Famille de Montalembert

La famille de Montalembert est une famille subsistante de la noblesse française, d'extraction médiévale, originaire d'Angoumois. Sa filiation est prouvée et suivie depuis 1317. Elle a formé de nombreuses branches, dont certaines se développèrent en Saintonge, en Poitou, et en Guyenne. Seules subsistent au XXIe siècle la branche de Cers et la branche d'Essé, dont le point de jonction remonte au début du XVe siècle. La famille de Montalembert a donné des généraux, un évêque, un ambassadeur, deux pairs de France, un académicien, et des hommes politiques aux XIXe et XXe siècles.

Montalembert
Image illustrative de l’article Famille de Montalembert
Armes

Blasonnement D'argent, à la croix ancrée de sable
Branches Essé
Vaux
Cers
Période XIVe siècle - XXIe siècle
Pays ou province d’origine drapeau de l'Angoumois Angoumois
Demeures Château de Lassay
Château de La Pierre
Château de Brigode
Château Montalembert
Château d'Épanvilliers
Château d’Aubigny
Château de Hauterive
Château de la Cueille
Charges Pair de France
Diplomates
Députés
Sénateur
Maires
Conseiller général
Fonctions militaires Lieutenant général
Maréchal de camp
Fonctions ecclésiastiques Évêque de Montauban
Récompenses militaires Ordre de Saint-Michel
Ordre royal et militaire de Saint-Louis
Ordre national de la Légion d'honneur
Preuves de noblesse
Admis aux honneurs de la Cour Oui

Histoire

modifier

Origine

modifier
 
blason et devise

La famille de Montalembert (de Monte Aramberti dans les titres en latin) tire son nom de la seigneurie de Montalembert, en Angoumois, dans le ressort de la baronnie de Ruffec[1]. Sa filiation est prouvée et suivie depuis 1317[2]. La devise de la famille est « ferrum fero, ferro feror » (je porte le fer, le fer me porte)[1].

Sous l'Ancien Régime

modifier

Elle a compté un chevalier de l'ordre de Saint Jean de Jérusalem au XVIe siècle.

Au XVIIIe siècle, elle fut admise cinq fois aux honneurs de la Cour. Le généalogiste des ordres du Roi, Bernard Chérin, a pu écrire à leur sujet : « la maison de Montalembert a pris son nom d'une terre située en Angoumois. Elle s'est partagée depuis longtemps en diverses branches qui se sont répandues en Poitou et Saintonge, et en Agenois, et qui, toutes, ont soutenu la pureté de leur origine par des services militaires, par des alliances avec les premières races de ces provinces, et par des possessions considérables »[4].

Époque moderne et contemporaine

modifier

Deux "Marc-René" de Montalembert

modifier

Dans la famille de Montalembert, il y a deux homonymes nés tous les deux au XVIIIe siècle. Tous les deux portent le prénom "Marc-René".

Il y a tout d'abord Marc-René (1714-1800), « marquis » de Montalembert, maréchal de camp, lieutenant général en Saintonge et Angoumois, membre de l'Académie des sciences, général de division sous le Directoire. Son épouse, Marie-Joséphine de Comarieu (1760-1832), « marquise » de Montalembert, salonnière, femme de lettres[5]. Né à Angoulême, il fut aussi un ingénieur qui mit en place des forges à canons en Angoumois, et contribua à la création de la fonderie de Ruelle. Il ne fut pas inquiété à la Révolution.

 
Famille Montalembert, seconde branche de Cers

Son neveu, s'appelle également Marc-René (1777-1831), « baron » puis « comte » de Montalembert. C'est le fils de Jean-Charles, « baron » de Montalembert (sl) (1757 – 1810), officier des chevau-légers de la garde du roi à Versailles; et de Marthe-Joséphine de Comarieu (1756 – 1808), sœur de Marie-Joséphine de Comarieu, l'épouse du « marquis » de Montalembert[6]. Son grand-père paternel est Pierre de Montalembert, seigneur de Cers (1714 – 1757), chevalier de Saint-Louis, et sa grand-mère paternelle est Charlotte Chassin de Thierry[7]. En 1792, à l'avènement de la République, Marc-René s'engage dans l'Armée des émigrés, puis dans la cavalerie britannique. Officier à l'armée de Condé, ministre plénipotentiaire à Stuttgart puis ambassadeur de France au Danemark (1819-1820) puis en Suède (1827-1829), pair de France. En 1808, il épouse Élise Rosée Forbes (1788 - 1839), d'une vieille famille protestante écossaise ; elle est la fille de James Forbes, explorateur en Inde et en Afrique, savant et artiste[8].

Descendance

modifier

De l'union entre Marc-René, Comte de Montalembert et de Élise Rosée Forbes, sont nés trois enfants. Deux fils et une fille. Leur fille, Élisabeth-Rosalie-Clara, née en 1814 est décédée à l'âge de 15 ans.

Le fils aîné, Charles de Montalembert (1810-1870), « comte » de Montalembert, journaliste, historien et homme politique, théoricien du catholicisme libéral, pair de France, député monarchiste de 1848 à 1857, membre de l'Académie française. Il se marie avec Anna de Mérode. De l'union de Charles de Montalembert avec Anna de Mérode sont issues quatre filles, dont descendance :

  • Élisabeth (1837-1913), épouse de Camille de Meaux (1830-1907), homme politique français, ministre de l'agriculture puis du commerce en 1876-1877 ;
  • Catherine (1841-1926), religieuse du Sacré Cœur[9], supérieure à Marmoutier, Laval, Nantes, Besançon, Lille, la Vicairie d'Autriche et Bruxelles puis assistante générale à Rome[10] ;
  • Madeleine (1849-1920), épouse de François de Hemricourt de Grunne (1850-1926), général belge, dont l'une des filles, Anne de Hemricourt de Grunne (1883-1971), épouse André de Montalembert (1880-1975) ;
  • Thérèse Généreuse (1855-1924).

Le deuxième fils, Charles-Marc-Arthur (1812-1859), comte de Montalembert, marié à Valentine de Rochechouart (1825-1907), il a été page du roi Charles X en 1829, élève de l'école militaire de Saint-Cyr. De leur union est né Geoffroy de Montalembert (1850-1926), député de 1889 à 1906 et Alix de Montalembert, mère de Pierre de Lupel[11].

Geoffroy de Montalembert (1850-1926), fut maire d’Annappes, conseiller général et député. Il épouse Marie-Thérèse de Maurès de Malartic de Brigode (1857-1913). Ensemble, ils ont eu un fils, lui-même investi en politique : Geoffroy de Montalembert (1898 - 1993) : maire, député (1936-1942) puis sénateur (1946-1993) de Seine-Maritime, et devint le doyen d'âge du Sénat jusqu'à son décès en 1993.

La famille de Montalembert a été admise à l'Association d'entraide de la noblesse française en 1945.

L'après-guerre

modifier

Généalogie

modifier
  • Pierre de Montalembert (1714 – 1757), et Charlotte Chassin de Thierry
    • Marc-René (1714-1800) et Marie-Joséphine de Comarieu
    • Jean-Charles, baron de Montalembert et Marthe-Joséphine de Comarieu
      • Marc-René (1777-1831), Comte de Montalembert et Élise Rosée Forbes
        • Charles de Montalembert (1810-1870), épouse Anna de Mérode
          • Élisabeth (1837-1913) épouse Camille de Meaux (1830-1907)
          • Catherine (1841-1926) religieuse et supérieure du Sacré Cœur
          • Madeleine (1849-1920) épouse du comte François de Hemricourt de Grunne (1850-1926)
          • Thérèse Généreuse (1855-1924)
        • Charles-Marc-Arthur (1812-1859), comte de Montalembert, marié à Valentine de Rochechouart (1825-1907)
        • Elisabeth-Rosalie-Clara (1814 - 1829), décédée à l'âge de 15 ans.

Galerie de portraits

modifier

Châteaux & demeures

modifier
  • Hôtel Montalembert, à Angoulême[12], a été habité par Marc-René de Montalembert. Il le vend en 1787, et ses armes furent grattées du porche sous la Révolution.
  • Logis de Saint-Amant-de-Bonnieure, à Saint-Amant-de-Bonnieure, acquis en 1780 par le « marquis » Pierre de Montalembert et abrite aujourd'hui la mairie de la commune.
  • château de Montalembert (Doubs), propriété de la famille de Mérode puis Montalembert par mariage. La famille de Montalembert n'a pas de lien historique avec le château Montalembert, à Maîche (Doubs). Ce château a pris son nom actuel en 1870, après le décès de Charles de Montalembert qui avait épousé en août 1836 Anna de Mérode, héritière du château[13]. Charles de Montalembert y effectua de nombreux séjours entre 1857 et 1868.
  • Château de La Roche-en-Brenil, en Côte-d'Or acquis en 1841 par Charles de Montalembert, il appartient aujourd’hui encore à l’un de ses descendants.
  • Villa Gabrielle, à Annappes, propriété Brigode puis Montalembert par mariage. En 1965, Geoffroy de Montalembert en fait don à une congrégation.
  • Château de Lassay, à Lassay-les-Châteaux entré dans la famille par le mariage en 1875 du comte de Montalembert avec une fille du marquis de Beauchesne (Guesdon). Mariage qui apporta aussi les châteaux du Coudray à Saint-Denis du Maine et de la Roche-Talbot à Souvigné sur Sarthe[14].
  • La famille possédait le château de la Cueille, près de Poncin (Ain). Henriette de Gaulle se marie avec Philippe de Gaulle fils du Général dans ce château en 1947[15].
  • Baron-pair de France (20 février 1818), confirmé le 20 janvier 1820[16].

La famille de Montalembert porte des titres de courtoisie de marquis et comte de Montalembert[17].
Régis Valette ne mentionne que le titre de baron de 1818 pour cette famille dans son ouvrage Catalogue de la noblesse française subsistante[18].

  Blasonnement :
D'argent, à la croix ancrée de sable[2]

Alliances

modifier

Les principales alliances de la famille de Montalembert sont : de La Rochefoucauld, de Commarque (1712), de Touchebœuf, Murat, Boscal de Réals, de Tryon, du Plessis-Richelieu, de Saint-Exupéry, La Roche-Aymon, du Puy du Fou, Forbes (1808), de Meaux, de Rochechouart, d'Ursel, Lefèvre d'Ormesson, d'Anthenaise, Hurault de Vibraye, de Virieu, Bidé de Maurville, de Cacqueray, de Pierre de Bernis-Calvière, Le Gardeur de Tilly, du Passage, Thibaut de La Rochethulon, Delamarre de Monchaux, Galitzine, Chassin de Thierry, Tyrel de Poix, de Merode (1836), de Hemricourt de Grunne (1873), de Wendel (1929), de Liedekerke (1949), de Vasselot de Régné (1951), Balsan (1971), de La Forest Divonne (1983 et 1990), de Gaulle (1947), etc.

Notes et références

modifier
  1. a et b Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles 1833, p. 139.
  2. a et b Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, Paris, Éditions Robert Laffont, , 414 p. (ISBN 978-2-221-10875-8)
  3. Histoire merveilleuse de seur Allis de Thesieux, religieuse de Sainct-Pierre de Lyon, (BNF 30967634, lire en ligne)
  4. François Bluche, Les Honneurs de la Cour, tome 2, Paris, Cahiers nobles n°11, , p. 24
  5. Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles 1833, p. 23 à 27 : XV Marc-René Marquis de Montalembert.
  6. Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles 1833, p. 32 : XVI Jean-Charles.
  7. Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles 1833, p. 31 : XV Pierre de Montalembert de Cers.
  8. Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles 1833, p. 33 à 35 : XVII Marc-René-Anne-Marie.
  9. Félix Dupanloup, Paroles prononcées par Mgr Dupanloup en donnant le voile à Mlle Catherine de Montalembert, au noviciat du Sacré-Coeur de Conflans le 26 octobre 1863, Paris, impr. de V. Goupy, (BNF 30378047)
  10. Mary Catherine Fitzpatrick 1935.
  11. Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles 1833, p. 35.
  12. Comité de quartier du Vieil Angoulême, « Hôtel Montalembert », (consulté le )
  13. Jean-Michel Blanchot, Pages d'histoire de la franche-montagne, t.2, Maîche, Jardins de mémoire, , 180 p. (ISBN 2-9513708-2-2), p. 110, 114 et 120
  14. Kristell Le Gall, « Lassay-les-Châteaux. Un château en héritage pour la famille Montalembert », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  15. Michel Ronger, « Quand le Général de Gaulle visitait la commune », Le Progrès,‎ (lire en ligne)
  16. Dictionnaire de la noblesse française, 1975, page 728.
  17. Charondas, À quel titre?, Les Cahiers nobles, 1970, page 38.
  18. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française subsistante, Robert Laffont, 2007, page 141.

Voir aussi

modifier

Bibliographie

modifier

Ouvrages sur la famille de Montalembert

modifier
  • Georges Martin, Histoire et généalogie de la Maison de Montalembert, Lyon, , 2e éd. (1re éd. 1988) (BNF 45392721)
  • Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France : des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume et des maisons princières de l'Europe, précédée de la généalogie de la maison de France, t. 12, Paris, (BNF 30279778, lire en ligne), « De Montalembert », p. 139 - 202

Biographie des membres de la famille

modifier
  • David Bellamy, Geoffroy de Montalembert (1898-1993) : Un aristocrate en République, Rennes, PUR, coll. « Histoire », (BNF 40196603)
  • Madeleine Lassère, Montalembert : Dieu, l'amour et la liberté (biographie), Paris, L'Harmattan, (BNF 41467050)
  • Marguerite Castillon du Perron, Montalembert et l'Europe de son temps, Paris, François-Xavier de Guibert, coll. « Histoire essentielle », (BNF 42173237)
  • Mary Catherine Fitzpatrick, Vie De La Reverende Mere De Montalembert (Master's These - Master of Arts - French Department), Loyola University Chicago, (présentation en ligne, lire en ligne)

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier