Dobbiaco

commune italienne

Dobbiaco
Blason de Dobbiaco
Héraldique
Dobbiaco
Panorama depuis l'est.
Noms
Nom allemand Toblach
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région du Trentin-Haut-Adige Trentin-Haut-Adige 
Province Suedtirol CoA.svg Bolzano  
Code postal 39034
Code ISTAT 021028
Code cadastral D311
Préfixe tel. 0474
Démographie
Gentilé dobbiacensi
Population 3 346 hab. ([1])
Densité 26,68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 44′ 00″ nord, 12° 13′ 00″ est
Altitude 1 256 m
Min. 1 220 m
Max. 3 146 m
Superficie 12 600 ha = 126 km2
Localisation
Localisation de Dobbiaco
Géolocalisation sur la carte : Trentin-Haut-Adige
Voir sur la carte administrative de Trentin-Haut-Adige
City locator 14.svg
Dobbiaco
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Dobbiaco
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Dobbiaco
Liens
Site web http://www.comune.dobbiaco.bz.it/

Dobbiaco (en allemand, Toblach) est une commune italienne d'environ 3 300 habitants située dans la province autonome de Bolzano dans la région du Trentin-Haut-Adige dans le nord-est de l'Italie. Actuellement surnommée, avec Sesto et San Candido, « comune delle Tre Cime »[2],[Note 1], les autorités militaires italiennes ont fait référence à la commune sous le nom de Toblacco jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale.

Dobbiaco est situé à 1 250 m d'altitude, dans le val Pusteria, la soi-disante « vallée verte », protégée au sud des parois rocheuses des Dolomites, tandis que de l'autre côté se dresse les Hohe Tauern et les Alpes carniques. La commune est également appelée la « porte d'entrée des Dolomites»[3].

GéographieModifier

Situé au carrefour des principales voies de communication qui vont de Venise à la Bavière et de la vallée de l'Adige à la vallée de la Drave, Dobbiaco occupe une position stratégique.

TopographieModifier

La ville est divisée en deux zones appelées Dobbiaco Vecchia, situées dans la position la plus élevée et précisément dans la vallée de San Silvestro (la rivière homonyme est un affluent de la Rienza), et Dobbiaco Nuova, construits au début du XXe siècle près de la gare. Les deux zones sont clairement séparées du passage de la route nationale de Pusteria.

La zone municipale a une superficie totale de 126,33 km2, dont 11,5 km2 sont occupés par des zones résidentielles[4].

La face nord des Tre Cime di Lavaredo se trouve sur la commune de Dobbiaco[5].

D'un point de vue géologique, la ville de Dobbiaco est située sur la ligne insubrienne qui forme la frontière entre les Alpes du centre-est et du sud-est. Cette ligne commence à Mules (haute vallée de l’Isarco), passe au-dessus du côté nord de la Basse Pusteria jusqu’à Brunico, continue au nord du centre de la vallée, traverse le côté extérieur de la vallée d’Anterselva, continue dans la vallée de Casies et ici par Franadega, Candelle et ensuite Prato alla Drava (San Candido)[6]. Certaines zones de la commune de Dobbiaco font partie du parc naturel des Tre Cime et du parc naturel de Fanes-Sennes-Braies.

HydrologieModifier

La Drave prend sa source à l'est de la commune[7]. Ici, elle n'est qu'un petit ruisseau, mais devient une véritable rivière dans le commune voisine de San Candido avec l'apport du rio Sesto. La Drave se jette finalement dans le Danube.

Une autre rivière importante qui coule au pied du village est la Rienza, qui prend sa source au pied des Tre Cime di Lavaredo et, en passant par le lac de Dobbiaco, se prépare à parcourir tout le val Pusteria jusqu'à Bressanone pour ensuite se jeter dans l'Isarco, qui se jette à son tour dans l'Adige. Ce fleuve appartient donc au bassin de la mer Adriatique.

HameauxModifier

La commune comprend les hameaux (frazioni) de Carbonin (it) ((de) Schluderbach), de Santa Maria ((de) Aufkirchen) et de Valle San Silvestro ((de) Wahlen).

Communes limitrophesModifier

Les communes limitrophes sont Braies, Cortina d'Ampezzo, Sesto, Valle di Casies, Auronzo di Cadore, San Candido, Villabassa et Innervillgraten.

 
Les limites du territoire municipal.

ClimatModifier

Dobbiaco est classé climatiquement dans la zone F, 4503, 1256.

À l'intérieur de la ville se trouve également la station météorologique de Dobbiaco, officiellement reconnue par l'Organisation météorologique mondiale et également le point de référence pour l'étude du climat de la région alpine correspondante.

Les jours de gelées d'hiver oscillent entre 30 et 40 chaque année, tandis que ceux de chaleur maximale, c'est-à-dire à partir de 25 °C, peuvent être regroupés en un peu moins d'un mois. Cela implique donc une zone constamment recouverte de neige en hiver (de décembre à février) et peu de chaleur en été.

Station météorologique de Dobbiaco Aeroporto, 2011-2017
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température moyenne (°C) −4,3 −2,3 −2,6 6,7 10,2 14,7 16,6 16,2 11,9 7,2 1,8 −3 6,5
Précipitations (mm) 31,9 26 43,1 47,1 88,6 101,1 128,2 132,3 91,7 80,2 68,9 25,4 864,5
Nombre de jours avec précipitations 5 5 5 7 12 13 13 12 9 8 7 3 99
Source : « Dati storici », sur meteo.provincia.bz.it (consulté en juillet 2019)


ÉconomieModifier

La laiterie de Dobbiaco a été fondée en 1883. Elle est l'une des plus anciennes du Trentin-Haut-Adige. Sa principale production est la barre de Dobbiaco, fromage typique en forme de pavé.

Infrastructures et transportsModifier

RoutesModifier

Dobbiaco est relié à toutes les principales communes du val Pusteria. La municipalité est traversée par deux routes principales : la route nationale 49 qui traverse la vallée jusqu'à la frontière autrichienne et la route nationale 51 qui, de Dobbiaco, après avoir traversé de nombreuses communes, tels que Cortina d'Ampezzo et Belluno, atteint Venise après environ 190 km.

Chemins de ferModifier

 
La gare de Dobbiaco sur une carte postale des années 1920.

La gare de Dobbiaco, desservie par des trains régionaux exploités par SAD et Trenitalia dans le cadre du contrat de service stipulé avec la province autonome de Bolzano, se trouve le long du chemin de fer val Pusteria. La station a reçue en 2017 la reconnaissance de station de l'année par l'Association des amis des chemins de fer Verein Freunde der Eisenbahn[8].

Entre 1921 et 1962, les gares de Dobbiaco SFD, Dobbiaco Lago, Sorgenti et Landro étaient également actives, le long de la voie ferrée des Dolomites[9] dont l'itinéraire, une fois le service annulé, a été adapté à la piste cyclable des Dolomites en été et à la piste ski de fond en hiver.

Mobilité urbaineModifier

 
Un Citybus à Dobbiaco.

La ville est reliée à un service de bus du consortium SAD avec les principales communes du val Pusteria.

En ville, il y a une connexion urbaine appelée Citybus, qui relie la ville avec ses hameaux de San Silvestro et Santa Maria, avec le centre sportif nord, avec les pistes de ski, avec la gare routière et ferroviaire, et même avec le stade de ski de fond, au sud de Dobbiaco.

AdministrationModifier


Personnalités liées à DobbiacoModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Tre Cime signifie par définition les Tre Cime di Lavaredo, l' une des montagnes emblématiques des Dolomites. C'est un titre local attribué à seulement 3 municipalités ayant une partie de leur territoire qui borde les Tre Cime di Lavaredo. Ce titre n'exclut pas la commune d'Auronzo du territoire géographique, mais l'exclut de cette définition locale.

RéférencesModifier

  1. « Popolazione Residente al 1° Gennaio 2018 », Istituto nazionale di statistica (consulté le 16 mars 2019)
  2. « Dobbiaco - Dolomiti - Alto Adige », sur www.altoadige-tirolo.com (consulté le 15 mars 2020)
  3. (it) « Dobbiaco - Val Pusteria, Alto Adige e Tirolo orientale », sur val-pusteria.net (consulté le 15 mars 2020)
  4. (it) « Tirol Atlas tiroLexikon, Dobbiaco », sur tirolatlas.uibk.ac.at (consulté le 15 mars 2020)
  5. « Tirol Atlas tiroLexikon, Dobbiaco », sur tirolatlas.uibk.ac.at (consulté le 3 juillet 2019)
  6. (it) Mairhofer, Hans., Dobbiaco e dintorni : guida turistica con 29 itinerari per passeggiate e gite in montagna, Athesia, (ISBN 88-7014-333-3 et 978-88-7014-333-1, OCLC 800818786, lire en ligne)
  7. « Escursione sorgente della Drava, Dobbiaco - VIVOAltaPusteria », sur www.altapusteria.com (consulté le 15 mars 2020)
  8. (it) « Dobbiaco può vantare la «stazione dell’anno» - Bolzano », sur Alto Adige (consulté le 15 mars 2020)
  9. (it) Gaspari, Evaldo., La Ferrovia delle Dolomiti : Calalzo-Cortina d'Ampezzo-Dobbiaco : 1921-1964, Athesia, (ISBN 88-7014-820-3 et 978-88-7014-820-6, OCLC 797647412, lire en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :