Ouvrir le menu principal

Fédération politique réformatrice
(nl) Reformatorische Politieke Federatie
Présentation
Fondation
Disparition
Fusionné dans Union chrétienne
Idéologie Traditionalisme[1]

La Fédération politique réformatrice (en néerlandais : Reformatorische Politieke Federatie, RPF) est un petit parti politique néo-calviniste traditionaliste ayant existé de 1975 à 2001.

Sommaire

HistoireModifier

La RPF est fondée en 1975 par la fusion de trois groupements chrétiens traditionalistes :

  • une scission du Parti antirévolutionnaire (ARP) ;
  • l'Union nationale évangéliste, un petit parti formée par d'anciens membres de l'ARP ;
  • des comités électoraux indépendants.

Les fondateurs s'opposent alors à la fusion des protestants de l'ARP et de l'Union chrétienne historique avec le Parti populaire catholique, pour former l'Appel chrétien-démocrate (CDA) ; les catholiques et les protestants ayant vécu une forme de guerre froide durant la période de la pilarisation.

La RPF se fixe alors comme but de rassembler également les autres partis protestants, la Ligue politique réformée (GPV) et le Parti politique réformé (SGP).

Toutefois lors des élections législatives de 1977 la RPF ne remporte aucun siège, mais en remporte deux lors de celles de 1981. Entre 1981 et 2002 elle remporte à chaque élection de un à trois sièges. Elle gagne aussi des sièges au Sénat, mais demeure au sein de l'opposition tout au long de son existence.

 
Couvertures de Alert, le magazine de l'organisation de jeunesse du RPF.

En 1996 le leader de la RPF, Leen van Dijke, se retrouve sous le feu des critiques lorsque le magazine Nieuwe Revu lui attribue des propos tenus lors d'une interview : « Pourquoi le fait que certains volent, par exemple en commettant des fraudes aux aides sociales, serait moins un péché que de ne pas respecter le septième commandement ? Oui, pourquoi quelqu'un entretenant une relation homosexuelle serait mieux qu'un voleur ? »[2]. Il est condamné en 2000 à payer une amende de 300 Florins et à s'excuser publiquement[3], avant d'être blanchi l'année suivante, la Haute cour considérant que les propos de van Dijke avaient été tenus sur la base de ses convictions religieuses[4]. Cette affaire a été considérée par la RPF comme un test pour la liberté de religion des chrétiens[4].

À partir de 1998 la RPF et la GPV opèrent un rapprochement au Parlement, après avoir à plusieurs reprises présenté des candidatures communes lors des élections européennes. Ce rapprochement est facilité par l'ouverture du GPV à des membres d'autres dénominations protestantes que les Églises réformées aux Pays-Bas (libérées) (en)[5]. En 2000, les deux formations se fondent au sein de l'Union chrétienne (CU).

IdéologieModifier

Pour la RPF la société devrait être organisée selon les normes et les valeurs de la Bible. Les différents politiques avec la GPV et le SGP, les deux autres partis protestants conservateurs, sont marginaux et sont essentiellement d'ordre théologique.

La RPF défend la monarchie néerlandaise un gouvernement fort dans les domaines économiques et environnementaux. Elle s'oppose à l'avortement, à l'euthanasie et au mariage homosexuel.

Au niveau international la Fédération est comparable à la droite chrétienne américaine et aux petits partis protestants de Scandinavie, comme le Parti populaire chrétien norvégien ou les Chrétiens-démocrates suédois et danois. La RPF n'a jamais pris part à une coalition gouvernementale, et préféré adopté la posture de « parti de témoignage » (beginselpartij).

DirigeantsModifier

Résultats électorauxModifier

Élections législativesModifier

Année Voix % Sièges Rang Gouvernement
1977 53 220 0,6
0 / 150
12e
1981 108 364 1,2
2 / 150
9e Opposition
1982 124 235 1,5
2 / 150
9e Opposition
1986 83 582 0,9
1 / 150
9e Opposition
1989 85 231 1,0
1 / 150
8e Opposition
1994 158 705 1,8
2 / 150
8e Opposition
1998 174 593 2,0
3 / 150
7e Opposition

Parlement européenModifier

Année % Voix Mandats Rang Groupe
1984[A 1] 5,21 275 786
0 / 25
5e
1989[A 1] 5,91 309 060
0 / 25
6e
1994[A 1] 7,81 322 793
1 / 38
5e EN/I-EN
1999[A 2] 8,74 309 612
1 / 31
5e EDD

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. a b et c Liste commune avec la Ligue politique réformée (0 siège) et le Parti politique réformé (un siège).
  2. Liste commune avec la Ligue politique réformée (un siège) et le Parti politique réformé (un siège).

RéférencesModifier

  1. Xavier Mabille, « Les résultats des élections européennes de juin 1984 », Courrier hebdomadaire du CRISP, vol. 18, no 1043,‎ (lire en ligne, consulté le 6 février 2015).
  2. (nl) « Kamer kritiseert uitspraak homo's », sur nrc.nl, .
  3. (en) Sam Cherribi, In the House of War: Dutch Islam Observed, Oxford University Press, , 290 p. (ISBN 978-0199971855, lire en ligne), p. 145.
  4. a et b (en) James Eglinton et George Harinck, Neo-Calvinism and the French Revolution, Bloomsbury T&T Clark, , 224 p. (ISBN 978-0567656636, lire en ligne), p. 123.
  5. (en) Joop W. Koopmans, Historical Dictionary of the Netherlands, Scarecrow Press, , 392 p. (ISBN 978-0810856271, lire en ligne), p. 72.