Ouvrir le menu principal

Fontenoy (Yonne)

commune française du département de l'Yonne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontenoy.

Fontenoy
Fontenoy (Yonne)
La mairie et le monument aux morts.
Blason de Fontenoy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Canton Vincelles
Intercommunalité Communauté de communes de Puisaye-Forterre
Maire
Mandat
Michel Garraud
2014-2020
Code postal 89520
Code commune 89179
Démographie
Population
municipale
294 hab. (2016 en diminution de 8,41 % par rapport à 2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 38′ 59″ nord, 3° 18′ 28″ est
Altitude Min. 213 m
Max. 307 m
Superficie 15,90 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
Fontenoy

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Fontenoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontenoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontenoy

Fontenoy est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté. Ses habitants sont appelés les Putifontains.

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

  Fontaines Lalande  
N Levis
Sementron
O    Fontenoy    E
S
Saints-en-Puisaye Lain

ToponymieModifier

On rencontre aussi parfois les appellations Fontanet et Fontenoy-en-Puisaye pour dénommer la commune de Fontenoy[1].

HistoireModifier

La vallée de « Solemé » (hameau de Solmet), orientée nord-sud au sud-est de Fontenoy, est jonchée de tuiles et de briques antiques et contient de très nombreux vestiges d'habitations gallo-romaines. Ces villae sont visibles grâce à la photographie aérienne[2] et possèdent les caractéristiques suivantes : hypocaustes, colonnes, statues, enduits muraux intérieurs décorés, moulures, bijoux, vases et multiples autres objets dont nombre sont porteurs d'une certaine recherche d'élégance, et cimetière sur le versant est. Les médailles retrouvées dans cet ensemble le datent des IIIe et IVe siècles. Les plus anciennes pièces trouvées lors de fouilles non exhaustives remontent à Trajan (empereur de 98 à 117), les plus récentes à Gratien (empereur de 367 à 383). Ce gros village a clairement été détruit par le feu. De nombreux ossements humains sont mélangés aux vestiges du village, sans sépulture. À moins de 4 km de Saints-en-Puisaye, anciennement Coucy-les-Saints, où saint Prix et ses compagnons furent massacrés sous le règne et par les ordres d'Aurélien (270-275). Presque deux siècles plus tard en 451, ayant levé le siège d'Orléans, Attila en route pour son échec aux champs Catalauniques près de Troyes serait passé par Solemé et l'aurait ravagée[3].

Au Ve siècle saint Germain donne la terre de Fontenoy au monastère Saint-Côme d'Auxerre. Les moines du couvent de Saint-Bonnet en exploitent une autre partie[3].

En 596 le règlement de saint Aunaire, 18e évêque d'Auxerre (572-605), inclut le monastère de Fontenoy dans son règlement de célébrations liturgiques[4].

La bataille de Fontenoy[5] s'y déroula le , opposant les trois fils de Louis Ier le Pieux. Lothaire Ier y fut vaincu par Charles Le Chauve et Louis le Germanique, aboutissant au serment de Strasbourg en 842, puis au traité de Verdun en 843.

Article détaillé : Bataille de Fontenoy-en-Puisaye.

ÉconomieModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2016, la commune comptait 294 habitants[Note 1], en diminution de 8,41 % par rapport à 2011 (Yonne : -0,56 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
712569697804811780783814864
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
866872834755748811780703688
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
716665633539545499502495431
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
455409320308301301318319299
2016 - - - - - - - -
294--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2001 En cours Michel Garaud[10]    

Culture et patrimoineModifier

 
L'obélisque de Fontenoy commémorant la bataille éponyme.

Lieux et monumentsModifier

HéraldiqueModifier

Article détaillé : Armorial des communes de l'Yonne.

Mi-parti : au premier d'or à l'aigle bicéphale de sable, becquée et membrée de gueules, au second d'azur semé de fleurs de lys aussi d'or ; au lambel de quatre pendants d'argent, chaque pendant chargé d'une épée de sable, brochant en chef sur le tout.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, vol. 1, Ch. Delagrave, 1878, p. 1057
  2. Bataille 1992, p. 28
  3. a et b Etude historique sur la vallée de Solemé, Annuaire historique de l'Yonne, 1853, p. 289.
  4. Jean Lebeuf (abbé), Mémoires concernant l’histoire ecclésiastique et civile d’Auxerre..., vol. 1, Auxerre, Perriquet, , 886 p. (lire en ligne), p. 118.
  5. http://fontanetum841.com.
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 24 décembre 2013.
  11. Créé en 1972 à l'initiative de Jean-Louis Vetter et Fernand Rolland, artistes locaux autodidactes, centre repris à leur mort par Ghislaine Vetter. Source : Xavier Lauprêtre, La Puisaye-Forterre, terre d'accueil des artistes, revue « Pays de Bourgogne » n° 224 de février 2010, pp. 34-36.
  12. Cyclorail de Puisaye-Forterre.

AnnexeModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Alain Bataille, Pascal Dibie, Jean-Pierre Fontaine, Jean-Charles Guillaume, Jean-Paul Moreau, Ferdinand Pavy, Line Skorka, Gérard Taverdet et Marcel Vigreux (préf. Henri de Raincourt), Yonne., Paris, Editions Bonneton, (ISBN 2-86253-124-3)

Liens externesModifier