Ouvrir le menu principal

Ewa Paradies

gardienne SS de camp de concentration
Article général Pour un article plus général, voir Procès du Stutthof.
Ewa Paradies
Biskupia Gorka executions - 4 - Becker, Paradies (left to right).jpg
Exécutions à Biskupia Gorka : Ewa Paradies sur le plateau du camion s'entretenant avec un aumônier.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 25 ans)
GdańskVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Condamnée pour

Ewa Paradies (17 décembre 1920 - 4 juillet 1946) était gardienne SS de camp de concentration. Ewa Paradies est née à Lauenburg, Poméranie (actuellement Lębork, Pologne), au no 100 de la Neuendorferstrasse. Elle appartenait à la religion réformée et n'était pas mariée. En 1935, elle quitta l'école et occupa divers emplois à Wuppertal, Erfurt et Lauenburg.[réf. nécessaire]

Sommaire

Biographie sommaireModifier

En août 1944 elle se rendit au camp du Stutthof SK-III pour y être formée comme Aufseherin. Elle acheva sa formation et devint une matonne (gardienne de prison). En octobre 1944, elle fut réaffectée au sous-camp de Bromberg-Ost (Stutthof). En janvier 1945, elle revient au camp principal du Stutthof.

En avril 1945, elle accompagne un des derniers convois de femmes prisonnières au sous-camp de Lauenburg. Lors de cette évacuation en avril 1945 elle tua de nombreux prisonniers. Elle déserte et s'enfuit.

Après la guerreModifier

En mai 1945, elle est retrouvée et arrêtée par la police polonaise à Lębork. Au procès de Stutthof (Sztutowo), plusieurs rescapés témoignèrent des sévices de Paradies. L'une déclara à la Cour : « Elle força un groupe de femmes prisonnières, au plus fort de l'hiver, à se déshabiller. Puis elle leur versa de l'eau sur le corps. Si elles bougeaient, elle [Paradies] les battait. » Pendant le procès du Stutthof, Paradies vociféra et plaida pour sa vie. Paradies fut reconnue coupable de meurtre et condamnée à la peine de mort.

 
Ewa Paradies pendue.

Ewa Paradies fut pendue en public à Biskupia Górka près de Gdańsk, en même temps que les 10 autres condamnés à mort (six hommes : le sous-officier et commandant des gardiens SS Johann Pauls, cinq kapos et les quatre autres femmes (voir ci après)). Les condamnés furent amenés en camion sous les gibets dressés sur la colline devant une foule nombreuse. Avant son exécution, elle reçut, assise sur le plateau du camion, la visite d'un pasteur. Puis, pieds et poings liés, elle fut cravatée par un nœud coulant, juchée sur un tabouret et le camion démarra, la jetant dans le vide[1]. Elle sera la dernière à être projetée dans le vide et aura eu tout le loisir de voir sa compagne Jenny-Wanda Barkmann située à sa gauche se débattre violemment en suffoquant. Elle avait 25 ans.

Autres accusées du camp de StutthofModifier

Dans l'ordre de leur suspension aux potences, de gauche vers le centre :

SourcesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Life of debauchery », Prison guards female hanged 1946 (consulté le 11 mai 2012).

Liens externesModifier