Ouvrir le menu principal

La Lutte des classes (film)

film de Michel Leclerc sorti en 2019
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lutte des classes (homonymie).
La Lutte des classes
Réalisation Michel Leclerc
Scénario Michel Leclerc
Baya Kasmi
Acteurs principaux
Sociétés de production Karé Productions
France 2 Cinéma
UGC
Orange Studio
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie dramatique
Sortie 2019

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Lutte des classes est une comédie dramatique française réalisée par Michel Leclerc sorti en 2019[1].

Sommaire

SynopsisModifier

Sofia, brillante avocate, est en couple avec Paul, batteur du groupe de punk rock Amadeus 77. Leurs caractères s'opposent également, car elle est plutôt du genre rangé, tandis que son compagnon a toujours gardé ses convictions anarchistes. Leur fils Corentin, surnommé Coco, fréquente l'école publique la plus proche de chez eux ; mais quand ses petits camarades partent tous pour l'Institut Saint-Benoît, une école catholique, il se retrouve tout seul et veut les y rejoindre.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

ProductionModifier

AccueilModifier

La Lutte des classes

Score cumulé
SiteNote
Allociné 
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Télérama 
Première 
CinéSéries 

Le film reçoit d'assez bon retours, avec une note moyenne de 3,6 sur AlloCiné.

Télérama est conquis « un scénario à l’humour malin »[2]. Première et CinéSéries le sont un petit peu moins mais restent satisfaits : « il se dégage du film quelque chose de sympathique, une noirceur aussi, qui finit par toucher »[3] ; « drôle, audacieux et politique »[4].

ThématiquesModifier

Dans la ville de Bagnolet, le fils de Sofia et Paul voit ses copains de classe quitter l’école primaire publique pour l'établissement privé attenant, au nom d’une éducation supposée meilleure. Les parents se trouvent tiraillés face au dilemme entre le respect de la carte scolaire au nom de leurs idéaux de mixité sociale et l'envie du recours à une école privée[5].

ControverseModifier

En juillet 2019, Gogol Premier, chanteur de punk, attaque les producteurs du film au motif d'une utilisation abusive d'images de concerts dans le film, ainsi que pour plagiat de son titre-phare J'encule[6].

Notes et référencesModifier

  1. Pascal, « Bande-annonce de La lutte des classes, avec Leïla Bekhti, Edouard Baer, Ramzy Bedia », leblogtvnews.com,‎ (lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  2. « La Lutte des classes de Michel Leclerc - (2019) - Film - Comédie » (consulté le 18 avril 2019)
  3. « La Lutte des classes », sur Premiere.fr (consulté le 18 avril 2019)
  4. « Critique de La lutte des classes (Film, 2019) », sur CinéSéries, (consulté le 18 avril 2019)
  5. Christophe Lehousse, « Michel Leclerc-Baya Kasmi : Un max de mix », sur seinesaintdenis.fr, (consulté le 23 mars 2019)
  6. Céline Carez, « Le chanteur punk Gogol Premier attaque le film La lutte des classes », sur Le Parisien, (consulté le 31 juillet 2019).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Nathalie Chifflet, « Les petits et grands bobos de l'école », Le Républicain lorrain, Groupe Républicain Lorrain Communication, Woippy, 3 avril 2019, p.21, (ISSN 0397-0639)
  • Propos recueillis par Nathalie Chifflet, « Michel Leclerc, réalisateur : Si on ne fait pas gaffe, l'école s'écroule », Ibidem
  • Olivier De Bruyn, « La Lutte des classes », Positif, no 698, Paris, Institut Lumière/Actes Sud , avril 2019, p. 53, (ISSN 0048-4911)

Liens externesModifier