Ouvrir le menu principal

Edmond de Martimprey

personnalité politique française
Edmond-Louis-Marie de Martimprey
Fonction
Député du Nord
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 43 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Homme politique, militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Autres informations
Parti politique
Distinction
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Martimprey.

Edmond-Louis-Marie, comte de Martimprey, né le à Paris, ville où il est mort le en son domicile dans le 8e arrondissement[1] au 182 Bd Hausman, est un homme politique français.

Sommaire

BiographieModifier

Fils du général Edmond-Charles de Martimprey et gendre de Jules Brabant, il se destina à la carrière des armes. Sorti de l'École de Saint-Cyr en 1870, il fut envoyé dans un régiment de cavalerie de l'armée de Metz, prit part aux combats de Gravelotte et de Saint-Privat, fut fait lieutenant sur le champ de bataille, et, prisonnier en Allemagne en vertu de la capitulation, revint en France après six mois de captivité. Après avoir été capitaine d'état-major du général de La Hayrie à Reims, il rentra dans la vie civile, et, en 1876, s'associa avec son beau-père dans la direction d'un grand établissement à Cambrai.

Porté, aux élections générales du 4 octobre 1885, sur la liste conservatrice du département du Nord, il fut élu député. Il prit place à droite, combattit la politique scolaire et coloniale des ministères républicains, vota contre l'expulsion des princes, pour la surtaxe des céréales et des bestiaux, parla contre la loi militaire, demanda des explications au gouvernement sur les accidents des torpilleurs 102 et 110, et se prononça, dans la dernière session, contre le rétablissement du scrutin d'arrondissement, pour l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution, contre les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes, contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse, contre les poursuites contre le général Boulanger.

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

Article connexeModifier

Lien externeModifier