Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lionnet.
Félix Lionnet
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Maître

Félix Lionnet, né le à La Châtaigneraie[1] en Vendée et mort le à La Châtaigneraie[2], est un artiste-peintre.

Sommaire

BiographieModifier

Les premières annéesModifier

Son acte de naissance nous apprend que son père, Félix Lionnet, était marchand orfèvre demeurant à La Châtaigneraie et que sa mère s’appelait Marthe Clémentine Lebel[1].

Fils unique, Félix Lionnet est issu d’une famille de notables, son père était maître orfèvre à La Châtaigneraie et sa mère était issue d’une famille de propriétaires de biens.

Son grand-père paternel était chirurgien à Mouilleron-en-Pareds, commune voisine. La Révolution l’a obligé à s’éloigner. Au décès de sa jeune épouse, il confia son fils unique au régent de l’école et partit s’embarquer à Rochefort en 1804. Chirurgien attaché à la marine, il participa aux batailles navales, dont celle fameuse de Trafalgar. En 1810, il débarqua à Port Louis, sur l’île Maurice et ne revint jamais au pays.

Félix Lionnet est orphelin de père à dix ans, sa mère quitte alors La Châtaigneraie pour Nantes afin qu'il poursuive ses études.

Artiste-peintreModifier

 
Paysage, Cour à Capri, 1864. Musée des Beaux-Arts de Nantes.

Une fois les études de son fils achevées, elle retourne à La Châtaigneraie et s’installe dans une maison sur la route de Fontenay-le-Comte. Félix Lionnet poursuit sa route, son goût très vif pour le dessin le conduit chez le peintre nantais Fortin, qui l’envoie comme élève chez Corot à Paris. Félix Lionnet devient un peintre paysagiste dans les pas de l’école de Barbizon, prônant la réalité de la nature comme motif.

En 1857, Corot envoie Félix Lionnet en Italie pour qu’il s’attache au dessin et aux valeurs de tons. Il est reçu à Rome par Edgar Degas. Il travaille le soir, à l’Académie de France installée à la villa Médicis à Rome. Durant ces sept années d’études, le dessin à partir du modèle vivant et la copie des maîtres feront de Lionnet un peintre académique de talent, aux côtés de ses condisciples Gustave Moreau, Degas, Jules-Elie Delaunay, Léon Bonnat...

Durant ces mêmes années, il voyage également beaucoup[3] : Venise, Florence, Naples, Pompéi, Capri, Athènes, Constantinople, Beyrouth, Damas, Le Caire, Carthage... Son journal rassemble les souvenirs de ses voyages en Italie et au Proche-Orient.

Le sculpteur Henri Chapu réalise en 1862 un médaillon en bronze avec le portrait de Félix Lionnet, conservé au musée d'Orsay[4].

Il expose au Salon des artistes de 1864 à 1869[5],[6].

Félix Lionnet est de retour à La Châtaigneraie le 9 mars 1865 et il se marie le 28 avril 1868 à Cheffois, commune voisine, avec Marie-Louise Rousseau[7]. Ils ont un fils en 1869, Félix Léon Jean Baptiste[8]. Ce dernier mourra en 1887 à 18 ans[9].

La famille Lionnet achète en mars 1873 un terrain pour construire une maison, terrain situé au carrefour du Pavillon à La Châtaigneraie.

La vie publique occupe également Félix Lionnet. Fin 1870 il est maire nommé pendant cinq mois. Il est ensuite élu adjoint pendant dix années, de 1882 à 1892.

Il ne manque pas non plus de recevoir ses amis artistes de Paris et de Nantes, connus lors de ses voyages en Italie et en Orient. Seul ou avec ses amis, il peint chaque jour sa maison et la campagne vendéenne jusqu’à Noirmoutier et l’île d’Yeu. Il expose régulièrement à Nantes, Rennes et Angers.

Félix Lionnet meurt à La Châtaigneraie à l’âge de 64 ans de la maladie de langueur qui l’avait frappé, mais qui lui laissa jusqu’au dernier moment toute son intelligence.

Sa femme meurt le 17 août 1936, à l’âge de 87 ans. Veuve pendant 40 ans, elle a su rendre hommage à l’artiste qu’était son mari. Elle a fait don de plusieurs œuvres au musée de Nantes et a transmis le journal de voyage dans sa succession. La maison du peintre Lionnet à La Châtaigneraie est inscrite, le décor intérieur étant inspiré des voyages du peintre, aux monuments historiques depuis 2007[10]. Une rue porte également son nom.

À La Châtaigneraie une association est créée en juin 2009 « Association des Amis de Félix Lionnet » afin de « rechercher, tenir l’inventaire et faire connaître les œuvres et les écrits de Félix Lionnet (1832-1896), artiste peintre, élève de Corot, maître de la peinture de son temps et grand voyageur au XIXe siècle, né à La Châtaigneraie et ancien maire de cette commune où il a résidé[11] »,[12].

La vie de Félix Lionnet et de sa famille fait l'objet d'un développement important dans le libre d'Edward Duyker, historien australien, Mauritian heritage : an anthology of the Lionnet, Commins, and related families[13].

ŒuvresModifier

  • ND - Campagne romaine, Musée des beaux-arts de Nantes[14]
  • ND - Études pompéiennes, musée des beaux-arts de Nantes[15]
  • ND - Via Tiburtine, musée des beaux-arts de Nantes[16]
  • ND - Villa Terrassine, musée des beaux-arts de Nantes[17]
  • ND - Vue de Naples, musée des beaux-arts de Nantes[18]
  • 1860 - Vue de l'ile de Capri, musée municipal de La Roche-sur-Yon[19]
  • 1863 - Le Forum, musée municipal de La Roche-sur-Yon[20]
  • 1863 - Paysage, musée des beaux-arts de Nantes[21]
  • 1864 (salon) - Une rue à Sonnino[6]
  • 1864 - Paysage, musée des beaux-arts de Nantes[22]
  • 1864 - Souvenir de Capri, musée des beaux-arts de Nantes[23]

Notes et référencesModifier

  1. a et b Archives numérisées de la Vendée, Naissances, Mariages, Décès (La Châtaigneraie) 1823-1832, registre AD2E059/8, acte no 78 en date du 17 décembre 1832
  2. Archives numérisées de la Vendée, Décès (La Châtaigneraie) 1884-1897, registre AD2E059/20, acte en date du 11 novembre 1896
  3. Félix Lionnet : un peintre grand voyageur au XIe siècle, Cercle d'histoire et d'études locales de La Chataigneraie, 2004 (ISBN 2-9522783-0-X) (notice BnF no FRBNF39249262)
  4. (fr) « notice », sur www.musee-orsay.fr
  5. (fr) « notice artiste », sur www.musee-orsay.fr
  6. a et b (fr) « Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, et lithographie des artistes vivants exposés au Grand palais des Champs-Élysées - Société des artistes français. 1864 », sur books.google.fr
  7. Archives numérisées de la Vendée, Mariages (Cheffois) 1855-1869, registre AD2E067/9-10-11, acte no 1 en date du 28 avril 1868
  8. Archives numérisées de la Vendée, Naissances (La Châtaigneraie) 1855-1869, registre AD2E059/12-13-14, acte no 1 en date du 27 janvier 1869
  9. Archives numérisées de la Vendée, Décès (La Châtaigneraie) 1884-1897, registre AD2E059/20, acte no 39 en date du 13 septembre 1887
  10. « Maison du peintre Félix Lionnet », notice no PA85000032, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. (fr) « Présentation de Félix Lionnet et de l'association », sur felixlionnet.canalblog.com
  12. Déclaration à la sous-préfecture de Fontenay-le-Comte de l'Association des amis de Félix Lionnet le 24 juin 2009 - No d'annonce 1758, Journal Officiel du 4 juillet 2009
  13. (en) « Mauritian heritage : an anthology of the Lionnet, Commins, and related families / edited by Edward Duyker Australian Mauritian Research Group, Ferntree Gully, Vic., Australia 1986 », sur nla.gov.au
  14. Notice no 07430006138, base Joconde, ministère français de la Culture
  15. Notice no 07430004015, base Joconde, ministère français de la Culture
  16. Notice no 07430006140, base Joconde, ministère français de la Culture
  17. Notice no 07430006139, base Joconde, ministère français de la Culture
  18. Notice no 07430004016, base Joconde, ministère français de la Culture
  19. Notice no 000PE024380, base Joconde, ministère français de la Culture
  20. Notice no 000PE024379, base Joconde, ministère français de la Culture
  21. Notice no 07430004012, base Joconde, ministère français de la Culture
  22. Notice no 07430004014, base Joconde, ministère français de la Culture
  23. Notice no 07430004013, base Joconde, ministère français de la Culture