Arras Antoine Perrenot de Granvelle, évêque suffragant. Il prêche en 1558 le sermon aux funérailles de l'empereur Charles Quint, de Marie de Hongrie, d'Éléonore de Habsbourg et de Marie Tudor[8].

Alors qu’il est destiné à l'Office, en 1561, quand Granvelle devint archevêque de Malines il est nommé évêque d'Arras et ce jusqu’en 1574. Il prêche également le sermon lors de l'inauguration en 1562 de l'Université de Douai ou il fut l'un des prédicateurs sous la protection de Philippe II d'Espagne et sous l'inspiration du Concile de Trente.

Il a été l’un des conciliateurs dans les luttes religieuses aux Pays-Bas.

François Richardot et son frère Pierre, étaient liés et amis avec l'humaniste comtois Gilbert Cousin dont certaines correspondances ont été conservées[9]

Il est également l'oncle de Jean Richardot.

OuvragesModifier

  • Le Sermon funèbre fait devant le Roy par messire François Richardot,... aux obsèques et funérailles du Très grand... Empereur Charles cinquième... autre sermon funèbre... par icelluy Richardot aus obsèques de la... royne.., Anvers, Christofle Plantin, , 58 p. (lire en ligne sur Gallica).
  • Quatre sermons du sacrement de l'autel, faictz et prononcez publicquement à Arras, par Messire Françoys Richardot ... Item ung sermon des images faict à Armentiere par ledict Sieur Evesque, Louvain, Jean Bogart, , 184 p. (lire en ligne).
  • Discours tenu entre Messire Françoys Richardot ... & ung prisonnier, au lieu de Douay, sur aulcuns pricipaux poinctz de la religion. Recuilly & mis au net par ledict Sieur Evesque, Louvain, Jean Bogart, , 128 p. (lire en ligne).
  • La Reigle et guide des curez et vicaires, Bordeaux, Simon Millanges, , 35 p..
  • (la) Prediche del reu. mons. Francesco Riccardotto .. sopra il sacramento dell'altare da lui predicate ..., con vna predica del medesimo sopra le imagini delle chiese in difesa della fede cattolica, Florence, Bartolomeo Sermartelli, , 197 p. (lire en ligne).

ArmoiriesModifier

"D'azur à deux palmes d'or passées en sautoir, accompagnées de quatre étoiles de même"[10]

Notes et référencesModifier

  1. Memoires de l'academie imperiale et royale des sciences et belles-lettres de Bruxelles, I. L. de Boubers, (lire en ligne)
  2. Gilbert Cousin de Nozeroy Gilbert Cousin, La Franche-Comté au milieu du XVIe siècle: ou, Description de la Haute ..., L. Declume, (lire en ligne)
  3. a et b Pierre-Philippe Grappin, Almanach historique de Besançon et de la Franche-Comté pour l'année 1785...., de l'imprimerie de Jacques-François Couché, (lire en ligne)
  4. Louis Suchaux, Galerie biographique du département de la Haute-Saône, Typographie de A. Suchaux, (lire en ligne)
  5. a b et c Francois Richardot, Slatkine (lire en ligne)
  6. a et b Gilbert Cousin de Nozeroy Gilbert Cousin, La Franche-Comté au milieu du XVIe siècle: ou, Description de la Haute ..., L. Declume, (lire en ligne)
  7. Girod-Novillars, Essai historique sur quelques gens de lettres nés dans le comté de Bourgogne, avec une notice de leurs écrits, imprimerie de Félix Charmet, (lire en ligne)
  8. Alexandre Henne, Histoire du règne de Charles-Quint en Belgique, p. 300; Théodore Juste (1860), Histoire de la révolution des Pays-Bas sous Philippe II, p. 111.
  9. Gilbert (1506-1572) Auteur du texte Cousin, Description de la Franche-Comté / par Gilbert Cousin... ; trad. pour la première fois et accompagnée de notes par M. Achille Chéreau,..., (lire en ligne)
  10. R. de Auteur du texte Lurion, Nobiliaire de Franche-Comté , par R. de Lurion, (lire en ligne)