Ouvrir le menu principal

Fabrice Goldstein

producteur de cinéma‎ français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Goldstein.
Fabrice Goldstein
Naissance
Paris, Drapeau de la France France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Producteur de cinéma
Films notables Le Nom des gens
Rien de personnel
Vilaine
J'me sens pas belle
Le Mozart des pickpockets

Fabrice Goldstein est un producteur de cinéma français. Il a produit ou coproduit près d'une quarantaine de courts-métrages et films dont plusieurs ont été récompensés[1],[2],[3]. Il travaille avec Antoine Rein et Antoine Gandaubert au sein de Karé Productions.

Sommaire

BiographieModifier

Après une prépa HEC il poursuit ses études à l'ESSEC à Cergy-Pontoise où il devient le président du Cinéclub[4]. Il est diplômé en 1995[5]. Il rejoint en tant que chargé de production la société Millimages, l'une des sociétés de production et de distribution leader dans le secteur de l'animation jeunesse française et européenne[4]. Puis, un jour il passe des entretiens pour travailler dans le conseil en stratégie mais les questions qu'on lui pose, lui montrent qu'il ne souhaite pas poursuivre dans cette voie[4]. Il se lance alors dans la production. Il rejoint Antoine Rein et codéveloppe avec lui la société Karé Productions[4].

Il connait un premier succès avec J'me sens pas belle. Mais c'est Le Mozart des pickpockets qui lui donne une réelle notoriété[4]. Ce court métrage français réalisé par Philippe Pollet-Villard en 2006 est le premier qui a gagné en 2008 l'Oscar du meilleur court-métrage de fiction ainsi que le César du meilleur court-métrage. Il enchaine ensuite plusieurs films à succès[6] dont Le Nom des gens qui obtient deux Césars à la 36e cérémonie des César en 2011 : le César du meilleur scénario original et le César de la meilleure actrice pour Sara Forestier.

Il a travaillé avec de nombreux réalisateurs : Bernard Jeanjean, Cyril Gelblat, Jean-Patrick Benes, Allan Mauduit, Michel Leclerc, Julien Rambaldi, Hugues Martin, Martin Valente. Il en a d'ailleurs fait connaître certains. Par ailleurs, à travers ses films, il travaillé avec de nombreux acteurs, essentiellement français : Marina Foïs, Julien Boisselier, Richard Berry, Judith Godrèche, Miou-Miou, Charles Berling, Giovanna Mezzogiorno, Marilou Berry, Jean-Pierre Darroussin, Sara Forestier, Jacques Gamblin, Denis Podalydès, Marc Lavoine, Léa Drucker, Grégoire Leprince-Ringuet, Gérard Jugnot, François Berléand, Jamie Bamber, Olivia Ruiz...

Fabrice Goldstein vit à Paris ; il vit en couple et a deux enfants.

Approche cinématographiqueModifier

Fabrice Goldstein aime traiter en comédies des sujets habituellement délaissés par ce genre[4]. Dans l'ensemble de son œuvre, Fabrice Goldstein aborde de nombreux thèmes difficiles de notre époque, avec une grande sensibilité et une réelle empathie pour les minorités et les plus faibles, rappelant par certains côtés l'écrivain Stefan Zweig. Il aborde entre autres :

Avec Antoine Rein, ils parlent volontiers de films à mi-chemin et souhaitent éviter d'être catalogués[4].

« Ce que j’ai aimé, au fur et à mesure du développement du scénario, c’est la difficulté à classer le film. A la lecture de certains passages, il était difficile de savoir à l’avance s’il s’agirait d’une comédie foncièrement méchante, dans la lignée de celles de Chatiliez. Finalement, le film est nourri de multiples influences tout en affichant sa propre singularité. Si on est quelquefois dans l’incorrect, le côté cartoon et BD tempère le ton. C’est le cas de la scène de baston entre Aurore et Mélanie : on pouvait l’imaginer très premier degré, mais à l’écran elle fonctionne différemment, en jouant sur un subtil décalage. »

— Fabrice Goldstein, Interview de Cinemotions lors de la sortie de Vilaine - 2008[7]

« En fait, lorsqu'on est face à des gros producteurs, on a un peu l'impression d'être des producteurs de gauche qui font du cinéma un peu différent. Et quand on est face à des producteurs qui font du cinéma ultramilitant, d'être de dangereux impérialistes. »

— Fabrice Goldstein et Antoine Rein, Interview de Michel Leclerc du Nouvel Observateur & Téléobs - Mai 2011[4]

FilmographieModifier

Longs métragesModifier

Courts métragesModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier