Ouvrir le menu principal

Edme Jeaurat

graveur et marchand d'estampes
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeaurat.
Edme Jeaurat
Peasant Woman from Around Ferrara MET DP826279.jpg
Edme Jeaurat, Paysanne des environs de Ferrare, d'après François Boucher
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Maître
Élève
Enfants

Edme Jeaurat, né en 1688 à Vermenton et mort en 1738 à Paris, est un graveur et marchand d'estampes français qui appartient à une dynastie d'artistes et de scientifiques.

BiographieModifier

 
Benoît de Maillet (in Description de l’Égypte, Paris, 1735).

Edme est le fils de Nicolas Jeaurat, bourgeois de Paris, et de son épouse née Marie Bourdillat. C'est en fait quelques années après son mariage à Vermenton que « Nicolas veut faire fortune à Paris et que nous le retrouvons dans cette ville, exerçant son commerce de vins dans le quartier de Saint-Victor »[1]. Edme est le frère aîné d'Étienne Jeaurat, qui deviendra peintre. Son père l'emmène en apprentissage à Paris chez le graveur Bernard Picart auquel il emprunte sa technique du pointillé pour le rendu des chairs. Il part ensuite aux Pays-Bas et se met à copier les grands maîtres de la peinture hollandaise, étudiant tout particulièrement Lucas Vorsterman et Pieter de Jode le Jeune[2].

Il revient à Paris en 1721, y étant toujours situé rue des Fossés-Saint-Victor. Lui et son frère commencent à travailler ensemble, Edme gravant les toiles d’Étienne, ce qui lui vaut une belle réputation. Ils disposent d'un atelier-boutique rue Saint-Jacques appelé « Chez les frères Jeaurat ». Le financier Pierre Crozat le contacte pour qu'il grave les tableaux de sa collection. Le 25 février 1722, il épouse Marie-Charlotte, fille de l'artiste Sébastien Leclerc et sœur d'une fratrie de peintres. Le couple, installé rue Saint-Jacques, « vis-à-vis des Mathurins » (paroisse Saint-Benoît-le-Bétourné), aura trois fils dont Edme-Sébastien, astronome, et Nicolas-Henri, peintre[3].

Edme grave les productions des Leclerc mais aussi, à l'instar du frontispice du chant neuvième de La Henriade de Voltaire (Londres, 1728), celles de Nicolas Vleughels. On connaît de lui des gravures exécutées sur cuivre d'après des tableaux de Poussin, Véronèse, et Watteau.

Artistes interprétés (ordre alphabétique)Modifier

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

ExpositionsModifier

Réception critiqueModifier

  • « Il a mis toute la fierté de Mola dans La fuite en Égypte, le pittoresque ragoûtant de Véronèse dans son Moïse sauvé des eaux, l'esprit de Vleughels dans l'estampe d'Achille plongé dans les eaux du Styx, et les grâces que lui a fournies Leclerc dans son tableau représentant Achille reconnu par Ulysse dans le palais de Lycomède. » - Michel-François Dandré-Bardon[18]
  • « The plates engraved by this artist are superior in merit. » - Joseph Strutt[19]

Musées et collections publiquesModifier

FranceModifier

EspagneModifier

ItalieModifier

Pays-BasModifier

  • Rijksmuseum Amsterdam, Apollon, Clio, Melpomène et Calliope, d'après Nicolas Vleughels ; La pèlerine, d'après Antoine Watteau.
  • Musée Teyler, Haarlem, Moïse sauvé des eaux, d'après Paul Véronèse.

Royaume-UniModifier

SlovaquieModifier

  • Galerie municipale de Bratislava, Saint Jacques le Mineur, d'après François Boucher ; L'adoration des mages, d'après Nicolas Vleughels ; Talegrepat ou religieuse du Pégou, d'après Antoine Watteau.
  • Galerie nationale de Bratislava, La Musique et La Danse, d'après Sébastien Leclerc le Jeune ; Le roi Salomon et Thalie et Terpsichore d'après Nicolas Vleughels.

SuèdeModifier

SuisseModifier

  • Musée d'art et d'histoire de Genève, Mariage de Louis XIV et de la sérénissime infante Marie-Thérèse d'Autriche, d'après Charles Le Brun ; Le repos en Égypte d'après Pier Francesco Mola ; Savoyard assis d'après Antoine Watteau.

République TchèqueModifier

États-UnisModifier

AustralieModifier

Collections privéesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Sylvain Puychevrier, Le peintre Étienne Jeaurat, essai historique et biographique sur cet artiste, Paris, A. Aubry, 1862.
  2. a et b Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, tome 7, page 508.
  3. Alain Garric, Edme Jeaurat, Geneanet
  4. a et b Metropolitan Museum of Art, "Saint-Jacques le mineur" dans les collections
  5. a et b Metropolitan Museum od Art, "Saint Jean" dans les collections
  6. a et b Metropolitan Museum of Art, Paysanne des environs de Ferrare dans les collections
  7. a et b Tatton Park, Edme Jeaurat dans les collections
  8. a b c d e et f Réunion des musées nationaux, Edmond Jeaurat dans les collections
  9. Bibliothèque municipale de Lisieux, "Le Roman comique" de Paul Scarron, présentation de l'ouvrage
  10. a et b Musée national du château de Pau, Edme Jeaurat dans les collections
  11. a et b Victoria and Albert Museum, Edme Jeaurat dans les collections
  12. a et b British Museum, Edme Jeaurat dans les collections
  13. a et b Musée des beaux-arts de Rennes, Le printemps dans les collections
  14. a et b Fondation Giacomini Stampi Meo Fiorot, musée Mazzuccheli, Edme Jeaurat dans les, collections
  15. Collection de l'ENSBA, cote Est Les 136 folio 8.
  16. a et b École nationale supérieure des beaux-arts, Edme Jeaurat dans les collections
  17. Bibliothèque des Arts décoratifs, La Chine des ornementistes : gravures de chinoiserie, 2014
  18. Michel-François Dandré-Bardon, Traité de peinture, Saillant, Paris, 1765.
  19. Joseph Strutt, A biografical dictionary containing an historical account of all the engravers, Robert Faulder, Londres, 1786.
  20. Petit Palais, Edme Jeaurat dans les collections
  21. Château de Versailles, Edme Jeaurat dans les collections
  22. Damià Roure, La biblioteca de Montserrat, Publications de l'Abadia de Montserrat, 2007, page 166.
  23. Galerie Morave de Brno, Edme Jeaurat dans les collections
  24. Cooper-Hewitt, Smithsonian Design Museum, Edme JEaurat dans les collections
  25. San Francisco De Young Museum, Edme Jeaurat dans les collections
  26. Michel Huber et Carl Christian Rost, Manuel des curieux et des amateurs de l'art, contenant une notice abrégée des principaux graveurs et un catalogue raisonné de leurs meilleurs ouvrages, chez Orell, Fusli et Cie. Voir tome septième contenant l'École de France, pages 24-27.

BibliographieModifier

  • Michel-François Dandré-Bardon, Traité de peinture, Saillant, Paris, 1765.
  • Joseph Strutt, A biografical dictionary containing an historical account of all the engravers, Robert Faulder, Londres, 1786.
  • Michel Huber, Notices générales des graveurs divisés par nations et des peintres rangés par écoles, chez J.G.I. Breitkopf, 1787.
  • Michel Huber et Carl Christian Heinrich Rost, Manuel des curieux et des amateurs d'art contenant une notice abrégée des principaux graveurs et un catalogue raisonné de leurs meilleurs ouvrages, depuis le commencement de la gravure jusqu'à nos jours, chez Orell, Furli et Compagnie, Zürich, 1804, tome 8.
  • Louis Dussieux, Les artistes français à l'étranger, recherches sur leurs travaux et leur influence, Didron, Paris, 1852.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • (en) Isabelle Tillerot, « Engraving Watteau in the eighteenth century : order and display in the recueil Julienne », The University of Chicago Press, 2011.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :